Fenie Brossette : le déficit se creuse à 52,9 millions de dirhams en 2018

| Le 29/3/2019 à 13:50

Comme annoncé dans son profit warning, Fenie Brossette a vu ses indicateurs fléchir pendant l’année écoulée.

Le chiffre d’affaires s’est établi à 537,54 MDH à fin 2018 contre 544,70 MDH une année auparavant, soit une baisse de 1,31%.

Suite à la dégradation du chiffre d’affaires et à la hausse des Achats consommés des matières premières (+30,9%), des autres charges externes (+16,9%) et des dotations d’exploitation (+10,5%), le résultat d’exploitation est passé au rouge pour se situer à -11,12 MDH contre 2,77 MDH.

‘’Des provisions significatives relatives au stock inactif des activités abandonnées ont été constatées impactant à la baisse le résultat d’exploitation’’, ajoute la société.

Le résultat non courant, pour sa part, s’est dégradé pour se situer à -30,68 MDH contre -15,25 MDH en 2017. Selon la société, ce résultat intègre une provision de 31,1 MDH constituée par prudence. Elle concerne une risque lié à certaines créances relatives aux activités abandonnées ainsi que des charges non courantes relatives au dénouement du contrôle fiscal. 

Par ailleurs, la société indique que l’endettement net a baissé de 46 MDH entre 2017 et 2018 pour se situer à 120 MDH. 

Tenant compte de ces évolutions, le déficit de la société s’est creusé pour s’établir à -52,9 MDH contre -25,2 MDH en 2017.

La firme indique que l’actionnaire de référence (Le groupe Somed, ndlr) a décidé d’apporter son soutien financier pour accompagner son développement. 
 

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.