Le marché attend toujours le lancement officiel du grand emprunt national

M. Ett. | Le 2/7/2021 à 15:32

Le grand emprunt national est très épié par le marché, mais ses caractéristiques ne sont pas connues pour le moment. 

Le lancement d’un grand emprunt national, prévu pour cette deuxième moitié de l’année 2021, est très attendu par le marché. Mais ses caractéristiques n’ont toujours pas été communiquées d’une manière officielle.

A rappeler que cet emprunt vise la mobilisation de l’épargne des particuliers pour financer l’effort étatique pour faire face à la crise du Covid-19.

Joint par LeBoursier, un économiste en recherche macroéconomique et taux, estime qu' « avec ce qui se passe actuellement au niveau de la liquidité, notamment les dépôts à terme qui suivent un trend baissier et les dépôts à vue sont en hausse, avec des taux de rendement relativement bas, il est un peu difficile d’anticiper le gisement possible pour cet emprunt ».

Cet emprunt devrait avoir lieu au deuxième semestre 2021, mais jusqu’à présent, sa date n’a pas été communiquée. Normalement, il devrait avoir lieu avant les élections et la période estivale du mois d’août. Et même Aïd Al Adha, qui est prévu le mercredi 21 juillet. Si l'emprunt n'est pas lancé avant l'Aid, il ne le sera qu'après les élections.

« Pour le moment, nous savons qu’il y a deux banques qui ont été retenues pour accompagner le Trésor dans cette opération, mais la date d’exécution de l’opération n’est pas connue. Les MRE commencent à entrer. Ils sont peut-être attendus pour cette opération. Le Trésor ciblerait peut-être cette population pour avoir plus de succès», continue-t-il.

La question de la cotation de cet emprunt en bourse est posée. « Coter cet emprunt en bourse permettra de donner plus de liquidité et de visibilité aux épargnants. En se basant sur le discours du Trésor, on peut comprendre que la cotation de ces prochains titres constitue un objectif, de manière à dynamiser la place casablancaise, avoir plus de liquidité et garantir un arbitrage plus facile ».

« Mais, pour le moment, nous n’avons toujours pas d’informations claires autour de cette opération », souligne notre source.

Sur le même registre, un directeur d’une salle de marché de la place nous a indiqué que « pour l’instant, cette opération reste confinée entre les mains des banques qui ont été retenues. Personne ne peut communiquer tant que le Trésor n'a aps rompu le silence ».

lire aussi
  • | Le 16/5/2022 à 18:17

    Fitch Ratings maintient sa note « BB+ » sur la dette souveraine marocaine

    L’agence de notation américaine Fitch Ratings a maintenu sa note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à ‘BB+’ avec des perspectives stables. Elle anticipe une hausse de la dette et du déficit budgétaire en 2022 à cause du climat économique maussade, de la hausse des matières premières. Néanmoins, le royaume dispose de fondamentaux macroéconomiques stables, notamment au niveau de sa dette dont les trois quarts sont libellés en dirhams.
  • M.Ett | Le 16/5/2022 à 18:17

    Creusement du déficit de liquidité bancaire et hausse des taux obligataires

    Le marché monétaire connait un creusement de la liquidité bancaire. Cette tendance contribue à la poursuite de la hausse des taux sur le marché obligataire. Un expert du marché, joint par LeBoursier, apporte des explications et livre ses prévisions.
  • | Le 16/5/2022 à 9:30

    Managem : le chiffre d'affaires explose au premier trimestre 2022 à 2,8 MMDH

    Le groupe a bénéficié de la bonne dynamique des cours des métaux, surtout du Cobalt et du Cuivre. 33% du chiffre d'affaires trimestriel provient de la contribution de l'Or de la mine de Tri-K en Guinée. La production d'Argent a également augmenté. Le groupe annonce le lancement des travaux de construction du projet cuprifère de Tizert.
  • | Le 15/5/2022 à 16:47

    Les bénéfices de la cote devraient progresser de 8,6% à 29 MMDH cette année (BKGR)

    En 2022, la société de recherche anticipe une hausse de 6,7% des revenus de la cote à 241 MMDH porté par une amélioration de la dynamique commerciale du segment Financier et Industriel. La profitabilité sera tirée vers le haut par les Banques grâce à la baisse constante du coût du risque et par les acteurs pétroliers et gaziers. La masse des dividendes est anticipée en légère hausse de 2,5% à 19,7 MMDH.