Centrale Danone a légèrement réduit ses pertes en 2019

| Le 8/5/2020 à 12:28

A fin 2019, le groupe Centrale Danone a pu atténuer son déficit net part de groupe de 21,7%, malgré la légère baisse de son activité durant la même période.

 fin 2019, le chiffre d'affaires consolidé de Centrale Danone s'est établi à 4,5 milliards de dirhams. Il a ainsi reculé de 3,8% par rapport à une année auparavant.

L’Excédent brut d’exploitation (EBE) courant du groupe a, quant à lui, reculé de 21,2% en glissement annuel.

 Indicateurs consolidés

en MDH à fin 2019 à fin 2018
Chiffre d'affaires 4.579 4.760
EBE 171 179
REX -412 -500
RNPG  -421 -538

Source : Centrale Danone

Par contre, le résultat d'exploitation du groupe s'est amélioré de 17,6% par rapport à 2018 suite à une baisse de 9% des charges d'exploitation courantes durant la même période.

A fin 2019, de déficit du groupe s'élève à 421 MDH. Ainsi, le RNPG s'est amélioré de 117MDH par rapport à 2018, soit une progression de 21,7%.

Par ailleurs, le communiqué du groupe souligne que l'année 2019 a été marquée par une reprise progressive du marché des produits laitiers au second semestre. "Au cours duquel Centrale Danone, avec sa dynamique d’innovations (lancement de nouveaux produits, tels que Xtra, Yopro, lait UHT Gervais, Oykoss…) et de sa qualité d’exécution, a pu reconquérir sa position de leader de marché." ajoute la même source.

>> Lire aussi : Le boycott a fait des ravages : Centrale Danone affiche une perte sèche de 538 millions de dirhams en 2018

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.