Aradei Capital : Voici tout ce qu’il faut savoir sur les ambitions futures de la foncière

Mouna Ettazy | Le 18/11/2021 à 11:22
Joint par LeBoursier, Nawfal Bendefa, PDG de Aradei Capital, nous parle de la prise de participation de Aradei Capital dans la société Akdital Immo, ainsi que de la vision de la foncière et des ambitions futures du groupe.

L’alliance du groupe Aradei Capital avec Akdital Immo n’attend que l’accord du Conseil de la concurrence.

Joint par LeBoursier, Nawfal Bendefa, PDG de Aradei Capital, nous confirme que cette opération « attend l’accord du Conseil de la concurrence. Dès que c’est fait, il y a du formalisme juridique à compléter ».

Le PDG de la foncière nous dévoile le cadre dans lequel s’inscrit cette opération qui nécessite un montant global d’investissement de 1 milliard de DH, en précisant que « ce montant comporte une partie du capital, une partie du compte courant et de l’endettement ».

« En tant que foncière cotée, notre rôle est tout simplement de mobiliser de l’épargne et de l’investir dans de l’infrastructure immobilière. Dans le même sens où, par exemple, nous avons un partenariat avec le groupe Label’Vie pour l’accompagner dans sa croissance, nous sommes également ravis d’avoir tissé ce partenariat avec Akdital, qui est un acteur de référence dans le domaine de la santé privée. Notre objectif est donc de les accompagner dans leur croissance et également d’offrir une infrastructure de santé complémentaire sur l’ensemble du territoire », nous indique-t-il.

Ce premier portefeuille de cliniques privées ne sera pas le dernier. « L’objectif de ce partenariat avec Akdital est de ne pas s’arrêter aux premières unités que nous avons identifiées. Ce n’est qu’un démarrage. Notre rôle est de continuer à financer nos partenaires et de les accompagner dans et leur croissance », nous dévoile le PDG de la foncière.

Et d’ajouter : « Les partenariats se tissent dans le temps, et les liens ont besoin d’être forts pour pouvoir les maintenir et faire de la croissance avec. Nous sommes ravis d’avoir réalisé cette première transaction dans la santé avec ce partenaire de référence. Nous allons continuer à soutenir ce partenaire. Si d’autres opportunités se présentent, en fonction du secteur concerné, on s’y intéressera. Notre métier n’est ni celui de la santé, ni celui du commerce, ni celui de l’industrie. Notre métier porte sur l’infrastructure immobilière nécessaire à ces secteurs».

D’autres secteurs sont dans le viseur

Aradei Capital a principalement œuvré dans le secteur du Retail. Avec l’acquisition de la société Akdital Immo, il marque sa première opération dans le secteur de la santé privée. Le groupe étudie également différentes opportunités dans plusieurs secteurs.

« La vision d’Aradei Capital est d’être un véhicule multi-secteur. Nous n’avons pas l’ambition de nous limiter à un secteur. Nous regardons plusieurs secteurs qui ont des fondamentaux solides. Nous voudrions également avoir d’autres partenaires de référence dans des secteurs stratégiques. Dans ce cadre-là, nous analysons plusieurs opportunités dans plusieurs secteurs », nous dévoile Nawfal Bendefa.

Le secteur de l’hôtellerie est écarté pour le moment de cette analyse. « Vous avez évoqué l’hôtellerie, nous sommes une foncière qui fonctionne avec des partenaires sur la base de contrats de bail car nous sommes un acteur de l’immobilier locatif. En ce qui concerne l’hôtellerie, beaucoup d’acteurs font de la gestion pour compte. Ce qui ne s’inscrit pas dans le business model de la foncière, de la même manière qu’elle ne s’inscrit pas dans le modèle des OPCI, parce que nous opérons d’une manière quasi-similaire à celle des OPCI », explique-t-il.

Aradei compte continuer de se focaliser sur l’immobilier locatif professionnel.« Les baux que nous pratiquons sont commerciaux. C’est principalement du BtoB. Nous n’avons pas l’ambition aujourd’hui de faire du résidentiel, vu que celui-ci a une catégorie de baux différente et un fonctionnement différent. Du coup, nous n’avons pas l’ambition immédiate pour Aradei Capital d’intervenir dans le résidentiel locatif », poursuit-il.

« Le rôle des foncières est d’être un financeur important pour différents secteurs »

Nawfal Bendefa insiste sur le rôle joué par les foncières dans l’accompagnement des opérateurs économiques. « Le métier de la foncière en immobilier locatif est nouveau au Maroc. Le rôle des foncières devient de plus en plus connu et devient un choix de plus en plus évident pour les acteurs marocains. Si on prend l’exemple de la santé, 2/3 du montant global des investissements concernent le foncier et les murs, le 1/3 qui reste est lié aux équipements et tout ce qui est nécessaire pour ce métier. Si on prend un acteur comme Akdital Holding, à travers un partenariat avec une foncière, ils sont capables avec le même montant d’investissement de produire 3 fois plus d’unités de santé à titre d’exemple ».

« C’est pour dire que le rôle des foncières finalement est d’être un financeur important pour différents secteurs. Dans le retail, ce chiffre tourne autour de 70%. C’est-à-dire, 70% de l’investissement est composés de murs et de foncier, et seulement 30% pour le reste. Dans l’industrie, c’est un peu plus que 70% des investissements », indique-t-il.

Et d’ajouter : « Quand une foncière s’intègre dans le système de création de valeur, cela permet à ces entreprises de bien utiliser leurs moyens, ou bien de les utiliser d’une manière efficiente pour pouvoir avoir une croissance beaucoup plus rapide et se recentrer sur leur activité».

Dans le cadre du partenariat Public-Privé, la Caisse Marocaines des Retraites (CMR) a acquis 5 CHU en 2019 pour les louer à l’Etat. L’opération entre dans le cadre des « financements innovants » pour financer le budget de l’État. Il s’agit en fait d’une monétisation des actifs détenus par l’Etat et arrivés à maturité. Le PDG d’Aradei trouve que « c’est une très bonne idée ce qui a été fait avec les CHU. Je ne serai pas étonné de voir que des opérations telles que celle-là se multiplient et qu’il y ait d’autres acteurs avec lesquels l’État puisse travailler dans le futur. Ce modèle a été pratiqué dans plusieurs pays. Il a fait ses preuves. Il n’y a aucune raison pour que l’État s’arrête à cette première opération. Tout le monde est gagnant. De plus, quand on voit le nouveau modèle de développement économique du pays, on est dans le cadre de la participation du privé auprès du public pour le financement des infrastructures ».

>> Lire aussi : Santé: L’éclairage du groupe Akdital sur son alliance avec Aradei Capital 

lire aussi
  • | Le 28/11/2021 à 14:07

    Bourse : les OPCVM s’accaparent 40% du volume transactionnel au 3ème trimestre 2021

    Les OPCVM s’accaparent 40% du volume drainés au titre du 3ème trimestre 2021 et affichent une position nette acheteuse, au moment où les personnes morales marocaines étaient en position vendeuse, d’après le rapport du profil des investisseurs publié par l’AMMC.
  • | Le 26/11/2021 à 12:11

    Crédit du Maroc: Très forte progression du RNPG à fin septembre

    Le groupe a connu une bonne tenue de sa collecte et de l'évolution des crédits à fin septembre. Les marges d'intérêt et sur commissions se sont bonifiées. Grâce à la forte baisse de 73% du coût du risque, le RNPG a presque quadruplé sur la période.
  • | Le 26/11/2021 à 10:24

    Label'Vie: Le chiffre d'affaires consolidé augmente de 6% à fin septembre

    Le groupe a connu une bonne dynamique au troisième trimestre avec une bonne croissance des ventes sur tous les segments. Sur l'unique troisième trimestre, 7 nouveaux points de vente ont été inaugurés. L'investissement augmente fortement suite à l'accélération du rythme de développement. L'endettement net recule de 5% par rapport à fin 2020.
  • AFP | Le 26/11/2021 à 9:26

    Nouveau variant Covid: les marchés boursiers européens plongent à l'ouverture

    Les marchés boursiers européens plongeaient vendredi matin, rattrapés par l'émergence d'un nouveau variant particulièrement contagieux en Afrique du Sud.