La CIMR désormais deuxième actionnaire de la BCP : Explications de Khalid Chedaddi

Mehdi Michbal | Le 4/1/2022 à 15:19
En achetant un bloc de plus de 5 millions d’actions de la BCP, la CIMR devient le deuxième actionnaire du groupe bancaire avec une part de 11,55%. Qui a vendu ce gros paquet de titres à la CIMR ? Et quel est le sens stratégique de cette opération ? Réponses.

C’est la première grosse opération du marché boursier en ce début d’année. La CIMR, qui détenait déjà 8,97% du capital de la BCP vient d’acheter un gros paquet de titres de la banque pour porter sa part à 11,55%. Elle devient ainsi le deuxième actionnaire du groupe BCP après l’ensemble Mamda-Mcma (13,2%).

L’opération a consisté en l’achat par la CIMR de plus de 5,05 millions de titres pour un prix unitaire de 277 dirhams, un cours qui colle à la valeur marché du titre. La caisse de retraite dirigée par Khalid Cheddadi a donc dû débourser 1,4 milliard de dirhams pour s’offrir cette part de 2,58% du capital du groupe bancaire.

La CIMR a fait ses emplettes auprès des BPR

Contacté par Médias24, Khalid Cheddadi nous précise que cette acquisition réalisée le 28 décembre a été négociée avec les Banques Populaires Régionales (les BPR), actionnaires principaux de la BCP.

« Nous avons acheté les parts de chez plusieurs BPR, avec un prix qui colle à une moyenne du cours boursier du titre sur une période donnée », nous confie le patron de la CIMR.

Actionnaires de référence du groupe mutualiste, les BPR ont été, comme nous le précise Khalid Cheddadi, obligées de céder une fraction de leurs parts au vu du changement de la loi sur le Crédit Populaire du Maroc (CPM) opéré en décembre 2020. « L’ancienne loi sur le CPM exigeait que les BPR détiennent au moins 51% du capital de BCP. Les modifications apportées en 2020 ont baissé ce seuil à un minimum 34%. Ce qui a ouvert la possibilité aux BPR de pouvoir céder une partie de leurs titres. Pour un institutionnel comme nous, c’est une belle opportunité. Car de gros paquets d’actions d’une telle qualité sont très rares à trouver sur le marché boursier » explique le patron de la CIMR.

D’autres opérations sur le capital de la BCP à prévoir

Chose qui ne changera rien, comme nous le confie Khalid Cheddadi, à la gouvernance de la banque. « Pour la CIMR, il s’agit d’une simple opération financière de placement à long terme de nos réserves. L’opération n’a pas pour objectif de prendre le contrôle de la banque ou de changer sa gouvernance » précise le patron de la CIMR.

Ce ne sera peut-être pas la dernière opération sur le capital de la BCP. En effet, les BPR détenaient, avant le récent deal, 44,12% du capital de la banque. Avec les 2,5% cédés à la CIMR, elles détiennent encore 41,6% du capital. Théoriquement, si les BPR veulent coller au seuil minimum actuel de 34%, elles peuvent céder jusqu’à 7,6% du capital de la banque. Rien ne les oblige ceci dit à le faire, la loi exigeant simplement qu’elles restent actionnaires au minimum à hauteur de 34%.

Dans ce scénario, le montant en jeu est énorme : 4,5 milliards de dirhams au bas mot. Qui seront les prochains acheteurs si les BPR décident de poursuivre leurs ventes ? Beaucoup de prétendants sont sur la liste. À commencer par les institutionnels présents actuellement dans le capital de la BCP, à l’image de l’ensemble Mamda-Mcma, le RCAR, la CMR, Saham Assurance, Atlanta Sanad ou encore le groupe bancaire français BPCE qui détient actuellement 4% du capital du groupe bancaire avec qui il est partenaire dans sa stratégie d’expansion africaine, à travers la marque Banque Atlantique.

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.