IPO de TGCC : Ce qu’il faut savoir sur le nouvel arrivant en bourse et ses perspectives

Brian Brequeville | Le 22/11/2021 à 17:40
Le groupe de travaux de construction et de BTP, marquera l’unique IPO de l’année 2021. Le groupe financera son développement et sa croissance à travers une augmentation de capital de 300 MDH pour diversifier ses activités et s’internationaliser, particulièrement en Afrique. Les autres 300 MDH résulteront de la cession du tiers des titres de son actionnaire Mediterrania Capital Partners. La première cotation prendra effet le 16 décembre 2021.

Ce lundi 22 novembre à la Bourse de Casablanca, se tenait la conférence de presse de TGCC relative à la présentation de son introduction en bourse.

La société est spécialisée dans les travaux de construction et de BTP. Lors de la conférence, le management du groupe a présenté l’entreprise en quelques chiffres, ses ambitions suite à l’annonce de son introduction en bourse dont la période de souscription s’étalera du 29 novembre au 3 décembre, ainsi que des détails concernant l’IPO.

Voilà ce que l’on sait sur cette nouvelle valeur qui intègrera la Bourse de Casablanca avec une première cotation attendue le 16 décembre 2021.

TGCC en quelques chiffres

Lors de la présentation, le président directeur général du groupe, Mohammed Bouzoubaa a annoncé quelques chiffres concernant l’activité et la performance du nouvel arrivant en bourse.

Doté de plus de 8.000 salariés, le groupe affichait en 2019 un chiffre d’affaires de 3 milliards de dirhams. Impacté par la crise comme l’intégralité du secteur du BTP, une forte diminution du chiffre d’affaires a été observée l’an dernier avec des ventes établies à 2,27 milliards de dirhams. Néanmoins, cette année, le redressement de l’activité s’est fait sentir et le groupe anticipe un chiffre d’affaires de 3,7 milliards de dirhams. A noter que le groupe a affiche un taux de croissance annuel moyen de 18% sur la période 2018-2021.

Le président du groupe a également mis en avant le carnet de commande du groupe : « Il y a de multiples secteurs qui constituent notre portefeuille comme l’hôtellerie, les bureaux, l’industrie, les hôpitaux, etc… TGCC travaille tant avec le privé qu’avec le public, mais malheureusement, depuis 5 ans, la part du public dans le chiffre d’affaires baisse. Il ne représente que 18% de notre chiffre d’affaires contre 82% pour le privé ». Une donne qui est en passe de changer.

Les prises de commandes du groupe ont fortement rebondi cette année en dépassant les niveaux normatifs de 2019. Après une année 2020 où la prise de commande s’établissait à 1.245 millions de dirhams, le groupe anticipe un carnet de fin d’année à 4.450 millions de dirhams. « Nous remarquons que dans la prise de commande par type de clients, nous avons presque doublé la commande publique, en passant de près de 15% à 30% au 30 juin 2021. Cela montre une certaine relance du secteur public. Avec les récentes annonces du gouvernement et l’enveloppe annoncée de plus de 240 milliards de dirhams d’investissements, nous aurons certainement une part de cela dans le BTP » se réjouit le PDG.

En termes de profitabilité, le résultat net du groupe est anticipé à 242 millions de dirhams en fin d’année 2021 supérieur à celui de 2019 à 191 millions de dirhams. Le TCAM sur la période 2018-2021 concernant le résultat net s’élève à 4%. Le groupe affiche un endettement net anticipé à 970 millions de dirhams en 2021.

Désormais, le groupe souhaite s’introduire en bourse pour poursuivre sa croissance. Il table sur trois axes principaux.

Les perspectives post IPO de TGCC

Le groupe se lancera en bourse pour trouver des financements et poursuivre son développement. L’opération portera sur un montant de 600 millions de dirhams qui représente 13,94% du capital social après l’opération.

Il y a trois raisons majeures à cette IPO. Premièrement, l’internationalisation. « Nous souhaitons renforcer notre présence en Afrique et à l’international. Notre ambition est d’ouvrir dans d’autres pays et renforcer notre présence sur le continent » confie Mohammed Bouzoubaa. Pour ce faire, le groupe ambitionne de renforcer sa prospection commerciale et ses activités notamment dans les pays où il est déjà présent comme le Sénégal, le Gabon et la Côte d’Ivoire.

Dans un second temps, le groupe développera grâce à ce financement, un processus de verticalisation, c’est-à-dire poursuivre le développement de nouvelles activités. « Nous avons déjà 4 entreprises autour des métiers spécialisés dans la menuiserie de bois, le béton, la menuiserie aluminium et le revêtement de sol. Cela permet plus de souplesse et de fluidité. Nous projetons de renforcer cela avec d’autres sociétés dans des lots techniques dans le bâtiment, c’est-à-dire plomberie, climatisation, électricité et charpente métallique » explique le PDG.

Enfin, le groupe cherche à travers cette IPO à réaliser une diversification de ses activités. « Nous nous intéressons à d’autres activités dans l’industrie de la construction en augmentant les réalisations sur les ouvrage d’art (viaducs, ponts), et se lancer dans les ouvrages maritimes et les barrages que nous avons déjà réalisés, mais peu. Nous avons toute la connaissance pour le faire » poursuit le PDG.

Lors de la conférence, la directrice financière du groupe, Fatima Zohra Bouzoubaa a également dressé le business plan pre-money du groupe. Conservateur, ce dernier table sur un TCAM du chiffre d’affaires de 5% sur la période 2021-2027 pour atteindre à échéance 4,9 milliards de dirhams. Le résultat net est projeté en augmentation de 7% annuellement sur la période pour atteindre 369 millions de dirhams en 2027. Concernant le versement des dividendes (versés en année n et relatifs à n-1, ndlr), le groupe table sur un payout ratio de 70% dès cette année, « en ligne avec le niveau de distribution moyen historique » précise la directrice financière. Dès 2022, le groupe anticipe un taux de rendement pre-money de 4,2%.

Voici quelques détails présentés par CFG Bank, conseiller financier de TGCC pour l’introduction en bourse.

Prix du titre, cession des parts d’un actionnaire… Détails de l’introduction

Pour rappel, le montant de l’opération s’élève à 600 millions de dirhams. 300 millions de dirhams se feront par augmentation de capital pour financer la croissance et le développement du groupe. Les autres 300 millions de dirhams proviennent d’une cession partielle (33%) des titres détenus par le fonds MCIIC, géré par Mediterrania Capital Partners (MCP) société de capital-investissement, entrée au capital du TGCC en 2018.

Le prix proposé pour l’introduction en bourse est annoncé à 136 dirhams par action. « Cela correspond à une valeur de 100% des fonds propres d’environ 4 milliards de dirhams. Les multiples induits par ce prix sont à des niveaux en dessous des prix du marché qui sont à un P/E pre-money de 16,6x cette année et 15,3x en 2022 » précise Hamza Serghini, directeur de CFG Finance.

 

Il ajoute que post-money, le yield sera de 3,9% en 2021 et 4,2% en 2022. « Il faut retenir que ce prix a été conforté par une méthode d’évaluation retenue par DCF basé sur le business plan pre-money conservateur préparé par le management. En effet, l’évolution des agrégats sont en deçà de la performance financière historique de TGCC » poursuit Hamza Serghini. En suivant cette méthode DCF, la valorisation par action atteint 157 dirhams, soit une décote de 13,6% par rapport au prix de souscription.

Concernant la cession partielle du partenaire de TGCC, Reda Senoussi, directeur général adjoint au développement explique : « Pour nous, la bonne nouvelle c’est que MCP reste à nos côtés. Ils ne cèdent qu’une partie de leur participation ». Ce à quoi ajoute le PDG du groupe « MCP donne un bon signal. Après 4 ans, ils veulent encore rester avec nous et gérer avec nous ». Sachant qu’en général, les opérateurs en capital risque désinvestissent après une durée de 7 ou 8 ans, MCP pourrait théoriquement rester au capital de TGCC encore quelques années.


Pour rappel, voici des détails concernant les personnes pouvant souscrire à l’opération :

–  Personnes physiques résidentes ou non résidentes, de nationalité marocaine ou étrangère ;

– Personnes morales de droit marocain ou étranger n’appartenant pas aux catégories d’investisseurs qualifiés tels que définis par l’article 3 de la loi n°44-12 et par l’article 1.30 de la circulaire de l’AMMC n°03/19 et justifiant de plus d’une année d’existence à la date de la souscription ;

– Investisseurs qualifiés de droit marocain tels que définis par l’article 3 de la loi n°44-12 et l’article 1.30 de la circulaire de l’AMMC n°03/19, hors OPCVM monétaires et obligataires court terme ;

– Investisseurs qualifiés de droit étranger tels que définis par l’article 1.30 paragraphe (c) de la circulaire de l’AMMC n°03/19.

Post opération, 74% du capital sera détenu par Mohammed Bouzoubaa, MCP à 12% et le flottant à 14%. La première séance de cotation se fera le 16 décembre 2021.

lire aussi
  • | Le 28/11/2021 à 14:07

    Bourse : les OPCVM s’accaparent 40% du volume transactionnel au 3ème trimestre 2021

    Les OPCVM s’accaparent 40% du volume drainés au titre du 3ème trimestre 2021 et affichent une position nette acheteuse, au moment où les personnes morales marocaines étaient en position vendeuse, d’après le rapport du profil des investisseurs publié par l’AMMC.
  • | Le 26/11/2021 à 12:11

    Crédit du Maroc: Très forte progression du RNPG à fin septembre

    Le groupe a connu une bonne tenue de sa collecte et de l'évolution des crédits à fin septembre. Les marges d'intérêt et sur commissions se sont bonifiées. Grâce à la forte baisse de 73% du coût du risque, le RNPG a presque quadruplé sur la période.
  • | Le 26/11/2021 à 10:24

    Label'Vie: Le chiffre d'affaires consolidé augmente de 6% à fin septembre

    Le groupe a connu une bonne dynamique au troisième trimestre avec une bonne croissance des ventes sur tous les segments. Sur l'unique troisième trimestre, 7 nouveaux points de vente ont été inaugurés. L'investissement augmente fortement suite à l'accélération du rythme de développement. L'endettement net recule de 5% par rapport à fin 2020.
  • AFP | Le 26/11/2021 à 9:26

    Nouveau variant Covid: les marchés boursiers européens plongent à l'ouverture

    Les marchés boursiers européens plongeaient vendredi matin, rattrapés par l'émergence d'un nouveau variant particulièrement contagieux en Afrique du Sud.