Sociétés cotées : allégement de l’endettement et progression de l’investissement au 1er semestre 2021 (CDG Capital)

| Le 10/9/2021 à 15:41
La cote casablancaise a vu son endettement s’alléger et son investissement progresser à fin juin 2021, d’après CDG Capital Insight.

Les indicateurs publiés par les sociétés cotées à la bourse de Casablanca à fin juin 2021 dégagent un allégement de l’endettement net et une amélioration de l’investissement, comme souligné par CDG Capital Insight dans un document intitulé « Commentaire préliminaire des résultats semestriels 2021 ».

L’endettement net des sociétés cotées (hors le secteur Finance) s’est en effet situé à 56,5 milliards de DH, enregistrant ainsi une baisse de 3,8% par rapport à fin 2020.

Cet allégement de la dette de la place casablancaise provient principalement des secteurs Télécoms et Energie, avec des baisses respectives de 2,7 milliards de DH et 632,7 millions de DH.

Plus en détails, Maroc Telecom a vu sa dette baisser de 2,7 milliards de DH à 14,9 milliards de DH.

L’endettement de Taqa Morocco a également baissé de 12% à fin Juin 2021 par rapport à fin 2020 à 7,8 milliards de DH.

Toutefois, CDG Capital souligne que la hausse de la dette du secteur Mines d’un montant de 800 millions de DH a atténué la baisse de la dette nette globale.

« En effet, ceci s’explique essentiellement par le maintien de l’effort d’investissement des groupes miniers pour accompagner les projets de développements en Afrique », expliquent les analystes.

Contribution à la baisse de la dette

Source : CDG Capital Insight. 

Légère progression des investissements

Les investissements (Hors Finance) ont timidement augmenté de de 0,7% à 6,6 milliards de DH par rapport au 1er semestre 2020, en raison de la hausse du CAPEX des secteurs Télécoms et Immobilier de 929 millions de DH et 666 millions de DH respectivement.

Le groupe Maroc Telecom a vu ses investissements augmentés de 929 millions de DH à 2,11 milliards de DH. Cette hausse expliquée par le renforcement des infrastructures pour accompagner la croissance du trafic.

Le CAPEX du groupe Aradei a augmenté de 511 millions de DH, suite à sa prise de participation dans l’OPCI Cleo Pierre SPI-RFA.

« Cependant, cette hausse a été limitée par la baisse du CAPEX du secteur Energie et principalement, le groupe Taqa Morocco, dont les investissements consolidés intégraient principalement le droit de jouissance complémentaire relatif à la prorogation du Contrat de Fourniture d’Energie Electrique des Unités 1 à 4 pour un montant de 1,5 milliard de dirhams en 2020 », expliquent les analystes.

Les sociétés cotées ayant publié leur CAPEX (hors secteur Finance) ont affiché un ratio Capex/CA de 10,8% contre 11,2% au S1 2020, soit une petite baisse de 0,4pts.

Contribution à la croissance du CAPEX

Source : CDG Capital Insight. 

lire aussi
  • | Le 16/9/2021 à 9:47

    CFG Bank : Le résultat net après impôts passe dans le vert au premier semestre

    Le groupe a connu une bonne croissance de ses crédits au premier semestre, ainsi que des dépôts de la clientèle. Le PNB consolidé affiche une hausse de 23% sur la période. La bonne maitrise des charges a également permis au résultat brut d’exploitation de progresser fortement.
  • B.B | Le 15/9/2021 à 19:46

    Cimentiers : Rebond en 2021, marge, production, présence géographique… Round up du secteur

    Cette année, les cimentiers bénéficient d’une forte croissance de la demande (+8,9% attendu en fin d’année) après les effets de la pandémie en 2020. Mais au long terme cette croissance devrait s’affaisser à 2,2% par an. Les marges devrait se dégrader cette année en raison de la hausse des cours du petcoke. La concurrence s’accentue entre les deux plus grands groupes nationaux.
  • M.Ett | Le 15/9/2021 à 19:45

    Voici comment a évolué le marché des OPCVM depuis début 2021

    Un gestionnaire de fonds de la place revient sur l’évolution des OPCVM depuis le début de cette année et souligne les grandes tendances qui se dégagent. Analyse.
  • | Le 15/9/2021 à 19:45

    Crédits immobiliers : les taux d'intérêt restent à des niveaux relativement bas