Le titre Lydec suspendu dans l’attente d’annonces importantes

| Le 14/1/2022 à 14:46
La Bourse de Casablanca a annoncé que le cours de Lydec a été suspendu à partir du 14 janvier dans l'attente d'informations importantes. Il est à rappeler que le groupe Suez, actionnaire de Lydec, a connu une OPA de la part de Veolia closée le 7 janvier dernier. Lydec est concernée directement par cette OPA qui donnera lieu à un nouvel ensemble au Maroc.

Dans un communiqué ce vendredi 14 janvier, la Bourse de Casablanca a annoncé que « suite à la demande de l’Autorité Marocaine du Marché des Capitaux, la cotation des titres de capital de la société LYDEC est suspendue à partir du 14/01/2022, et ce en attente de publication d’informations importantes ».

Le groupe se trouve confronté à de nombreuses difficultés financières. Après un déficit de 43 millions de dirhams en 2020 et un endettement en hausse de 40% à 1 345 millions de dirhams, la société a vu son cours fortement baisser en 2021 de près de 37%.

Source : leboursier.ma

Le titre a entamé ce mouvement baissier depuis la révélation de la future suppression de la gestion déléguée , lundi 21 septembre. Les délégataires et régies sortiront complètement de ce secteur. Ils seront remplacés par des Sociétés régionales multiservices (SRM). Les contrats de gestion déléguée seront, pour leur part, maintenus jusqu’à leur extinction.

Il convient également de rappeler qu’il y a une OPA du groupe Veolia sur Suez (détenteur de 51% du capital de Lydec, ndlr). Cette dernière a été clôturée le 7 janvier dernier et in fine Veolia détenait 86% du capital de Suez. Le groupe a néanmoins annoncé qu’il allait demander une réouverture de l’offre du 12 au 27 janvier pour les vendeurs retardataires.  Au-delà de 90% d’actions, il pourra procéder au « retrait obligatoire » pour récupérer les derniers titres et ainsi atteindre 100% du capital de Veolia.

Cette absorption aboutira à « la constitution d’un nouveau Suez composé d’actifs formant un ensemble cohérent et pérenne sur le plan industriel et social et doté d’un réel potentiel de croissance, avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 7 milliards d’euros », d’après un communiqué conjoint de Veolia et Suez publié en avril 2021. Lydec est concernée directement par cette OPA qui donnera lieu à un nouvel ensemble au Maroc.

lire aussi
  • | Le 16/5/2022 à 18:17

    Fitch Ratings maintient sa note « BB+ » sur la dette souveraine marocaine

    L’agence de notation américaine Fitch Ratings a maintenu sa note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à ‘BB+’ avec des perspectives stables. Elle anticipe une hausse de la dette et du déficit budgétaire en 2022 à cause du climat économique maussade, de la hausse des matières premières. Néanmoins, le royaume dispose de fondamentaux macroéconomiques stables, notamment au niveau de sa dette dont les trois quarts sont libellés en dirhams.
  • M.Ett | Le 16/5/2022 à 18:17

    Creusement du déficit de liquidité bancaire et hausse des taux obligataires

    Le marché monétaire connait un creusement de la liquidité bancaire. Cette tendance contribue à la poursuite de la hausse des taux sur le marché obligataire. Un expert du marché, joint par LeBoursier, apporte des explications et livre ses prévisions.
  • | Le 16/5/2022 à 9:30

    Managem : le chiffre d'affaires explose au premier trimestre 2022 à 2,8 MMDH

    Le groupe a bénéficié de la bonne dynamique des cours des métaux, surtout du Cobalt et du Cuivre. 33% du chiffre d'affaires trimestriel provient de la contribution de l'Or de la mine de Tri-K en Guinée. La production d'Argent a également augmenté. Le groupe annonce le lancement des travaux de construction du projet cuprifère de Tizert.
  • | Le 15/5/2022 à 16:47

    Les bénéfices de la cote devraient progresser de 8,6% à 29 MMDH cette année (BKGR)

    En 2022, la société de recherche anticipe une hausse de 6,7% des revenus de la cote à 241 MMDH porté par une amélioration de la dynamique commerciale du segment Financier et Industriel. La profitabilité sera tirée vers le haut par les Banques grâce à la baisse constante du coût du risque et par les acteurs pétroliers et gaziers. La masse des dividendes est anticipée en légère hausse de 2,5% à 19,7 MMDH.