Minières : malgré la récente baisse des cours des métaux de base, les perspectives demeurent bonnes

B.B | Le 12/5/2022 à 18:09
La hausse des cours du dollar a impacté le prix des métaux dans leur ensemble depuis la mi-avril. Le ralentissement de l’économie chinoise explique également la baisse observée. Cependant il est trop tôt pour annoncer un impact négatif sur les minières marocaines. Les cours actuels demeurent encore lucratifs par rapport à l’an dernier. La normalisation de la production des minières est attendue après deux années de perturbations. La tendance des cours reste à surveiller.

Depuis le milieu de l’année 2021 et avec le fort redémarrage de la demande mondiale pour assurer la reprise économique, une envolée des cours des métaux de base avait été observée (zinc, plomb, fer, cuivre). Le phénomène s’est poursuivi en 2022 avec la forte inflation observée et le maintien de la demande élevée en métaux.

Néanmoins, depuis la mi-avril 2022, on observe sur les marchés internationaux, une tendance baissière des cours des métaux de base. Le cuivre par exemple, qui traitait à plus de 10 700 $ la tonne début mars a entamé une baisse à partir de mi-avril et traite actuellement à 9 345 $. En YTD, le cours affiche une baisse de -3,76%. Le zinc qui a atteint un sommet le 20 avril dernier à 4 528 $ la tonne, traite depuis à 3 640 $ ce qui conduit sa croissance en YTD à +1,11%. Le plomb, quant à lui, affiche en YTD une baisse de 8,78% et traite à 2 115 $ la tonne actuellement.

Mais comment expliquer cette baisse soudaine ?

L’appréciation du dollar et le ralentissement économique chinois impactent les métaux de base

Ce trend baissier observé depuis quelques semaines s’explique par différents facteurs. Contacté, le directeur général de Sonasid, Ismaïl Akalay nous livre sa lecture de la conjoncture. « La première explication qui selon moi impacte à la baisse le cours des métaux, c’est la hausse du cours du dollar. Les matières premières traitant en dollar, chaque hausse de la monnaie induit une baisse des cours des matières premières. L’Or par exemple a perdu 100 $ à 150 $ l’once » explique-t-il. La hausse du taux d’intérêt de la FED pour remédier aux problèmes d’inflation va amener les investisseurs à acheter des bons de Trésor américain du fait de cette hausse et cela se fait notamment au détriment des matières premières.

Mais la demande de certains métaux demeure élevée malgré la baisse des cours. Il s’agit d’une correction entraînée principalement par la hausse de la monnaie américaine. « Le cuivre par exemple, restera à des niveaux élevés. Il a connu une correction, mais cela demeure tout à fait normal. C’est un métal qui est très demandé dans le domaine des énergies renouvelables. Les fondamentaux sont importants. Il en est de même pour le zinc. Il faut rappeler que son cours historique est de 2 500 $ alors qu’aujourd’hui, il traite à plus de 3 000 $. Il n’y a pas de nouveaux gisements de zinc et la demande demeure soutenue » explique le directeur général de Sonasid.

Un expert de la place, contacté sur le sujet, explique que cette baisse observée est une correction suite à de très fortes hausses observées durant les derniers mois et s’explique également par un ralentissement observable de l’économie chinoise. « Le zinc est un baromètre de l’économie. L’économie chinoise se porte assez mal actuellement et l’économie mondiale évolue dans l’incertitude. Donc il est normal d’observer des corrections. Le plomb également. Il est très corrélé à l’activité automobile et notamment conduit par la Chine » explique notre source.

Pour nos deux interlocuteurs, cette tendance demeure conjoncturelle. Fondamentalement, les perspectives pour les minières nationales ne seront pas impactées négativement. Tout du moins, il est actuellement bien trop tôt pour le dire.

Une année 2022 qui demeurera bonne pour le secteur 

Malgré cela, il convient de signaler que les cours des métaux de base demeurent supérieurs à ceux observés en 2021. Pour notre source du marché, il est encore trop prématuré d’imaginer des répercussions négatives sur les minières marocaines, notamment Managem et CMT. Le secteur est d’ailleurs en très forte progression et enregistre la meilleure performance en bourse depuis le début de l’année 2022 avec une hausse de 27,9% (à la mi-séance du 12 mai, ndlr).

Évolution du cours de CMT :

Source : leboursier.ma

Évolution du cours de Managem :

Source : leboursier.ma

« Les cours demeurent très lucratifs par rapport à l’année dernière. Les baisses observées ne sont fondamentalement pas méchantes. Cependant, nous ne sommes pas à l’abri d’une poursuite de cette tendance baissière. Il faut désormais surveiller cela et rester vigilant » explique expert. Les pressions baissières sur les métaux précieux étaient attendues cette année du fait du changement de cap dans les politiques monétaires de moins en moins accommodantes. Depuis le mois de novembre 2021 déjà, la FED avait réduit de 15 milliards de dollars ses rachats d’actifs provoquant une hausse du dollar et donc une pression baissière sur les métaux précieux. La demande envers les métaux de base a continué de pousser les prix à la hausse.

Malgré cette récente baisse, il convient de rappeler que les minières vont également bénéficier cette année 2022 d’un effet volume normalisé. « Il est trop tôt pour dire que la baisse des cours aura un impact sur les minières nationales, d’autant plus que ces dernières vont progressivement retrouver une normalisation des volumes cette année, qui sortent de deux années de perturbation de la production » rappelle notre source.

Il convient de noter que Managem a annoncé en mars 2021 un accord effectif avec Wanbao Mining pour le développement de projet aurifère dans la mine de Gabgaba au Soudan. L’un des objectifs de ce partenariat est l’extension de l’actuel site en opération pour pousser la production de 60.000 à 200.000 onces d’or par an. La production d’Or est également attendue en hausse dans la mine guinéenne de Tri-K où le premier lingot a été coulé en milieu d’année 2021. L’objectif à terme étant d’y produire 130.000 onces par an. Le groupe pourra également capitaliser sur la hausse des cours du cobalt cette année (+32% en YTD).

De son côté, CMT a annoncé dans ses résultats annuels 2021 que les travaux de recherche « ont permis l’accumulation de nouvelles ressources et la reconstitution des réserves prouvées ». Le management s’est également dit confiant dans le fait de continuer à bénéficier d’un bon effet prix des métaux cette année. Désormais, l’heure est à la surveillance des cours des métaux de base pour observer si la tendance se rectifie ou poursuit son trend baissier.

lire aussi
  • | Le 26/5/2022 à 17:40

    Les foncières de la cote affichent une résilience qui durera

    Dans un contexte général de retour d’aversion aux risques, les foncières Aradei Capital et Immorente Invest progressent grâce à leur rendement attractif et sécurisé. Le secteur demeure globalement préservé des aléas économiques exogènes. La volonté croissante des opérateurs de se défaire de leurs actifs immobiliers pour améliorer leurs investissements opérationnels sera favorable au secteur au long terme.
  • M.Ett | Le 26/5/2022 à 17:38

    L’endettement total du Trésor devrait dépasser le seuil des 80% du PIB en 2022

    Attijari Global Research livre ses anticipations par rapport à l’évolution du besoin de financement du Trésor et du niveau de son endettement global. Celui-ci devrait dépasser le seuil des 80% du PIB en 2022, d’après les anticipations de la société de recherche.
  • | Le 26/5/2022 à 8:41

    Alliances : hausse de 9% du chiffre d'affaires à fin mars 2022

    Le groupe annonce concrétiser les objectifs arrêtés dans son plan de développement 2022-2025. Le nombre d'unités réceptionnées à fin mars progresse fortement de 144%. Alliances explique que les coûts de développement n'ont pas enregistré de hausse significative.
  • M.Ett | Le 25/5/2022 à 17:51

    OPCVM : un mouvement de rachat est observé face à l’incertitude

    Les investisseurs en OPCVM qui étaient en phase d’attentisme ont décidé de réagir en effectuant des rachats, d’après un gérant de fonds de la place qui table sur une poursuite de la tendance actuelle. Par ailleurs, une réallocation vers les Obligations court terme est observée.