Bourse : M.S.IN recommande de conserver BoA et de renforcer BCP

| Le 10/1/2022 à 16:55
La société de recherche M.S.IN recommande aux investisseurs de conserver BoA et de renforcer le titre BCP dans les portefeuilles. Analyse.

La société de recherche M.S.IN émet ses recommandations par rapport à deux valeurs bancaires. Elle recommande de renforcer le titre BCP dans les portefeuilles et de conserver BoA.

Les analystes anticipent une croissance des réalisations pour les deux banques 2021, après les répercussions de la crise du covid-19 en 2020.

Une hausse des dividendes sur la période 2021-2026 est également anticipée, pour les deux valeurs.

M.S.IN anticipe une poursuite de la hausse du cours de BCP au moment où le cours de BoA devrait légèrement baisser.

A rappeler que les deux bancaires ont terminé l’année 2021 sur une hausse de cours à deux chiffres.

Le titre BCP devrait atteindre un cours de 313 DH

Les analystes de M.S.IN anticipent que la BCP devrait reprendre le chemin de la croissance à partir de 2021.

Cette croissance devrait être tirée par la croissance des crédits bancaires en profitant de la relance économique et la poursuite des mesures de soutien budgétaire et monétaire, ainsi que par la poursuite du développement du groupe à l’international afin de bénéficier des opportunités de croissance externe.

Elle serait également portée par l’amélioration progressive du coût du risque en lien avec la reprise économique ; la bonne maitrise des charges générales d’exploitation ; la non-récurrence de l’impact du don au Fonds Covid-19 (1 MMDH) ; et l’assouplissement à titre temporaire des règles prudentielles.

A rappeler que le groupe a clôturé les 9 premiers mois de l’année 2021 sur une amélioration de son PNB de 3,6% par rapport à fin septembre 2020, principalement grâce à l’amélioration de la marge sur commissions et de la marge d’intérêt. Son résultat net consolidé a été multiplié par deux en se situant à 2,9 MMDH.

En ce qui concerne l’évolution du rendement du titre, M.S.IN table sur un dividende ordinaire moyen par action de 9,7 DH sur la période 2021e – 2026p, soit un TCAM de 6,7%.

Pour la valorisation de la valeur BCP, la méthode de l’actualisation des résultats nets futurs a été utilisée, sur la base des hypothèses suivantes :

– Un TCAM du PNB consolidé de 4,3% sur la période 2021e-2026p ;

– Un taux des fonds propres de 9,7%, calculé sur la base d’un Bêta de 0,97 et un taux sans risque de 2,3% ;

– Une prime de risque du marché de 7,7% ;

– Un taux de croissance à l’infini de 2%.

En tenant compte de tout ce qui précède, la valeur de l’action ressort à 313 DH, contre un cours de 284 DH (observé à la clôture de la séance de ce lundi 10 janvier), soit un potentiel de hausse 10,2%. De ce fait, M.S.IN recommande aux investisseurs de renforcer le titre dans les portefeuilles.

CFG bank, dans son dernier stock guide, recommande de conserver le titre BCP dans les portefeuilles. La banque anticipe, elle aussi, une hausse des bénéfices en 2021 et une forte capacité à distribuer les crédits.

CFG a fixé un cours objectif de 305 DH pour BCP. Le titre devrait donc augmenter de plus de 7%, en comparaison avec un cours de 284 DH.

A noter que BCP a clôturé l’année 2021 sur une hausse de cours annuelle de 12,5%, soit légèrement inférieure à la progression enregistré par le MASI pendant la même période (+18,3%).

Evolution du cours de BCP

Source : leboursier.ma

Le titre BoA est légèrement surcoté

Bank Of Africa devrait afficher à partir de 2021 une croissance de ses réalisations financières, d’après les anticipations des analystes qui expliquent cela notamment par le renforcement de la stratégie de développement du groupe à l’international à travers le lancement des nouvelles succursales afin de bénéficier des opportunités de croissance externe ; la poursuite de l’accélération du développement de la banque digitale au Maroc et en Afrique ; l’amélioration progressive du coût du risque en lien avec la reprise économique ; et la croissance des crédits bancaires en profitant de conditions monétaires favorables et également de la poursuite des mesures de soutien et de relance économique.

S’ajoute à cela la non-récurrence de l’impact du don au Fonds Covid-19 (1 MMDH) et l’assouplissement à titre temporaire des règles prudentielles.

De son côté, le dividende ordinaire moyen par action devrait atteindre 6,1 dirhams sur la période 2021e – 2026p, soit un TCAM de 7,2%.

A rappeler que le PNB consolidé du groupe s’est situé à 10,8 MMDH en septembre 2021 en hausse de 4% par rapport à la même période en 2020. Cette progression a été tirée par une bonne tenue du Core Business avec une croissance de la marge sur commissions de 7% et de la marge d’intérêts de +4%. Pour sa part, le RNPG s’est établi à 1,7 MMDH en hausse de 35%, hors contribution exceptionnelle du don au fonds Covid.

La valorisation de la valeur BoA

La méthode de l’actualisation des résultats nets futurs a été utilisée pour la valorisation de la valeur BoA. Ci-après les hypothèses retenues :

– Un TCAM du PNB consolidé de 4,2% sur la période 2021e-2026p ;

– Un taux des fonds propres de 10,3%, calculé sur la base d’un Bêta de 1,04 et un taux sans risque de 2,3% ;

– Une prime de risque du marché de 7,7% ;

– Un taux de croissance à l’infini de 2%.

C’est ainsi que la valeur de l’action, telle que nous calculée par M.S.IN, ressort à 179 DH, soit une surcote de 5,1%. D’où la recommandation de M.S.IN de conserver le titre.

De son côté, Alpha Mena, la firme de recherche basée à Tunis, recommande d’accumuler le titre BoA avec un cours objectif de 183 DH. Le cours de cette bancaire a dépassé cette prévision. Il s’est fixé à 188 DH ce lundi.

La valeur BoA a d’ailleurs gagné 20,5% en 2021, contre une hausse de 18,3% pour le MASI.

Evolution du cours de BoA

Source : leboursier.ma

lire aussi
  • | Le 16/5/2022 à 18:17

    Fitch Ratings maintient sa note « BB+ » sur la dette souveraine marocaine

    L’agence de notation américaine Fitch Ratings a maintenu sa note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à ‘BB+’ avec des perspectives stables. Elle anticipe une hausse de la dette et du déficit budgétaire en 2022 à cause du climat économique maussade, de la hausse des matières premières. Néanmoins, le royaume dispose de fondamentaux macroéconomiques stables, notamment au niveau de sa dette dont les trois quarts sont libellés en dirhams.
  • M.Ett | Le 16/5/2022 à 18:17

    Creusement du déficit de liquidité bancaire et hausse des taux obligataires

    Le marché monétaire connait un creusement de la liquidité bancaire. Cette tendance contribue à la poursuite de la hausse des taux sur le marché obligataire. Un expert du marché, joint par LeBoursier, apporte des explications et livre ses prévisions.
  • | Le 16/5/2022 à 9:30

    Managem : le chiffre d'affaires explose au premier trimestre 2022 à 2,8 MMDH

    Le groupe a bénéficié de la bonne dynamique des cours des métaux, surtout du Cobalt et du Cuivre. 33% du chiffre d'affaires trimestriel provient de la contribution de l'Or de la mine de Tri-K en Guinée. La production d'Argent a également augmenté. Le groupe annonce le lancement des travaux de construction du projet cuprifère de Tizert.
  • | Le 15/5/2022 à 16:47

    Les bénéfices de la cote devraient progresser de 8,6% à 29 MMDH cette année (BKGR)

    En 2022, la société de recherche anticipe une hausse de 6,7% des revenus de la cote à 241 MMDH porté par une amélioration de la dynamique commerciale du segment Financier et Industriel. La profitabilité sera tirée vers le haut par les Banques grâce à la baisse constante du coût du risque et par les acteurs pétroliers et gaziers. La masse des dividendes est anticipée en légère hausse de 2,5% à 19,7 MMDH.