Addoha : Hausse de 2,3% du chiffre d’affaires en 2021

| Le 1/3/2022 à 18:40
Le chiffre d’affaires global du groupe Addoha s’est apprécié de 2,3% en 2021 en comparaison avec 2020. Cette performance est tirée en grande partie par l’activité en Afrique de l’Ouest. Toutefois, le groupe informe qu’il n’a pas pu retrouver sa capacité bénéficiaire en 2021.

Addoha a connu un ralentissement de la production sur les différents programmes immobiliers au Maroc au 4ème trimestre 2021.

Pendant cette période, les préventes totales ont reculé de 11% en passant de 1.492 à 1.320 unités au 4ème trimestre 2021.

Courant l’année 2021, les préventes ont enregistré une hausse de 13% pour atteindre 8.163 unités, grâce à la progression enregistrée en Afrique de l’Ouest (+39% à 2.851 unités par rapport à 2020).

En Afrique de l’Ouest, les préventes ont continué à progresser grâce au lancement de plusieurs tranches à la vente. Le groupe a acquis 2 nouveaux terrains à Abidjan pour le développement de logements économiques et de moyen standing.

Au Maroc, les préventes se sont fixées à 5.312 unités contre 5.138 unités une année auparavant, soit une hausse de 3,3%.

Le chiffre d’affaires du groupe s’est situé à 1,2 MMDH en 2021 contre 1,1 MMDH en 2020, progressant ainsi de 2,3%.

Le chiffre d’affaires réalisé au Maroc en 2021 s’est établi à 847 MDH, contre 909 MDH en 2020, soit  une  baisse de 7%. Cette baisse est expliquée par le ralentissement de la cadence de production et de livraison.

En Afrique  de  l’Ouest,  le  chiffre  d’affaires en  2021 s’est établi à 353 MDH contre 264 MDH en 2020, soit  une  progression de 33%.

Les filiales du groupe en Afrique de l’Ouest ont contribué à hauteur de 29% au chiffre d’affaires consolidé de 2021, contre 23% en 2020.

Le groupe souligne que : « Malgré  les  efforts fournis  pour  limiter  l’impact  de  la  crise  sanitaire sur les  indicateurs de rentabilité, le niveau du chiffre d’affaires consolidé lié au décalage de production au Maroc n’a pas permis au groupe de retrouver sa capacité bénéficiaire en 2021 ».

L’endettement net du groupe s’est réduit à près de 4,4 MMDH à fin décembre 2021, en baissant de 400 MDH depuis le début de l’année.

En bourse, le titre Addoha affiche une hausse de 7,4% cumulée depuis début 2022.

Evolution du titre Addoha

Source : leboursier.ma

lire aussi
  • | Le 16/5/2022 à 18:17

    Fitch Ratings maintient sa note « BB+ » sur la dette souveraine marocaine

    L’agence de notation américaine Fitch Ratings a maintenu sa note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à ‘BB+’ avec des perspectives stables. Elle anticipe une hausse de la dette et du déficit budgétaire en 2022 à cause du climat économique maussade, de la hausse des matières premières. Néanmoins, le royaume dispose de fondamentaux macroéconomiques stables, notamment au niveau de sa dette dont les trois quarts sont libellés en dirhams.
  • M.Ett | Le 16/5/2022 à 18:17

    Creusement du déficit de liquidité bancaire et hausse des taux obligataires

    Le marché monétaire connait un creusement de la liquidité bancaire. Cette tendance contribue à la poursuite de la hausse des taux sur le marché obligataire. Un expert du marché, joint par LeBoursier, apporte des explications et livre ses prévisions.
  • | Le 16/5/2022 à 9:30

    Managem : le chiffre d'affaires explose au premier trimestre 2022 à 2,8 MMDH

    Le groupe a bénéficié de la bonne dynamique des cours des métaux, surtout du Cobalt et du Cuivre. 33% du chiffre d'affaires trimestriel provient de la contribution de l'Or de la mine de Tri-K en Guinée. La production d'Argent a également augmenté. Le groupe annonce le lancement des travaux de construction du projet cuprifère de Tizert.
  • | Le 15/5/2022 à 16:47

    Les bénéfices de la cote devraient progresser de 8,6% à 29 MMDH cette année (BKGR)

    En 2022, la société de recherche anticipe une hausse de 6,7% des revenus de la cote à 241 MMDH porté par une amélioration de la dynamique commerciale du segment Financier et Industriel. La profitabilité sera tirée vers le haut par les Banques grâce à la baisse constante du coût du risque et par les acteurs pétroliers et gaziers. La masse des dividendes est anticipée en légère hausse de 2,5% à 19,7 MMDH.