SNEP : Une bonne dynamique attendue en 2022 grâce à la hausse de la production

B.B | Le 12/1/2022 à 17:20
Le groupe a bénéficié d’une envolée des cours de l’éthylène et d’une forte hausse de ses prix de vente en 2021. Cette année, la SNEP devrait connaitre une bonne dynamique notamment grâce à la hausse de ses capacités de production et le maintien de la forte demande en produits vinyliques.

En 2021, SNEP a très bien performé en bourse avec une progression de 55,2% de son cours à 720 dirhams, largement au-dessus du MASI qui n’a augmenté que de 18,35% sur la période.

Source : leboursier.ma

Le groupe a également présenté de très bons indicateurs opérationnels à fin septembre avec un chiffre d’affaires en progression de près de 15% par rapport à la même période en 2020 à 766,5 millions de dirhams. Et ce, malgré des perturbations de production liées à l’approvisionnement en oxygène. En 2022, une amélioration des capacités de production devrait permettre au groupe de maintenir une bonne dynamique.

Hausse notable de la profitabilité en 2021

L’année dernière, le groupe avait notamment bénéficié d’une très bonne conjoncture grâce à la hausse historique du prix du PVC à l’international. « Les cours moyens trimestriels sont ainsi passés de 1.192 $/T au T4-20 à plus de 1.800 $/T durant le T3-21 » expliquait Attijari Global Research (AGR) dans une note à la mi-novembre 2021. En répercutant cela sur le prix de vente, le groupe devrait atteindre des bénéfices en forte progression à fin 2021. La société de recherche informait à ce sujet que « le prix de vente moyen de l’opérateur s’apprécierait de 52% en 2021 pour s’établir à 1.539 $/T contre 1.012 $/T une année auparavant ».

D’après les prévisions d’AGR, le résultat net en 2021 devrait s’afficher à 113 millions de dirhams en hausse de 18,6% par rapport à 2020. Cela découle notamment de l’amélioration des marges sur la période. La marge brute est attendue à 38,2% contre 37,2% en 2020 d’après les données d’AGR. En 2022, le cours de l’éthylène devrait diminuer, mais demeurer à des niveaux bien plus élevés que les niveaux prépandémiques. D’après les prévisions d’AGR, le spread de prix PVC-Ethylène devrait passer de 450$ en 2021 à 400$ en 2022, supérieur cependant au spread de 213$ en 2020.

En 2022, une bonne tenue des activités est encore attendue pour la SNEP dans un contexte d’amélioration des volumes de production.

2022 marquée par un bon effet volume et une maîtrise des coûts

Après une année 2021 marquée par la hausse des prix de vente et des marges, l’année 2022 sera marquée par une hausse des volumes produits et vendus.

En effet, d’ici le premier semestre 2022, le groupe bénéficiera d’une hausse de ses capacités de production en PVC. Une hausse de 29% est attendue avec une capacité passant de 70 000 à 90 000 tonnes par an, portée par un investissement de 281,6 MDH. Il est à rappeler que ces produits vinyliques comptent pour 60% du chiffre d’affaires du groupe.

En 2022, SNEP devrait continuer de bénéficier d’une forte demande. Dans son document déclinant sa stratégie annuelle 2021-2022, la société de recherche BKGR indique, concernant l’industrie para chimique : « le renforcement attendu de la demande en produits pétrochimiques dans le sillage de la hausse des biens de consommation ainsi que le maintien escompté d’une demande en plastique dépassant tous les autres matériaux dans les pays développés (tels que l’acier, l’aluminium ou le ciment) ».

De plus, le début d’année devrait être marqué par le lancement de la nouvelle unité de Compound PVC au premier trimestre. BKGR note « le développement de produits sophistiqués à forte valeur ajoutée en l’occurrence via le lancement d’une nouvelle unité de Compounds PVC devant être opérationnelle à partir du T1 2022 et dédiée dans un premier temps au secteur automobile ». Cette amélioration de l’appareil industriel de la SNEP lui permettra également une meilleure maîtrise de la performance opérationnelle. « Cela permettra de moderniser les procédés de production et d’optimiser les coûts d’approvisionnement » explique BKGR.

Mais le groupe bénéficiera d’autres avantages que la hausse de ses capacités de production et du maintien de la demande en produits vinyliques.

Une bonne protection face à la concurrence

L’opérateur bénéficie d’un excellent positionnement sur son secteur. Comme l’évoquait AGR, les barrières à l’entrée sont élevées sur le secteur et la SNEP continuera de jouir de son positionnement en 2022. « La SNEP bénéficie de barrières à l’entrée élevées sur le marché domestique. Afin d’assurer une rentabilité adéquate, tout concurrent potentiel devrait investir dans une capacité supérieure à 45 KT équivalente à un budget minimum de 2,5 MMDH » note la société de recherche.

Le groupe est l’unique producteur local de PVC sur le marché. Cette année, le groupe devrait continuer de bénéficier des difficultés d’importation engendrées par la crise. En ce sens, BKGR note que le groupe est bien protégé contre la concurrence étrangère. Premièrement, grâce à l’augmentation du coût du fret maritime et du délai de livraison des marchandises, qui fait qu’il est plus rentable de s’approvisionner sur place que chez un fournisseur international. Deuxièmement, le groupe bénéficie « d’une mesure anti-dumping protégeant l’entreprise de plusieurs sources d’importations ».

In fine, BKGR valorise le titre à 850 dirhams soit un upside de 12,7% par rapport au cours d’ouverture de la séance du 12 janvier à 754 dirhams. Elle anticipe un chiffre d’affaires de 1 190 millions de dirhams en 2022, en hausse de 18% par rapport à ses anticipations pour fin 2021 à 1 008 millions de dirhams.

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.