Le nombre de créations d’entreprises a augmenté de 25% à fin novembre 2021 (OMPIC)

B.B | Le 6/1/2022 à 18:52
A fin novembre 2021, le niveau de création d’entreprises atteint des records et dépassent les niveaux pré-crise de 2019 avec 93 517 entités. Dans 55,6% des cas elles sont unipersonnelles. Casablanca demeure la région captant la majorité des créations. Les secteurs concernés par les créations demeurent très traditionnels comme le commerce et le BTP.

D’après les derniers chiffres disponibles sur le site de l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC), la création d’entreprises a poursuivi sa hausse à fin novembre 2021.

Au total, 93.517 entreprises ont été créées sur les 11 premiers mois de l’année 2021, soit une progression de 25% par rapport à la même période en 2020 où l’on dénombrait 74.786 créations. Par nature d’entreprises, à fin novembre 2021, on dénombrait 64.100 entreprises personnes morales et 29.417 entreprises personnes physiques. Le nombre d’entreprises personnes morales a évolué de 32,6% par rapport à la même période en 2020 et le nombre d’entreprise personnes physiques progressait quant à lui de 11,2%.

Le nombre de créations d’entreprises sur la période atteint des records et dépasse même les niveaux d’une année normative comme 2019 où 86.126 créations avaient été recensées sur la période janvier novembre.

Des créations toujours effectuées dans les secteurs traditionnels

A fin novembre 2021, 37% des 93.517 entreprises créées œuvrent dans le secteur du commerce. C’est légèrement moins qu’à la même période en 2020 où le secteur captait 39,1% des entreprises créées.

17,51% des entreprises créées sont dans le secteur du BTP et 15,92% dans le secteur des services divers, soit des statistiques globalement similaires à celles de 2020 sur la même période. Le secteur du BTP rassemblait 16,94% des entreprises créées et celui des services divers, 15,89%.

Casablanca est toujours le hub des créations d’entreprises

Avec 25.277 créations d’entreprises enregistrées à fin novembre 2021, la région Casablanca-Settat conserve sa première position en rassemblant 27% des sociétés créées. Une part similaire à celle que la région de la capitale économique captait l’année dernière à la même période. Mais en nombre, la région a vu les créations d’entreprises croître de 28,4% par rapport à la même période en 2020.

S’ensuit la région Rabat-Salé-Kénitra avec 13.327 créations d’entreprises recensées à fin novembre 2021, puis la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec 11 551 entreprises créées. Dans ces régions, le nombre de créations d’entreprises a respectivement évolué de +30% et +22% par rapport à la même période l’an dernier.

L’entrepreneuriat boosté par les mécanismes d’aide et un effet de base favorable

En 2020, il convient de rappeler que le nombre de création d’entreprises avait baissé de 12% à 83.806 entreprises créées. Une baisse qui s’est notamment expliquée par la fermeture des tribunaux de commerce lors de la période de confinement. La hausse de cette année provient également du fait qu’aucun confinement n’a eu lieu sur la période étudiée.

À partir du dernier trimestre 2020, un bon rebond avait été amorcé. « Entre septembre et décembre 2020, il est vrai que nous observons des hausses assez importantes. Même historiquement, quand on compare cette période par rapport à 2019, les créations étaient supérieures en 2020. Il y a donc eu un effet rattrapage assez important » nous expliquait alors Amine Diouri, directeur des études et de la communication chez Inforisk D&B.

Cette année, la hausse des créations d’entreprises fait suite à la dynamique amorcée au dernier trimestre 2020. Elle s’explique au-delà d’un effet de rattrapage, par la recherche d’alternative suite aux pertes d’emplois induites par la crise. Enfin, il faut également préciser que la distribution des crédits Intelaka a boosté la création d’entreprise en 2021.

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.