Helios s’associe à Abderraouf Sordo pour créer un leader panafricain de MedTech

| Le 18/8/2021 à 12:53
Le plus grand fond de capital investissement dédié à l’Afrique est désormais majoritaire chez le leader marocain des MedTech. Déjà présent au capital de BIM Maroc, Helios voit de nombreuses opportunités dans le royaume. Zineb Abbad El Andaloussi, Associée chez Helios nous explique les ambitions du fonds et les raisons de ce dernier investissement.

Dans un communiqué daté du 29 juillet, le plus grand capital investisseur spécialisé sur l’Afrique, Helios Investment Partners, a annoncé avoir conclu un accord pour acquérir une participation majoritaire dans le plus grand groupe marocain du secteur des MedTech.

Il s’agit du groupe dirigé par Abderraouf Sordo et qui est composé de 4 sociétés opérant dans la distribution d’équipements médicaux et IVD (in vitro diagnostic) ainsi que la production de produits pharmaceutiques : Techniques Science Santé (« T2S »), IM Alliance, Cyclopharma et Binarios. Ce groupe marocain est leader de la distribution et de la maintenance de dispositif médical en Afrique francophone avec un chiffre d’affaires de plus de 100 millions de dollars.

Grâce à des accords de distribution établis de longue date avec des fabricants d’équipements (« OEM ») de premier plan, tels que GE Healthcare, Varian, B. Braun, Zeiss, bioMérieux et autres leaders internationaux, le groupe fournit des dispositifs et équipements médicaux haut-de-gamme à un large nombre d’établissements de santé publics et privés. A noter que la société a consolidé sa réputation de partenaire de référence auprès de ses clients en fournissant des services d’après-vente réactifs, fiables et efficaces. Le groupe ambitionne de continuer à soutenir un secteur de la santé en pleine expansion en Afrique Francophone ; Ce dernier connaît une croissance rapide sous l’effet combiné d’une couverture médicale plus large et d’une augmentation des investissements publics et privés dans les infrastructures de santé.

Le Maroc dispose d’un attrait stratégique

Cet investissement au Maroc n’est pas le premier de la part de Helios Investment Partners au Maroc. Fin 2020, BIM Maroc cédait 35% de son capital au capital investisseur.

Le pays présente pour Helios une économie diversifiée avec des taux de croissance anticipée globalement forts dans les secteurs traditionnels et d’avenir.

Contactée par nos soins, Zineb Abbad El Andaloussi, Associée chez Helios, nous confie : « Le Maroc est un pays stratégique pour nous. Nous souhaitons accompagner ce développement en investissant en priorité dans les verticales où nous avons une expertise unique à apporter. Je pense en particulier aux services financiers, aux domaines à forte valeur ajoutée technologique, aux infrastructures, aux énergies renouvelables ou aux biens de consommations de manière large, y compris le secteur de la santé. Notre ambition est de nous associer avec de grandes entreprises marocaines, leaders sur leur marché domestique, et construire ensemble leur prochaine étape de développement sur de nouveaux marchés ».

Pour cela, l’investisseur n’exclut pas tout mode de participation possible, augmentations de capital réservées ou encore rachats de part, pour accompagner les leader nationaux. « Tout est possible. Nous sommes flexibles sur les moyens d’investissements et privilégions ce qui est adapté à chaque situation (augmentation de capital pour financer la croissance, rachat de participations d’actionnaires existants, une combinaison des deux …). La finalité reste d’investir dans des secteurs en forte croissance pour créer des leaders panafricains dans des secteurs à fort impact » confie notre interlocutrice.

Avec cette dernière prise de participation dans une entreprise marocaine leader sur son secteur, l’investisseur désormais majoritaire, aura pour but de structurer la gouvernance, le reporting et la nouvelle phase de développement du groupe. « Il nous ont choisis comme leur partenaire, car ils sont confiants dans notre capacité à écrire à leur côté la nouvelle phase de développement du groupe. C’est la raison pour laquelle nous sommes au tour de table aujourd’hui avec les managers » nous explique Zineb Abbad El Andaloussi.

Notons que cette prise de participation majoritaire ne signifie pas un départ de Abderraouf Sordo. Au contraire, il continuera à piloter le groupe qu’il incarne depuis qu’il l’a créé et qu’il a porté à un très haut niveau sur le marché.

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.