La dette globale du Trésor est attendue en hausse de 6,4% en 2021 (AGR)

| Le 2/1/2022 à 16:30
Cette année marque l'absence du Trésor sur le marché extérieur après trois dernières sorties réalisées sur la période 2019-2020. Le besoin de financement moyen brut restant d’ici fin 2021 s’établit à 5,7 milliards de dirhams. Le déficit budgétaire, lui, devrait baisser de 0,7 point d’ici la fin de l’année à 6,9% du PIB.

Dans une note diffusée le 28 décembre, la société de recherche Attijari Global Research (AGR) fait le point sur les besoins de financement et l’endettement du Trésor à fin novembre 2021.

La première chose qu’il en ressort est une amélioration des recettes du Trésor sur la période. A fin novembre, les recettes s’affichent à 221 milliards de dirhams, en hausse de 12,8% par rapport à la même période l’an dernier. « Celle-ci tient compte du raffermissement de la demande intérieure et d’une campagne agricole record de plus de 103 millions de quintaux » souligne AGR.

Les dépenses, de leurs côté, ont progressé de 11,2% par rapport à fin novembre 2020 à 284 milliards de dirhams. Cela fait ressortir un déficit budgétaire de 63,4 milliards de dirhams en recul de 3,6 milliards de dirhams par rapport à la même période en 2020. AGR souligne que « le taux d’exécution des dépenses d’investissement a dépassé les 89% contre seulement 79% à fin novembre 2020 ».

Un besoin de financement majoritairement satisfait sur le marché intérieur

A fin novembre 2021, le besoin de financement du Trésor ressort à 75,5 milliards de dirhams, tenant compte d’une réduction des opérations en instance de 12,1 milliards de dirhams. « 92% de ce besoin ont été couverts sur le marché domestique, soit un montant net de 69,4 MMDH » précise AGR.

L’objectif de la LF 2021 fixé à 83,3 milliards de dirhams, le Trésor disposait d’un reliquat de 7,8 milliards de dirhams pour décembre. D’après les estimations d’AGR, il reste d’ici fin 2021 « un excédent cumulé des tombées du Trésor restantes de 2,1 MMDH, dont un besoin de 0,8 MMDH sur le marché intérieur, et un excèdent de 2,9 MMDH sur le marché extérieur ». Prenant en compte le fait qu’aucune sortie à l’international du Trésor n’allait être effectuée en 2021, l’intégralité du besoin de financement restant devait être comblé par le marché intérieur. In fine, le besoin de financement brut moyen du mois de décembre était évalué à 5,7 milliards de dirhams.

Cette année 2021 a été principalement marquée par l’absence du Trésor sur le marché extérieur après les trois sorties réalisées durant les années 2019 et 2020. AGR note que « le Trésor a financé la majorité de son besoin sur le marché des adjudications domestique sans pour autant induire une inflexion haussière visible des taux obligataires en 2021 ». Il est à préciser que le taux de réalisation des financements extérieurs à fin novembre atteint 18% par rapport aux prévisions de la LF 2021.

Hausse de 6,4% de la dette globale du Trésor et allègement du déficit budgétaire en 2021

En 2020, la dette globale du Trésor s’établissait à 832 milliards de dirhams. Pour 2021, AGR l’anticipait à 885 milliards de dirhams, en hausse de 6,4% par rapport à l’année précédente, dans un contexte de déficit budgétaire à 6,9% du PIB.

Fin 2021 la dette intérieure devait se chiffrer à 679 milliards de dirhams, en hausse de 7,2% par rapport à 2020. « Celle-ci tient compte d’une levée nette du Trésor à fin novembre 2021 de 69,4 MMDH » précise la société de recherche. La dette extérieure à fin 2021 devrait se fixer à 207 milliards de dirhams en hausse de 3,5% par rapport à 2020. Etant donné l’absence de sorties à l’international en 2021, le poids de la dette extérieure devrait se limiter à 23% contre 24% l’année précédente. « Le poids de la dette extérieure dans l’endettement global du Trésor en 2021 demeure en ligne avec son Benchmark de référence. Celui-ci s’établit à 25%-75% entre endettement extérieur et intérieur » explique AGR.

Le taux d’endettement du Trésor fin 2021 est attendu à 76,9% du PIB contre 77,2% en 2020. « Rapporté au PIB, l’endettement intérieur devrait croître de 58,7% en 2020 à 59% en 2021. Pour sa part, le taux d’endettement extérieur continuerait d’évoluer autour des 18% en 2021, contre 18,5% en 2020 et 14% en 2019 » précise AGR. Parallèlement, le déficit budgétaire est attendu à 6,9% du PIB contre 7,6% en 2020.

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.