Bourse de Casablanca : belle évolution du marché en 2021

M.Ett | Le 3/1/2022 à 17:21
Hausse à deux chiffres des principaux indices, progression de la capitalisation boursière,… voici comment a évolué la bourse de Casablanca en 2021.

La bourse de Casablanca a terminé l’année 2021 sur une forte hausse, après avoir lâché 7% en 2020.

La cote avait connu des évolutions mitigées au début d’année. Avec l’amélioration de la situation sanitaire et économique au cours de l’année, le marché a commencé à suivre une tendance haussière. Cette tendance a été accélérée au cours du mois de septembre grâce, entre autres, aux résultats des élections qui ont été favorablement accueillis.

Les indices MASI et MSI20 ont ainsi clôturé l’année sur une hausse respective de 18,35% à 13.358,32 points et 17,40% à 1.085,71 points.

A noter que ces évolutions ont été atteints malgré le fait que les seuils de variation ont continué d’être limités, depuis mars 2020 jusqu’en octobre 2021.

D’après le résumé annuel de la bourse, le volume global échangé a atteint 74,7 milliards de DH contre 55,7 milliards de DH, soit une progression de 19 milliards de DH (+34,1%).

La capitalisation globale de la place, elle, s’est située à 690,7 milliards de DH, progressant de 105,8 milliards de DH (+18%) en comparaison avec 2020 (584,9 MMDH).

Contacté par LeBoursier, un membre du directoire d’une société de bourse commente ces évolutions. « L’évolution du marché en 2021 est très positive. A rappeler que la progression du MASI avait dépassé les 20% avant de connaitre une petite correction à la baisse vers la fin de l’année à cause en grande partie du manque de visibilité qui a commencé à se profiler depuis l’apparition du variant Omicron. La fin d’année a coïncidé avec une période d’attentisme. Et on devrait continuer sur cette tendance au début de l’année 2022, dans l’attente des résultats des sociétés cotées qui devraient être positifs. Mais, globalement l’évolution annuelle de la bouse est satisfaisante ».

Selon lui, la hausse du marché s’explique par plusieurs facteurs : « La progression de la bourse est bien fondée. La reprise de l’économie et l’amélioration de la situation sanitaire grâce à la campagne de vaccination au cours de l’année ont favorisé la progression du marché. S’ajoute à cela les réalisations positives des sociétés cotées et les perspectives économiques positives qui se profilaient. Le fait que les taux de l’obligataire sont restés bas a également joué un rôle dans le maintien de l’appréciation de la bourse ».

Notre source trouve qu’il n’y a pas eu vraiment de surprise cette année concernant l’évolution des titres cotées. Il tient par ailleurs à souligner que Label’Vie continue de se démarquer. « Ce titre a réalisé de bonnes performances en bourse grâce à ses réalisations et à la confiance dont il bénéficie de la part des investisseurs. Le titre cartonne depuis quelques années et il continue de progresser même après avoir atteint de hauts niveaux ».

Label’Vie a en effet terminé l’année sur une appréciation de plus de 54,7% en passant d’un cours de 3.200 à 4.950 DH.

A noter que la majorité des valeurs cotées ont terminé dans le vert cette année. Les 5 plus fortes variations de cours ont été enregistrées par : Fenie Brossette (+254,1%), Sothema (+196%), Maghreb Oxygene (+112,6%), Sonasid (105%) et Stroc Industrie (+85,37%).

Ces évolutions montrent que des petites valeurs ont pu progresser en 2021. Notre interlocuteur explique cela par « un phénomène de spéculation drainé par les petits porteurs. Ces derniers sont revenus sur le marché cette année après la crise de 2020. Ils étaient du coup dynamique sur le marché et ils se sont orientés plus vers les valeurs spéculatives sur lesquelles il y a beaucoup de volatilité en essayant d’en profiter ».

Seules 12 valeurs s’affichent dans le rouge. Il s’agit de : Lydec (-36,88%), SMI (-22,53%), Centrale Danone (-15,59%), Oulmes (-13,86%), Unimer (-12,17%) , Maroc Leasing (-7,81%), Maghrebail (-6,64%), Delta Holding (-5,44%), M2M (-3,97%), Maroc Telecom (-3,83%), Risma (-3,73%) et Auto Nejma (-2,22%).

A rappeler qu’au cours de cette année le titre Nexans Maroc a été radié de la cote le 13 décembre.

Le groupe TGCC a réalisé son introduction en bourse vers la fin de l’année. Son IPO a été très bien accueillie. Son cours a bondi de 25% depuis son introduction le 16 décembre jusqu’au 31 décembre 2021, dépassant ainsi la hausse cumulée par  le MASI depuis début 2021. Le titre s’est placé en effet en tête des plus forts volumes drainés pendant plusieurs séances de cotation.

>> Lire aussi : TGCC : L’opération a été souscrite 22 fois, le titre est réservé à la hausse

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.