Maroc Télécom : Alpha Mena change sa recommandation sur le titre d’‘acheter’ à ‘accumuler’

| Le 13/4/2022 à 17:02
Le groupe affiche en 2021, une baisse de son chiffre d’affaires induit par un contexte plus rude d’un point de vue réglementaire et de compétition. Le groupe demeure néanmoins résilient et affiche une hausse de 11% de ses bénéfices à 6 MMDH. Cette année il devrait améliorer sa marge d’EBITDA et compter à nouveau sur la data Mobile at Maroc et ses filiales africaines comme relais de croissance. Une reprise progressive des activités mobiles au Maroc est attendue dans les années à venir.

Dans une note diffusée le 12 avril, la société de recherche Alpha Mena a revu ses projections concernant le titre Maroc Télécom suite à la publication des résultats annuels de l’année 2021. Auparavant recommandé à l’achat, le titre est désormais recommandé à l’accumulation. Alpha Mena anticipe un upside de 18,3% du cours à 156 dirhams contre 131,8 dirhams à la clôture de la séance du 12 avril.

Source : leboursier.ma

Depuis le début de l’année, le titre sous performe le marché avec une baisse de près de 5,5% en YTD alors que le MASI affiche un recul de seulement 2,88% sur la même période. En 2021 déjà, le cours affichait déjà un recul poussé par le mécontentement du marché face au dividende jugé décevant. Si en 2021, le groupe a affiché un recul de son chiffre d’affaires, les autres indicateurs demeurent rassurants.

Une rentabilité toujours au rendez-vous

Le groupe a affiché un chiffre d’affaires en baisse de 2% à change constant en 2021 à 36 MMDH. « La bonne tenue des activités à l’International et du Haut Débit Fixe au Maroc a partiellement compensé la baisse des activités Mobile au Maroc » note la société de recherche. Le groupe a néanmoins connu, l’an dernier, une compétition plus rude avec des opérateurs concurrents qui lui ont progressivement pris des parts de marché et des répercussions de la crise sanitaire toujours présente. Le groupe a également subi les baisses de frais d’appels induit par le changement de contexte réglementaire. « L’EBITDA ressort en baisse de 3,5% à 19,080 MdsMAD, impacté par la régression de l’EBITDA au Maroc (-9,2%) effaçant ainsi la croissance de l’EBITDA à l’International (+2,9%) » souligne Alpha Mena.

Malgré cela, l’opérateur national a pu conserver un niveau satisfaisant de sa marge d’EBITDA à 53,3% contre 53,8% en 2020. Le RNPG est ressorti en hausse de 11,1% à change constant à 6 MMDH en 2021. Cela a notamment été poussé « grâce à sa présence stratégique en Afrique (filiales Moov) et à un contrôle efficace des coûts » explique Alpha Mena. Pour la société de recherche, le groupe maintient de bons niveaux de profitabilité et affiche un niveau de rentabilité des capitaux investis (ROCE) qui demeure « très attractif aux alentours de 24,2% sur la période 2019-2021, nettement supérieur à ses pairs (13,6% sur la même période) » explique la société de recherche.

La data mobile et les filiales Moov comme relais de croissance

Le groupe peut capitaliser sur différents relais de croissance pour assurer un bon maintien de ses activités. Avec le ralentissement notable de la pandémie au Maroc et la progression de la Data Mobile et du Mobile Payment, la société de recherche table sur une reprise de l’activité mobile sur les prochaines années. Cette activité a connu un ralentissement du fait du contexte réglementaire et concurrentiel en 2021.

Alpha Mena table également sur « la solide dynamique du Haut Débit Fixe au Maroc se maintiendrait profitant toujours du fort engouement pour les offres FTTH et ADSL ». Maroc Telecom pourra également continuer de bénéficier des bonnes dynamiques des filiales africaines Moov qui ont déjà joué leurs rôles de relais de croissance en 2021 et 2021 en compensant partiellement le ralentissement des activités mobiles marocaines. « Sur la période 2022-2024, nous tablons sur une croissance moyenne de 1,6% et sur une marge d’EBITDA aux alentours de 53,6% » précise la société de recherche.

Des perspectives positives et une forte capacité de génération de cash

Le groupe dispose d’un bon potentiel de croissance à moyen terme poussé notamment par sa forte capacité à générer du cash. Le groupe dispose également d’une force d’investissement importante, ainsi qu’un large portefeuille client de plus de 74 millions de personnes en 2021, en hausse de 1,8% par rapport à 2020. « En outre, le titre se négocie à 18,6x P/E 2022e et à un VE/EBITDA 2022e de 7,3x, inférieur à ses comparables qui se traitent à 22,3x P/E 2022e et à un VE/EBITDA 2022e de 8,6x » explique Alpha Mena.

Qui plus est, le groupe devrait bénéficier d’un retour à une politique généreuse de dividende. A noter qu’en 2021, le DPA était en hausse de 19% par rapport à 2020 à 4,78 dirhams par action. Cela donne un payout de 70% en 2021 contre 65% en 2020. Concernant son rendement, il devrait s’améliorer au titre de l’exercice 2022 à 4,18% contre un rendement de 3,6% (au cours actuel, ndlr).

lire aussi
  • | Le 27/5/2022 à 10:29

    CIH Bank : forte hausse de 66% du RNPG à fin mars 2022

    Le groupe a amélioré ses marges d'intérêts et marges sur commissions à fin mars 2022. Le PNB consolidé ressort en hausse de 14% par rapport à la même période en 2021. Les crédits à la clientèle s'améliorent de 3% par rapport à décembre dernier.
  • | Le 27/5/2022 à 8:47

    Auto Nejma : baisse de 7,5% du chiffre d'affaires au premier trimestre 2022

    Le groupe a subi les difficultés d'approvisionnement et les pénuries découlant de la crise des semi-conducteurs. Le nombre des véhicules vendus au premier trimestre 2022 recule de près de 12%.
  • | Le 27/5/2022 à 8:20

    Ciments du Maroc : hausse de 11% du chiffre d'affaires à fin mars 2022

    Le groupe a vu son chiffre d'affaires se fixer à 955 MDH au premier trimestre. Les investissements progressent de 78% notamment en lien avec la construction du centre de broyage de Nador.
  • B.B | Le 26/5/2022 à 17:40

    Les foncières de la cote affichent une résilience qui durera

    Dans un contexte général de retour d’aversion aux risques, les foncières Aradei Capital et Immorente Invest progressent grâce à leur rendement attractif et sécurisé. Le secteur demeure globalement préservé des aléas économiques exogènes. La volonté croissante des opérateurs de se défaire de leurs actifs immobiliers pour améliorer leurs investissements opérationnels sera favorable au secteur au long terme.