La dette extérieure publique en légère hausse en septembre 2021

| Le 5/1/2022 à 18:31
Par rapport à la même période l’an dernier, la dette extérieure publique a progressé de 4,5%. La part du Trésor dans la dette publique s’est alourdie alors que celle des Etablissements et Entreprises Publics s’est allégée. Les tirages sur emprunts extérieurs publics baissent de 16,3% par rapport à fin septembre 2020.

Dans un document publié le 4 janvier, le ministère des Finances a dressé les statistiques de la dette extérieure publique du royaume à fin septembre 2021.

Au troisième trimestre, l’encours de la dette a très légèrement progressé de +0,54% à 376,5 milliards de dirhams contre 374,4 milliards de dirhams à fin juin 2021. Sur les neuf premiers mois de l’année 2021, la dette demeure stable (+0,2%). Sur une année glissante, l’encours a progressé de 4,5%.

Source : Ministère des Finances, réalisé par LeBoursier

Le total des tirages de la dette à fin septembre 2021 s’élève à 34,3 milliards de dirhams, en baisse de 16,3% par rapport à la même période en 2020 (41 milliards de dirhams à fin septembre 2020, ndlr). Dans ces tirages, 14,2 milliards de dirhams ont été mobilisés par la Trésor et 20,1 milliards de dirhams au profit des Etablissements et Entreprises Publics (EEP).

À fin septembre 2021, la part du Trésor dans la dette publique atteint 53,4%, stable par rapport au trimestre précédent. Par rapport à la même période en 2020, la part du Trésor s’est légèrement alourdie de 2,4 points. Cette évolution provient notamment de la réponse de l’État aux répercussions de la crise sanitaire.

Source : Ministère des Finances, réalisé par LeBoursier

Dans le détail des tirages effectués par le Trésor à fin septembre, 9,2 milliards de dirhams ont été mobilisés pour l’appui aux réformes. Il est également indiqué que 3,8 milliards de dirhams ont été utilisés au titre de mesures d’atténuation de la pandémie et 1,2 milliard pour les projets du budget.

À fin septembre 2021, le total du service de la dette s’élève à 29,2 milliards de dirhams, en hausse de 48,2% par rapport à fin septembre 2020 où elle s’affichait à 19,7 milliards de dirhams. Il est à préciser que le service a été réglé par le Trésor à hauteur de 10 milliards de dirhams et par les EEP à hauteur de 19,2 milliards de dirhams.

La charge en principal s’élève à 23,5 milliards de dirhams à fin septembre 2021 en progression de 63,5% par rapport à la même période en 2020. Concernant la charge d’intérêt, elle s’élève à 5,7 milliards de dirhams en hausse de 7,5% par rapport à la même période l’an dernier. Selon les projections du ministère des finances, les charges d’intérêt ne font que décroître sur la période 2022-2028 pour atteindre 4 388 millions de dirhams (contre un total de 8 467 millions fin 2020, ndlr).

À fin septembre 2021, la structure de la dette publique par créanciers n’a pas grandement changé par rapport à la même période en 2020. Sur une année glissante, la part de la dette marocaine détenue par des créanciers multilatéraux est passée de 51,2% à 49,1%. Le plus grand changement est observé sur celle détenue par les MFI et banques commerciales, qui est passée de 25,1 % à 28,3%, soit 3,2 points de plus. La part détenue par des créanciers bilatéraux est passée de 23,7% à 22,6%.

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.