RDS stabilise ses bénéfices malgré le recul du chiffre d’affaires

| Le 29/3/2019 à 13:27

En dépit du recul de ses revenus de près de 500 millions de dirhams, Résidences Dar Saada stabilise ses bénéfices à 327 millions de dirhams. La compagnie table pour les années à venir sur le moyen standing et l'expansion africaine pour drainer plus de croissance.

A fin 2018, Résidences Dar Saada affiche un chiffre d’affaires de 1,4 milliard de dirhams, contre 1,9 milliard de dirhams en 2017. La compagnie immobilière indique que 70% de ce chiffre d'affaires a été réalisé sur le second semestre de l'année, et ce suite à la livraison de 4.200 unités.

"Comme annoncé dans son plan stratégique 2018-2020, le groupe Résidences Dar Saada a réussi la livraison de la première tranche du projet moyen standing Océan Palm de Dar Bouazza. La part de ce segment dans le chiffre d’affaires de la compagnie s’établit à 30%", indique le promoteur dans un communiqué.

La compagnie indique également que son concept du "Social en Duplex" a fortement drainé la performance commerciale, le nombre des unités prévendues ayant augmenté de 15% en 2018 pour s’établir à environ 4.100 unités, dont 30% sont des unités duplex sociales.

En dépit de la baisse de ses revenus, RDS stabilise son résultat net, qui passe de 330 millions de dirhams à 327 millions de dirhams d'une année à l'autre.

Une performance qui s’explique selon la compagnie par un niveau de marge opérationnelle en nette progression. Celle-ci est passé de 21% en 2017 à 27% à fin 2018, grâce à l’amélioration du mix produit, notamment par la livraison des premières unités de son projet moyen standing. La société évoque également "une optimisation des coûts de production et des délais de réalisations des projets livrés".

Pour sa part, la marge nette s’établit à 23% en 2018 contre 18% en 2017. La société précise qu’elle a procédé l'année écoulée à la cession d’un actif, ce qui a généré un produit non courant de l’ordre de 19 millions de dirhams.

La compagnie immobilière distribuera toutefois un dividende moindre que l'année dernière :  3 DH par action contre 5,4 DH une année auparavant.

RDS affiche par ailleurs un taux d’endettement de 39%, avec un endettement net de 2,6 milliards de dirhams. Le gearing reste à 39%, tenant compte des contrats leasing et de l’opération de titrisation pour 600 millions de dirhams.

L'Afrique et le moyen standing pour en relais de croissance 

Résidences Dar Saada affirme avoir achevé la production de 4.300 unités en 2018. Et dans un contexte conjoncturel difficile, la valeur du stock d’unités commercialisées atteint 1,7 milliard de dirhams : "Cela nous réconforte par rapport à l’atteinte de nos prévisions 2019-2020", souligne le communiqué de RDS.

Dans les conditions actuelles du marché, la société table sur un niveau de pré-commercialisation s’établissant entre 5.000 et 5.500 unités par an entre 2019 et 2020.

Le stock des produits finis s’élève à 6.932 unités à fin 2018, dont les 2/3 avec un âge moyen de moins d’un an. Ce stock répondra aux livraisons de 2019 et 2020.

RDS anticipe par ailleurs une progression du chiffre d’affaires des années 2019 et 2020, sous l’impulsion des deux segments moyen standing et Afrique en plus des innovations au niveau des projets sociaux. Le chiffre d’affaires escompté devrait générer une croissance cumulée du résultat net de l’ordre de 8% d’ici 2020.

En plus des travaux de construction des autres tranches de ses deux projets immobiliers moyen standing à Casablanca, Résidences Dar Saada compte démarrer deux nouveaux projets moyen standing courant 2019.

Résidences Dar Saada a par ailleurs obtenu en 2018 l’autorisation pour la construction d’un projet immobilier de 2.000 unités sur une assiette foncière de 40 Ha en Côte d’Ivoire, avec la finalisation des premiers témoins. Suite au démarrage des travaux de la première tranche courant le deuxième semestre 2018, la contribution au chiffre d’affaires atteindra près de 10% à partir de 2019.

La société affirme par ailleurs disposer d’une réserve foncière d’environ 1.114,4 Ha dont près de la moitié est située sur l’axe Casa-Rabat. Durant l’année 2018, la société a procédé à l’acquisition de 39,4 Ha à Marrakech, Casablanca et Cabo Negro. Le budget d’acquisition prévu à horizon 2020 est de 450 millions de dirhams, dont 300 millions de dirhams engagés en 2018. 

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.