La bourse reprend des couleurs mais l’attentisme se poursuit

M.Ett | Le 8/12/2021 à 16:48
Les indices boursiers reprennent le chemin de la hausse, quoique timidement. Un analyste de la place souligne qu’il y a une phase d’attentisme et que les opérations d’aller-retour demeurent faibles pour le moment.

Les principaux indices boursiers reprennent leur trajectoire haussière en cette semaine.

A rappeler qu’après avoir atteint une hausse annuelle de 20% il y a un mois, le MASI a clôturé sur plusieurs séances dans le rouge au cours de la semaine du 29 novembre. Sa hausse annuelle est descendue à 15%.

Ces évolutions ont été expliquées par les nouvelles restrictions sanitaires au Maroc qui sont intervenus suite à la propagation rapide du nouveau variant Omicron, notamment en Europe et en Afrique.

Les indices boursiers ont repris le chemin de la hausse il y a quelques jours. A la clôture de la séance de ce mercredi, le MASI et MSCI20 affichaient une hausse annuelle de 17,22% et 16,73%, en ordre respectif. La volumétrie qui accompagne ces évolutions reste très moyenne.

Sur la base de tous ces éléments, un analyste de la place, contacté par LeBoursier, estime que « malgré la hausse intervenue après la correction à la baisse la semaine dernière, on considère que le marché est en phase d’attentisme ».

Et d’expliquer : « La bourse de Casablanca suit un trend haussier depuis le début de cette année. Cela est parfaitement logique parce qu’il s’agit d’une année de reprise. Le marché était à un niveau de 20% il y a un mois. Par la suite, on a commencé à assister à une correction à la baisse. Cette évolution s’explique par le contexte général actuel. Celui-ci est marqué par deux principaux facteurs : la baisse du poids du Maroc dans l’indice MSCI Front Market, ainsi que les nouvelles liées au variant Omicron et les restrictions sanitaires qui ont été décidées par les autorités ».

A rappeler qu’il y a eu la baisse du poids du Maroc dans l’indice MSCI FM suite à l’entrée du Pakistan, il y a quelques semaines. «  Suite à la baisse du poids du Maroc dans cet indice, on a observé un petit mouvement vendeur de la part des investisseurs étrangers », indique-t-il.

« La découverte du variant Omicron a provoqué une baisse de l’ensemble des marchés financiers internationaux. Le marché casablancais a été également influencé. Le marché est entré dans une phase d’incertitude », continue-t-il.

Les résultats trimestriels publiés à fin septembre n’ont pas pu redynamiser la place, -malgré le fait qu’ils sont à la hausse -, puisqu’ils étaient déjà intégrés par le marché, d’après notre analyste.

A rappeler qu’à fin septembre 2021, les revenus de la cote ont grimpé de 8,3% à 193,3 milliards de DH et atteignent des niveaux pré-Covid. Le chiffre d’affaires de la cote a progressé de 10,4% au troisième trimestre en glissement annuel pour se situer à 65,7 milliards de dirhams, d’après une note de recherche publiée par Attijari Global Research (AGR).

Les opérations d’aller-retour demeurent faibles pour le moment

En tenant compte du contexte général, les opérations d’aller-retour qui animent d’une façon remarquable le marché comme chaque fin d’année, restent pour le moment faibles.

« On observe qu’il y a quelques opérations d’aller-retour qui transitent sur le marché. Pour le moment, elles ne sont pas nombreuses. Et le volume drainé demeure moyen. Il faudrait observer comment ça va se dérouler au cours des deux dernières semaines de l’année », indique notre interlocuteur.

Ces opérations ont tendance à dynamiser le marché. Elles génèrent généralement une hausse additionnelle des indices boursiers. Notre analyste trouve que le marché a déjà beaucoup pris. « Malgré la correction à la baisse, la hausse du MASI reste énorme. Le marché a compensé les pertes enregistrées en 2020. Il a également dépassé amplement son potentiel de hausse qui était anticipé pour cette année », souligne-t-il.

lire aussi
  • | Le 26/5/2022 à 17:40

    Les foncières de la cote affichent une résilience qui durera

    Dans un contexte général de retour d’aversion aux risques, les foncières Aradei Capital et Immorente Invest progressent grâce à leur rendement attractif et sécurisé. Le secteur demeure globalement préservé des aléas économiques exogènes. La volonté croissante des opérateurs de se défaire de leurs actifs immobiliers pour améliorer leurs investissements opérationnels sera favorable au secteur au long terme.
  • M.Ett | Le 26/5/2022 à 17:38

    L’endettement total du Trésor devrait dépasser le seuil des 80% du PIB en 2022

    Attijari Global Research livre ses anticipations par rapport à l’évolution du besoin de financement du Trésor et du niveau de son endettement global. Celui-ci devrait dépasser le seuil des 80% du PIB en 2022, d’après les anticipations de la société de recherche.
  • | Le 26/5/2022 à 8:41

    Alliances : hausse de 9% du chiffre d'affaires à fin mars 2022

    Le groupe annonce concrétiser les objectifs arrêtés dans son plan de développement 2022-2025. Le nombre d'unités réceptionnées à fin mars progresse fortement de 144%. Alliances explique que les coûts de développement n'ont pas enregistré de hausse significative.
  • M.Ett | Le 25/5/2022 à 17:51

    OPCVM : un mouvement de rachat est observé face à l’incertitude

    Les investisseurs en OPCVM qui étaient en phase d’attentisme ont décidé de réagir en effectuant des rachats, d’après un gérant de fonds de la place qui table sur une poursuite de la tendance actuelle. Par ailleurs, une réallocation vers les Obligations court terme est observée.