Le Capital-Investissement a bien performé en 2021 (Experts)

M.Ett | Le 9/12/2021 à 16:55
Le capital-investissement connait une belle année, s’accordent à dire les experts contactés par LeBoursier. Les investissements réalisés à fin octobre sont supérieurs aux prévisions initiales. Par ailleurs, les désinvestissements ont été un peu décalés, Tarik Haddi, Président de l’AMIC.

L’écosystème du capital-investissement, qui a bien résisté face à la crise du Covid-19 en 2020, a bien performé en 2021. C’est ce qui ressort des constats soulevés par des experts contactés par LeBoursier.

Tarik Haddi, Président de l’Association Marocaine des Investisseurs en Capital (AMIC), commente l’évolution de cette industrie en 2021 : « Le capital investissement évolue très favorablement. Nous ne disposons pas encore des réalisations cumulées tout au long de cette  année, mais selon nos estimations, les levées de fonds des sociétés de gestion pourraient dépasser les 5 milliards de dirhams sur 2021 et 2022 ».

Le Président de l’AMIC préfère avancer les prévisions sur 2 ans puisque certaines opérations prévues fin 2021 pourraient être décalées pour début 2022.

Les chiffres disponibles pour le moment démontrent la bonne évolution de l’écosystème en cette année. « 25 investissements ont été réalisés à fin octobre 2021 selon les chiffres qui nous ont été communiqués, alors que nous en avions prévu 17 pour 2021 ».

« Concernant les sorties (désinvestissements, ndlr) certaines ont été décalées en attendant un meilleur contexte. Selon les chiffres qui nous ont été communiqués, 4 désinvestissements ont été recensés à fin octobre 21 ».

« Par conséquent, le contexte créé par la pandémie a impacté plutôt favorablement les levées de fonds des sociétés de gestion et les investissements des Fonds et négativement les désinvestissements des Fonds », conclut le Président de l’AMIC.

La demande est fortement présente chez les entrepreneurs

Sur le même registre, le directeur d’un fonds d’investissement de la place trouve que « l’écosystème continue son évolution positive. La pandémie du Covid a en effet permis de mettre en lumière l’importance de ce de ce type de financement. De plus, cette industrie devrait être boostée davantage avec le fonds Mohammed VI qui est en train d’être levé. Cela va favoriser le lancement plusieurs investissements sectoriels. C’est pour dire qu’aujourd’hui, il y a un grand intérêt pour ce domaine ».

A rappeler que le Fonds Mohammed VI pour l’investissement a pour but de contribuer au financement des grands projets d’investissement aux niveaux national et territorial dans le cadre de partenariats avec le secteur privé. 45 milliards du Fonds Mohammed VI seront investis à travers les acteurs du capital investissement, principalement les Organismes de placement collectif en capital (OPCC).

La demande s’est renforcée avec la crise. « On observe qu’il y a une forte volonté de se développer et de grandir chez les entrepreneurs. Il y a aussi plusieurs entreprises qui souhaitent de plus en plus aller en Afrique et qui voudraient être accompagnés dans ce processus. Beaucoup de marchés ont été fragmentés aussi, la pandémie a démontré l’importance de les consolider », nous indique notre interlocuteur.

En ce qui concerne les secteurs investis, « il y a un focus sur la santé, l’industrie et l’éducation », souligne-t-il.

A noter que les principaux secteurs visés dans les 5 prochaines années sont les Nouvelles technologies, Services, Santé, Agro-alimentaire, Énergie, Distribution, Éducation et Transport et logistique, d’après le Président de l’AMIC.

Jointe par LeBoursier, Meriem Zairi, directrice générale du fonds Seaf Morocco Growth fund (SMGF), trouve qu’il y a eu « une accélération des investissements en cette année ».

« On a assisté à de belles opérations cette année. Le pipeline continue de grossir. L’écosystème est sur la bonne tendance. Nous sommes en effet en train de consolider ce qui a été déjà entamé. Notre avis est positif par rapport à l’évolution observée en 2021 », commente-t-elle.

A noter que l’AMIC publiera, comme à l’accoutumée, l’étude annuelle du capital investissement en mars 2022.

lire aussi
  • | Le 26/5/2022 à 17:40

    Les foncières de la cote affichent une résilience qui durera

    Dans un contexte général de retour d’aversion aux risques, les foncières Aradei Capital et Immorente Invest progressent grâce à leur rendement attractif et sécurisé. Le secteur demeure globalement préservé des aléas économiques exogènes. La volonté croissante des opérateurs de se défaire de leurs actifs immobiliers pour améliorer leurs investissements opérationnels sera favorable au secteur au long terme.
  • M.Ett | Le 26/5/2022 à 17:38

    L’endettement total du Trésor devrait dépasser le seuil des 80% du PIB en 2022

    Attijari Global Research livre ses anticipations par rapport à l’évolution du besoin de financement du Trésor et du niveau de son endettement global. Celui-ci devrait dépasser le seuil des 80% du PIB en 2022, d’après les anticipations de la société de recherche.
  • | Le 26/5/2022 à 8:41

    Alliances : hausse de 9% du chiffre d'affaires à fin mars 2022

    Le groupe annonce concrétiser les objectifs arrêtés dans son plan de développement 2022-2025. Le nombre d'unités réceptionnées à fin mars progresse fortement de 144%. Alliances explique que les coûts de développement n'ont pas enregistré de hausse significative.
  • M.Ett | Le 25/5/2022 à 17:51

    OPCVM : un mouvement de rachat est observé face à l’incertitude

    Les investisseurs en OPCVM qui étaient en phase d’attentisme ont décidé de réagir en effectuant des rachats, d’après un gérant de fonds de la place qui table sur une poursuite de la tendance actuelle. Par ailleurs, une réallocation vers les Obligations court terme est observée.