Start-up Tech : Bonne dynamique et hausse des investissements attendus en 2022

| Le 4/1/2022 à 18:39
La bonne qualité du deal flow se poursuivra cette année pour les fonds d’investissement spécialisés dans les start-up technologiques. Le besoin de numérisation est là pour durer et des technologies prometteuses sont développées. Les investissements en nombre et en montant sont attendus en hausse par rapport à 2021 et l’écosystème commencera à passer à l’échelle.

Depuis le début de la crise sanitaire, une forte dynamique dans les besoins de numérisation des entreprises est observée suite au confinement et aux nouvelles pratiques de télétravail. Cela a notamment boosté l’écosystème des startups technologiques qui ont pu bénéficier de plusieurs ouvertures de marché. Ce secteur a été l’un des moins touchés par les répercussions de la crise.

L’an dernier déjà, des directeurs de fonds d’investissement spécialisés sur les jeunes entreprises innovantes sur le secteur technologique notaient une amélioration du deal flow et de la qualité des entrepreneurs. Obligées de s’adapter pour survivre ces entreprises ont gagné en agilité et en compétences. Omar El Hyani, directeur de l’investissement du Maroc Numeric Fund II (MNF II) nous confiait lors d’un précédent article: « nous avons senti une amélioration de la qualité des dossiers. Cela démontre qu’il y a une véritable volonté de se diriger vers le digital sur différents domaines et du coup, nous avons plus de startups de qualité dans le pipeline ».

Cette année, la donne sera-t-elle identique et quid des prévisions d’investissement dans ces jeunes structures ?

Une tendance de fond qui se poursuivra

Après de nombreuses opportunités business apportées par la crise dans le secteur des entreprises numériques en 2020 et 2021, la bonne tendance de progression de l’écosystème perdurera très probablement cette année.

En effet, le besoin de numérisation des entreprises se poursuivra. « La tendance est toujours bonne. La qualité des startups qui demandent du financement s’améliore ainsi que la profondeur du marché. Encore une fois, le contexte de Covid-19 accélère le processus de digitalisation des entreprises et cela se ressent sur la dynamique de l’écosystème aujourd’hui. Le besoin existait avant mais s’est accentué aujourd’hui. Ceux qui n’étaient pas convaincus il y a quelques années, le sont désormais » nous explique Omar El Hyani.

Une vision partagée par Meriem Zairi, Managing Director du fonds Seaf Morocco qui table sur une consolidation de la dynamique. « Au-delà du côté engouement qui perdurera cette année, j’espère que cela va se consolider avec un passage à l’échelle de l’écosystème cette année. Ce sera l’occasion de voir des startups sortir à l’échelle régionale et voir l’appétit des investisseurs internationaux sur les actifs marocains » explique-t-elle.

L’an dernier, le financement des startups avait été jugé comme suivant la même tendance que celle affichée en 2020. Mais cette année, une hausse de l’investissement est prévue tant sur le nombre de projets financés que sur les montants de financement.

Une hausse des investissements attendue cette année

Pour le directeur de l’investissement du MNF II, le contexte s’y prête et la technologie a la possibilité de fortement moderniser certaines industries. « Le contexte est favorable pour qu’il y ait plus d’investissements en nombre et en montant cette année. La qualité des entrepreneurs s’améliore et les projets sont prometteurs. On commence à voir de plus en plus de startups qui opèrent dans l’intelligence artificielle, cela permet d’améliorer les puissances de calcul pour améliorer des secteurs en particulier. Il y a plusieurs secteurs économiques dans lesquels cela peut s’appliquer, comme les assurances, l’agriculture ou encore la santé » explique notre interlocuteur.

La prévision de hausse dans l’investissement vient également du fait que plusieurs projets d’investissement avaient également pris du retard en 2021 et seront décalés sur cette année. « Nous espérons faire certaines transactions au premier semestre qui auraient dû être closées en 2021, mais qui ne l’ont pas été du fait de la complication de la situation sanitaire » nous explique Meriem Zairi. Mais cette augmentation sera également conduite par l’accompagnement des projets existants pour une série A. « Nous espérons que l’année soit active en termes d’investissement mais également en termes de second round dans notre portefeuille. Nous allons engager des séries A pour plus de la moitié de notre portefeuille, au moins 3 sociétés d’ici le second semestre 2022. Nous espérons que cela créera une dynamique à ce niveau de financement car les startups marocaines n’y sont pas très présentes. Nous espérons  » explique notre interlocutrice.

In fine, pour Seaf Morocco, une augmentation du niveau des investissements aura lieu cette année par rapport à 2021. Bien qu’elle ne soit pas chiffrée, elle pourrait être très importante si le fonds d’investissement lui-même parvient à effectuer une levée pour financer ses investissements cette année. « Nous sommes actuellement en processus de levées de fonds pour développer nos investissements et saisir des opportunités en 2022 et suivre nos investissements qui recèlent encore beaucoup de valeur » nous informe Meriem Zairi. Cela permettra également au fonds de participer à combler la chaîne de valeur de l’investissement, notamment en série A sur des montants de plusieurs dizaines de millions de dirhams.

Lire aussi : Startups : Des évolutions positives sont observées dans les recours au financement (experts)

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.