La hausse des ventes du ciment devrait être modérée en 2022 (analyste)

M.Ett | Le 6/1/2022 à 16:21
Les ventes du ciment ont atteint une hausse de 15% en 2021. Joint par LeBoursier, un analyste trouve que cette hausse était exceptionnelle. En 2022, elle devrait être modérée. Voici comment devraient se comporter les deux cimenteries cotée dans ce contexte en cette année.

Le secteur cimentier s’est bien comporté en 2021, après avoir souffert des conséquences de la pandémie en 2020.

D’après les derniers chiffres publiés par l’Association Professionnelle des Cimentiers (APC), la consommation de ciments cumulée a marqué une hausse de 14,7% à fin décembre 2021, en comparaison avec la même période en 2020, passant 12,1 MT à près de 14 MT. Rien qu’en décembre 2021, la hausse des livraisons de ciment a augmenté de près de 7% en passant de 1,1 MT à 1,2 MT pour la même période en 2020.

Ces réalisations dépassent les prévisions de quelques sociétés de recherche. A rappeler que CDG Capital a revu à la hausse ses prévisions concernant la hausse des ventes de ciment en 2021 à 13,6% contre 7,6% initialement.

Joint par LeBoursier, un analyste dans une société de bourse de la place trouve que « la forte hausse des ventes de ciment en 2021 est expliquée essentiellement par un effet de rattrapage en comparaison après la baisse en 2020 suite aux répercussions de la pandémie ».

Dans ce sens, « ce secteur devrait revenir au niveau de croissance normatif. Cette année, nous devrions assister à une croissance modérée de l’ordre de 3-4% de la consommation de ciment », anticipe-t-il.

Dans ce contexte, les deux cimenteries cotées, à savoir LafargeHolcim Maroc et Ciments du Maroc -faisant partie de l’indice MSI20 qui regroupe les 20 valeurs les plus liquides de la cote- gardent globalement de bonnes perspectives.

« Les éléments qui vont influencer cette année les cimenteries seront l’évolution du pétrole, qui impacte directement leurs marges, tout dépendra de l’évolution des cours à l’international. S’ajoutent à cela de potentiels investissements dans la région du sud du Maroc, dont l’activité des cimenteries pourrait bénéficier. Globalement, il n’y a pas vraiment d’enjeux pour les cimenteries cotées cette année », pense-t-il.

« LafargeHolcim est correctement valorisé, Ciments du Maroc est surcoté »

En bourse, « on trouve que le titre LafargeHolcim est correctement valorisé. On anticipe une stabilisation relative du cours en cette année », prévoit-il.

A rappeler que LafargeHolcim Maroc a marqué une hausse de cours de 37,5% en 2021, contre une hausse de 18% du MASI, en passant de 1.600 DH à 2.200 DH.

Evolution du cours de LafargeHolcim Maroc

Source : leboursier.ma

L’évolution du cours de cette cimenterie est soutenue, entre autres, par la progression de son activité. Les réalisations du groupe à fin septembre 2021 sont en fortes progression. Le chiffre d’affaires a bondi de 22% à plus de 6 milliards de DH par rapport à la même période en 2020. Cette progression a été expliquée par l’amélioration des ventes de béton et de ciment.

Par contre, « on trouve que le titre Ciment du Maroc est survalorisé. Du coup, on ne sait pas vraiment comment le cours devrait réagir en bourse. On recommande de vendre le titre, même si le rendement reste intéressant et ça attire les investisseurs », souligne notre interlocuteur.

Ciment du Maroc a terminé l’année 2021 sur une hausse de cours de 13,1%, passant de 1.679 DH à 1.900 DH.

Evolution du cours de Ciment du Maroc

Source : leboursier.ma

A fin septembre 2021, le chiffre d’affaires de Ciments du Maroc s’est élevé à 2.619 millions de DH, en hausse de près de 7% par rapport à la même période l’an précédent.

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.