Auto Hall : Une croissance de chiffre d’affaires plus modérée attendue en 2022

B.B | Le 9/1/2022 à 18:21
D’un point de vue financier ou boursier, le groupe a fort rebond en 2021, dans le sillage de la relance du marché automobile. En 2022, le groupe devrait continuer d’afficher de la croissance au niveau de son chiffre d’affaires, mais de manière moins prononcée. Le titre lui, est bien valorisée mais pourra augmenter en cas de surprise sur le dividende. Le yield au titre de 2021 est attendu à 6% et 4,4% au titre de 2022.

En 2021, le secteur automobile a connu un bon rebond après une année morose en 2020 où les ventes de voitures neuves avaient baissé de 20%, impactées par la pandémie et le confinement.

D’après les derniers chiffres de l’Association des Importateurs de Véhicules au Maroc (AIVAM), le marché automobile du neuf marocain a progressé de 31,5% en 2021, surpassant même les niveaux d’une année normative comme 2019. En 2022, une croissance entre 5% et 15% est attendue. La situation devrait bénéficier aux groupes nationaux comme Auto Hall sur les résultats de fin d’année.

Sur les neuf premiers mois de l’année 2021, le groupe affichait un chiffre d’affaires en hausse de 63% par rapport à 2020 et 31% par rapport à 2019 à 4,1 milliards de dirhams. En bourse également, Auto hall a largement surperformé le MASI avec une hausse de 46,10% à 103 dirhams le titre au 31 décembre 2021.

Source : leboursier.ma

Cette performance devrait se poursuivre sur cette année mais avec une moindre intensité.

Une amélioration des indicateurs en 2021

Avec le rebond du secteur enregistré en 2021, Auto Hall a affiché des indicateurs en nette amélioration au premier semestre, notamment concernant la profitabilité. Après un déficit de 21 millions de dirhams au premier semestre 2020, le groupe a dégagé un bénéfice de 201 millions de dirhams à fin juin 2021.

Cela a été conduit notamment par la forte hausse des volumes de vente sur la période. « A fin août par rapport à 2019, le nombre d’unités vendues évoluait comme suit : +11,8% pour la voiture particulière, +31 % pour le véhicule utilitaire léger, +8% pour le véhicule industriel, +14% pour le tracteur agricole » expliquait le groupe dans son communiqué financier semestriel.

D’après les chiffres présentés à fin juin, la société de recherche CFG Bank a décidé de rehausser ses prévisions sur les estimations de ventes du groupe. Dans son dernier Stock Guide, la société de recherche explique: « nous pensons que le groupe devrait encore améliorer sa part de marché en VL et VU (73 % des ventes du groupe) à 16,3 % en 2021, grâce à une reprise des ventes de Ford, suite à la décision de commercialiser à nouveau le modèle Focus, ainsi que le lancement du nouveau modèle Kuga et les bonnes performances de la marque Opel ». A fin septembre 2021, le groupe annonçait que sa part de marché sur les Véhicules Particuliers et Véhicules Utilitaires Légers s’était améliorée à 14,7%.

Sur l’année 2021, CFG Bank anticipe une hausse de 33,8% du chiffre d’affaires à 5.282 millions de dirhams. La marge d’EBIT ajustée, connaîtra une amélioration sur la période à 7,9% contre 5,8% en 2020. Le résultat net du groupe devrait se situer quant à lui à 222 millions de dirhams.

2022, une année de croissance modérée

Cette année, la croissance sera toujours de mise pour le groupe Auto Hall, tant sur le plan financier que boursier. Cependant, l’effet rebond sera atténué. D’après les projections de CFG Bank sur la période 2022-2023, le chiffre d’affaires devrait modestement évoluer pour atteindre 5.539 millions de dirhams en 2022 et 5.941 millions de dirhams en 2023, soit des progressions de 4,9% et 7,2% respectivement.

Cette année, comme au long terme, le groupe pourra bénéficier d’un bon potentiel de croissance, notamment en raison du faible taux d’équipement du marché marocain. « Le marché marocain bénéficie toujours d’un taux d’équipement très faible (près de 60 VP/VUL pour 1 000 habitants, 8 fois moins qu’en Europe), représentant un important potentiel de développement à long terme pour le secteur » explique CFG.

D’un point de vue boursier, le potentiel du groupe est partiellement consommé après une année 2020 ayant largement couvert le retrait de -11,88% accusé en 2020. Actuellement, le cours traite à 109 dirhams en bourse et CFG Bank le valorisait à 110 dirhams dans son dernier Stock Guide. L’un des facteurs qui pourrait éventuellement booster le cours serait une distribution de dividende satisfaisante. Dans une note diffusée fin septembre, Attijari Global Research notait dans ce sens que « la valeur dispose d’une capacité à surprendre le marché en termes de dividende sur la période 2021-2022 ». Pour l’année 2021, CFG Bank anticipe un rendement parmi ls plus élevés de la place à 6% et à 4,4% au titre de l’exercice 2022.

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.