BMCI : stagnation du PNB et petite amélioration des bénéfices

A.L. | Le 27/3/2019 à 12:19

Recul de la marge d'intérêt et de la marge sur commissions, stagnation du PNB, baisse du résultat brut d'exploitation... l'activité de la BMCI n'a pas été très bonne en 2018. Seule éclaircie : la légère amélioration des bénéfices. 

 

Au terme de l’année 2018, le groupe BMCI a réalisé un Produit net Bancaire (PNB) de 3,03 milliards de dirhams, en quasi-stagnation par rapport à l’exercice précédent (+0,4%).

Le groupe bancaire explique cette évolution par la baisse du niveau de la marge d’intérêt (-2,1%) et de la marge sur commissions (-1,8%). Des replis contrebalancés par la hausse des opérations des marchés (+39,1%).

Les frais de gestion consolidés s’élèvent à 1,67 milliard de dirhams, en hausse de 1,7% par rapport à 2017

Le coefficient d’exploitation consolidé s’affiche ainsi à 53,3% à fin décembre 2018.

Les crédits à la clientèle progressent de 7,7% et les dépôts de 6,2%

Sur le volet commercial, les crédits par caisse à la clientèle consolidés ont atteint 52,5 milliards de dirhams contre 48,8 milliards au 1er janvier 2018, soit une augmentation de 7,7%.

En face, les dépôts de la clientèle consolidés ont enregistré une augmentation de 6,2%, pour atteindre 46,1 milliards de dirhams à fin décembre 2018 contre 43,4 milliards au 1er janvier de la même année.

Les dépôts non rémunérées représentent plus de 68% du total des ressources de la banque.

Le ratio crédits/dépôts s’établit ainsi à 114% au lieu de 112% un an auparavant.

Les engagements par signature se sont établis quant à eux à 21,8 milliards de dirhams, en progression de 15,7%, reflétant une "bonne dynamique" sur l’activité trade, d’après le management de la banque.

Un taux de couverture des créances de 80,4%

Le Résultat brut d’exploitation (RBE) consolidé ressort pour sa part en légère baisse de 1,1%, pour s’établir à 1,41 milliard de dirhams. 

Le coût du risque consolidé a baissé de 8,6% pour se situer à 479 millions de dirhams à fin 2018.

Ainsi, le taux de couverture des créances par les provisions des comptes sociaux s’établit à 80,4%.

Le résultat avant impôts du groupe s’élève, quant à lui, à 908 millions de dirhams, en quasi-stagnation par rapport à l’année 2017 (+0,6%).

Côté bénéfices, le groupe a réalisé un RNPG de 562 millions de dirhams contre 546 millions à fin 2017, soit une progression de 2,9%. Le groupe n'a pas communiqué toutefois sur le dividende qui sera distribué aux actionnaires. 

Le management de la BMCI annonce également avoir investi 136 millions de dirhams en 2018, dont 52% en IT et 48% en immobilier d’exploitation.

Pour regarder le live de la conférence des résultats de la BMCI : 

lire aussi
  • | Le 27/5/2022 à 10:29

    CIH Bank : forte hausse de 66% du RNPG à fin mars 2022

    Le groupe a amélioré ses marges d'intérêts et marges sur commissions à fin mars 2022. Le PNB consolidé ressort en hausse de 14% par rapport à la même période en 2021. Les crédits à la clientèle s'améliorent de 3% par rapport à décembre dernier.
  • | Le 27/5/2022 à 8:47

    Auto Nejma : baisse de 7,5% du chiffre d'affaires au premier trimestre 2022

    Le groupe a subi les difficultés d'approvisionnement et les pénuries découlant de la crise des semi-conducteurs. Le nombre des véhicules vendus au premier trimestre 2022 recule de près de 12%.
  • | Le 27/5/2022 à 8:20

    Ciments du Maroc : hausse de 11% du chiffre d'affaires à fin mars 2022

    Le groupe a vu son chiffre d'affaires se fixer à 955 MDH au premier trimestre. Les investissements progressent de 78% notamment en lien avec la construction du centre de broyage de Nador.
  • | Le 26/5/2022 à 17:40

    Les foncières de la cote affichent une résilience qui durera

    Dans un contexte général de retour d’aversion aux risques, les foncières Aradei Capital et Immorente Invest progressent grâce à leur rendement attractif et sécurisé. Le secteur demeure globalement préservé des aléas économiques exogènes. La volonté croissante des opérateurs de se défaire de leurs actifs immobiliers pour améliorer leurs investissements opérationnels sera favorable au secteur au long terme.