Attijariwafa Bank : Un rebond des bénéfices attendu en 2021 et des fondamentaux solides

| Le 23/7/2021 à 19:11
Avec la non récurrence du don au fonds Covid et la baisse continue du coût du risque, les bénéfices bondiront cette année. Malgré le ralentissement globalisé de la distribution des crédits, le PNB du groupe est attendu en hausse de 3,4% cette année. Les fondamentaux du groupe reste très solides avec des fonds propres renforcés et une politique de provisionnement prudente.

Depuis le début de l’année, le cours d’Attijariwafa Bank a progressé de 3,96% à 440 dirhams à l’ouverture de la séance du 23 juillet.

L’an dernier, comme pour toutes les bancaires, le groupe a essuyé un recul. Ce dernier était de 15,18% à 423,25 dirhams.

Source : leboursier.ma

Financièrement, la crise avait également impacté le groupe. Le bénéfice avait chuté de 48% à 3 milliards de dirhams rogné par la contribution exceptionnelle au fonds spécial Covid-19, conjuguée à la hausse significative du coût du risque. Ce dernier a enregistré une augmentation de 24,3% se fixant à 5,5 milliards de dirhams en lien avec la détérioration du risque de crédit et une politique de provisionnement prudente.

Néanmoins, le groupe a démontré une bonne résilience sur ses marges d’intérêt consolidées sur la période. Elles affichaient une progression de 5,7% en 2020 à 15 785 millions de dirhams. La société de recherche Valoris note dans son document Vision 2021, que le groupe « a pu maintenir sa marge nette d’intérêt / crédits clientèles à 4,7% grâce à l’apport de la hausse des dépôts non rémunérés, dans un contexte de fermeture & restrictions de déplacement et en bénéficiant de son réseau ».

En 2021, la banque pourrait afficher une croissnce de son Produit Net Bancaire (PNB) malgré une demande limitée sur le crédit. La capacité bénéficiaire en revanche sera bien supérieur en 2021 que l’an précédent.

Des bénéfices en hausse attendus cette année

Cette année, les bénéfices du groupe devraient afficher une progression à l’instar des autres acteurs du secteur bancaires. Cela devrait être induit par la diminution progressive du coût du risque cette année ainsi qu’à la non-récurrence du don au fonds Covid-19 (1 148 millions de dirhams pour Attijariwafa Bank, ndlr).

Dans un contexte de reprise encore teinté d’incertitudes, Attijariwafa Bank a déjà vu sa capacité bénéficiaire augmenter au premier trimestre 2021. Sur la période, le résultat net part du groupe consolidé ressort en hausse de 21,6% à 1,3 milliard de dirhams. Une amélioration qui provient de la hausse de 23,6% du résultat d’exploitation du groupe à 2,6 milliards de dirhams. « Cette hausse provient notamment d’une bonne maîtrise des charges d’exploitation, en retrait de 2,5%, ainsi que l’amélioration du coût du risque en baisse de 25,6% » expliquait le groupe lors de la publication des résultats.

Dans le dernier Stock Guide du mois de juillet, CFG Bank anticipe une reprise des bénéfices sur la période 2021-2023. La société de recherche anticipe un RNPG de 5 244 millions de dirhams cette année. En 2023, il attendrait 6 797 millions de dirhams. Cela serait en partie conduit par une baisse progressive du coût du risque. Rapporté aux encours de crédits, le coût du risque consolidé atteignait 1,51% en 2020 contre 0,46% en 2019. Cette année, il devrait se situer à 1,05% et diminuer progressivement jusqu’à 0,61% en 2023 selon les projections de CFG Bank.

Amélioration du PNB attendue malgré une hausse modérée des crédits

Dans le contexte actuel, le groupe verra néanmoins une croissance modérée de son encours crédits sur la période 2021-2023. CFG Bank estime que « Dans un contexte économique toujours difficile marqué par une faible demande sur le crédit, Attijariwafa Bank devrait connaitre une croissance modérée des encours de crédits sur la période 2020-2023E (TCAM de 3,8%) tirée principalement par la croissance des encours au niveau des filiales internationales » explique la société de recherche.

D’ailleurs, dans un récent document d’analyse, CDG Capital indiquait que la croissance des crédits bancaires se poursuivra cette année mais de façon moins marquée que l’an dernier. CDG Capital a rappelé que la croissance des crédits en 2020 s’est affichée à 4,4% et est anticipée en hausse de 3,6% cette année d’après les projections de la banque centrale.

Sur la période, Attijariwafa Bank devrait voir son PNB croître à un taux moyen annuel de 3,7% jusqu’à atteindre 26,58 milliards de dirhams en 2023. Pour CFG Bank, cette hausse est « portée par une croissance modérée de 3,1% de la marge d’intérêt et une hausse moyenne de 5,1% de la marge sur commissions en 2021 ». Le groupe pourrait également bénéficier d’une amélioration des conditions de marché. En 2020, cette activité avait accusé un retrait de 18,3% mais cette année la situation devrait s’améliorer. Pour Valoris Securities cela pourrait venir d’un rattrapage du marché. « Le groupe pourra bénéficier de la reprise constatée sur le marché boursier depuis le S2-2020 qui s’est maintenue jusqu’à date » explique la société de bourse.

Le groupe dispose toujours de fondamentaux solides en 2021

En fin d’année 2020, la banque procédait à deux emprunts obligataires pour un montant total d’un milliards de dirhams. « A fin 2020, Attijariwafa Bank a pu améliorer son ratio Tier 1 (sur base consolidé) de 0,5 pts à 10,8%, tandis que le ratio de solvabilité global atteint 13,4% (Vs. 13,1% en 2019). Outre, les ratios prudentiels, le taux de couverture des créances en souffrance par les provisions s’est amélioré de 0,6 pt sur les comptes sociaux pour atteindre 68,4% sur la même période » explique Valoris Securities.

Au début du mois de mars 2021, le groupe annonçait la conversion de l’intégralité de son dividende exceptionnel en nouvelles actions. Cette opération portait sur un montant global de 1,41 milliard de dirhams. L’objectif des opérations étaient de renforcer et maintenir les fonds propres réglementaires et, par conséquent, renforcer les ratios de solvabilité du groupe. « Ceci se reflétera sur la capacité de la banque à maintenir sa capacité de distribution de crédits, tout en se dotant de la capacité d’absorption de tout choc supplémentaire » poursuit Valoris Securities

Pour CFG Bank, la banque est également équipée pour faire face à d’autres chocs cette année, notamment grâce à « une politique de provisionnement prudente permettant au groupe de normaliser plus rapidement le coût du risque au niveau pré-crise ». Dans le même sens, Valoris Securities explique « malgré l’impact de la hausse significative du coût du risque sur le bénéfice de l’exercice 2020, Attijariwafa Bank bénéficie à fin 2020 d’un niveau de couverture des créances en souffrance par les provisions supérieur à 2019. Ainsi, le groupe bancaire est mieux doté pour capter la prochaine croissance de l’activité bancaire post-Covid ».

lire aussi
  • | Le 16/9/2021 à 15:53

    Startups Tech : Les fonds d’investissement notent une meilleure qualité du dealflow

    La crise a fait prendre conscience de l’importance du numérique auprès des grands décideurs. Les fonds d’investissements spécialisés dans le financement des entreprises technologiques note une amélioration des compétences et de la qualité des entrepreneurs. Les restrictions sanitaires limitent encore l’accélération des signatures de deals. Sur ce segment, les investissements suivront globalement la même tendance que l’an dernier.
  • | Le 16/9/2021 à 9:47

    CFG Bank : Le résultat net après impôts passe dans le vert au premier semestre

    Le groupe a connu une bonne croissance de ses crédits au premier semestre, ainsi que des dépôts de la clientèle. Le PNB consolidé affiche une hausse de 23% sur la période. La bonne maitrise des charges a également permis au résultat brut d’exploitation de progresser fortement.
  • B.B | Le 15/9/2021 à 19:46

    Cimentiers : Rebond en 2021, marge, production, présence géographique… Round up du secteur

    Cette année, les cimentiers bénéficient d’une forte croissance de la demande (+8,9% attendu en fin d’année) après les effets de la pandémie en 2020. Mais au long terme cette croissance devrait s’affaisser à 2,2% par an. Les marges devrait se dégrader cette année en raison de la hausse des cours du petcoke. La concurrence s’accentue entre les deux plus grands groupes nationaux.
  • M.Ett | Le 15/9/2021 à 19:45

    Voici comment a évolué le marché des OPCVM depuis début 2021

    Un gestionnaire de fonds de la place revient sur l’évolution des OPCVM depuis le début de cette année et souligne les grandes tendances qui se dégagent. Analyse.