Voici comment les startups industrielles seront accompagnées dans le cadre du programme Tatwir Startups

B.B. | Le 2/3/2021 à 15:23

Le programme se compose de trois étapes clés. Le suivi des startups sera assurée par les incubateurs du pays qui seront sélectionnés par le ministère de l'industrie. L’objectif est d'accompagner l’entrepreneur de l’idée jusqu’au démarrage effectif de sa startup en l’aidant à décrocher des clients. 

 

Le 15 février 2021, le programme d’appui aux startups industrielles « Tatwir Startup » a été lancé. Un partenariat tripartite a été conclu entre le ministère de l’industrie, Maroc PME et la MSEC (Fédération de l’écosystème Startup Maroc).

Dans le cadre du plan de relance industriel 2021-2023, le programme propose une offre intégrée d’accompagnement de bout en bout des projets de startups allant de l’idée jusqu’à l’industrialisation. « Il s’agit du premier programme de startup industrielle en Afrique. C’est une première. Cela touche à tous les secteurs industriels et les services liés à l’industrie. Le Maroc a l’opportunité de devenir le Hub des Startups Industrielles en Afrique », nous confie Amine Al-Hazzaz, membre fondateur du MSEC.

5 000 porteurs de projets sont attendus et in fine, 300 startups industrielles devraient être opérationnelles au bout de 3 ans de programme. L’accompagnement se fera à travers les différents incubateurs du pays qui candidateront au programme pour être retenus.

Une industrialisation en trois étapes 

Dans un premier temps, les 5 000 porteurs de projets seront suivis pendant trois jours durant un boot camp où l’idée du porteur de projet sera qualifiée et la faisabilité du projet étudiée. Ce processus sera découpé en plusieurs vagues de 30 personnes. Cette étape est celle de la préincubation gérée par l’incubateur. Si le même objectif est partagé, à savoir faire émerger 300 nouvelles startups industrielles en 3 ans, la méthodologie dépendra de l’incubateur dans lequel l’entrepreneur aura choisi d’effectuer son accompagnement. L'entrepreneur optera pour l'incubateur de son choix dès cette étape.

Par la suite, si l'entrepreneur est sélectionné, il entame la phase d'idéation. « Cette phase sélectionne 300 startups qui pourront bénéficier d’un financement maximum de 1,5 million de dirhams pour tout ce qui concerne le design et le prototypage » nous explique Amine Al-Hazzaz. 

Pendant les 6 mois suivants, se déroulera la phase d'incubation. L’entrepreneur assurera le démarrage effectif de la startup industrielle. Il s’agit de la phase de recrutement ou encore les premiers contacts clients. « Ce programme d'incubation leur donne accès à une prime à l’investissement de 2 millions de dirhams pour démarrer leur industrialisation à la fin de la période ».

Mais le programme assure également un suivi pratique et surtout des mises en relations avec des professionnels. Le rôle des incubateurs sera d’assurer la mise en relations des startups avec les différents acteurs du secteurs industriels. « Les programmes d’accompagnement des incubateurs sont des injections massive d’expertise. Leur but est de mettre en relation les entrepreneurs avec des experts dans l’industrie, des spécialistes du prototypage, des partenaires industriels, des clients potentiels pour faciliter la mise en relation, des fonds de Venture Capital, etc… Ils vont également les faire travailler avec des écoles d’ingénieurs et des centres de recherche et développement. C’est cela la richesse d’un programme » conclut notre interlocuteur.

lire aussi
  • | Le 16/5/2022 à 18:17

    Fitch Ratings maintient sa note « BB+ » sur la dette souveraine marocaine

    L’agence de notation américaine Fitch Ratings a maintenu sa note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à ‘BB+’ avec des perspectives stables. Elle anticipe une hausse de la dette et du déficit budgétaire en 2022 à cause du climat économique maussade, de la hausse des matières premières. Néanmoins, le royaume dispose de fondamentaux macroéconomiques stables, notamment au niveau de sa dette dont les trois quarts sont libellés en dirhams.
  • M.Ett | Le 16/5/2022 à 18:17

    Creusement du déficit de liquidité bancaire et hausse des taux obligataires

    Le marché monétaire connait un creusement de la liquidité bancaire. Cette tendance contribue à la poursuite de la hausse des taux sur le marché obligataire. Un expert du marché, joint par LeBoursier, apporte des explications et livre ses prévisions.
  • | Le 16/5/2022 à 9:30

    Managem : le chiffre d'affaires explose au premier trimestre 2022 à 2,8 MMDH

    Le groupe a bénéficié de la bonne dynamique des cours des métaux, surtout du Cobalt et du Cuivre. 33% du chiffre d'affaires trimestriel provient de la contribution de l'Or de la mine de Tri-K en Guinée. La production d'Argent a également augmenté. Le groupe annonce le lancement des travaux de construction du projet cuprifère de Tizert.
  • | Le 15/5/2022 à 16:47

    Les bénéfices de la cote devraient progresser de 8,6% à 29 MMDH cette année (BKGR)

    En 2022, la société de recherche anticipe une hausse de 6,7% des revenus de la cote à 241 MMDH porté par une amélioration de la dynamique commerciale du segment Financier et Industriel. La profitabilité sera tirée vers le haut par les Banques grâce à la baisse constante du coût du risque et par les acteurs pétroliers et gaziers. La masse des dividendes est anticipée en légère hausse de 2,5% à 19,7 MMDH.