Séance du 21/06/2021

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

BMCE Capital Research table sur une hausse de la capacité bénéficiaire de son Scope 40 des sociétés cotées de 37,8%, à 23,4 milliards de DH en 2021 et de 21,7%, à 28,4 milliards de DH en 2022.

Sociétés cotées : les bénéfices devraient bondir de 37,8% en 2021 et de 21,7% en 2022 (BMCE Capital)

 | LE 07-05-2021 13:02
BMCE Capital Research table sur une hausse de la capacité bénéficiaire de son Scope 40 des sociétés cotées de 37,8%, à 23,4 milliards de DH en 2021 et de 21,7%, à 28,4 milliards de DH en 2022.

Dans son Forecast 2021-2022, BMCE Capital Research dresse ses anticipations pour l’évolution des performances commerciales et financières de son scope 40 des sociétés cotées.

D’après ses anticipations, l’activité commerciale du Scope 40 devrait progression de 5,1% à 216,1 milliards de DH en 2021, grâce à la reprise économique en cours.

La capacité bénéficiaire devrait croître de 37,8% à 23,4 milliards de DH sous l’effet de la non-récurrence des dons Covid effectués par les sociétés cotées et des provisions constatées en 2020 par les immobilières et de l’amorce de la baisse du coût du risque pour les financières.

Des réalisations commerciales tirées par les financières et les industries

La progression de réalisations commerciales anticipée par BKR intègre une amélioration de 3,7% à 53,8 milliards de DH du PNB des financières et une hausse de 5,5% à 144,7 milliards de DH du chiffre d’affaires des industries.

Pour les industrielles, la progression des revenus en 2021 tient compte des éléments suivants :

> Des opérateurs de distribution de gaz et d’hydrocarbures, principalement Total Maroc, consécutivement à la hausse des prix à la pompe suite au redressement du cours du brut à l’international et à la reprise de la dynamique commerciale des stations-services sous condition de l’allègement des restrictions sanitaires dépendamment du bon déroulement de la campagne de vaccination ;

> Des sociétés de matériaux de construction, lesquelles devraient bénéficier d’une reprise mécanique en 2021, notamment suite au redémarrage des chantiers post confinement ;

> De Taqa Morocco qui devrait profiter de l’impact attendu de la hausse des prix du charbon refacturés à l’ONEE. ;

> L’atténuantion du repli des revenus de Maroc Telecom (2,6% seulement) en raison de l’intensification de la concurrence sur le segment Data prépayé, de l’impact de la diminution des terminaisons d’appel sur le revenu des services entrants et de l’effondrement du chiffre d’affaires roaming et international en raison des restrictions drastiques des déplacements.

Pour l’année 2022, BKR anticipe un renforcement du chiffre d’affaires de 5,8% à 153,1 milliards de DH, redevable au bon comportement des Blue Chips notamment :

> Label’Vie qui devrait bénéficier essentiellement d’un retour à une cadence normative de son programme d'ouvertures ;

> Total Maroc, suite au retour progressif à la normale de l’activité consécutivement à la levée définitive attendue des restrictions sanitaires ;

> Et, LafargeHolcim Maroc dont les ventes devraient profiter de l’effet plein de la nouvelle usine d’Agadir lancée au deuxième semestre 2021 dans un contexte de reprise progressive attendue de la demande.

Pour leur part, les assurances devraient enregistrer une amélioration de 5,3% des primes acquises nettes à 17,6 milliards de DH en 2021, redevable à la hausse prévue des Branches Vie (+4%) et Non-Vie (+6%) grâce notamment à une reprise progressive attendue de l’Epargne ainsi que de la Branche Automobile, en lien avec une amélioration escomptée de la situation économique.

En 2022, les primes acquises nettes devraient augmenter de 7,4% à 18,9 milliards de DH grâce aussi bien à la Vie et la Non-Vie sous l’effet d’un retour quasi-total à la normal de l’activité des entreprises et des ménages.

La progression de la capacité bénéficiaire portée par les banques et les immobilières

BKR table sur un rebond de 37,8% à 23,4 milliards de DH en 2021 avant d’enregistrer une consolidation de cette tendance avec 21,7% à 28,4 milliards de DH en 2022.

Retraité des dons au fonds spécial Covid-19, le RNPG global de l’année 2021 ressortirait en amélioration de 12,9% en glissement annuel. Retraité des dons Covid et des immobilières, la croissance de la capacité bénéficiaire progresserait de 5,7% seulement.

Dans le détail, la masse bénéficiaire des industries devrait marquer une forte hausse de 33,7% à 14,9 milliards de DH, essentiellement tirée par la bonne tenue escomptée des immobilières suite à l’amélioration significative prévue de l’activité et la non-récurrence de la constatation de moins-values pour certains actifs ayant été comptabilisées en 2020 (un impact de 1,5 milliard de DH). S’ajoute à cela la non-récurrence des dons Covid qui se sont élevés à 2,2 milliards de DH en net pour l’ensemble des sociétés industrielles.

Retraité de la contribution nette globale au fonds Spécial pour la gestion de la pandémie, le RNPG 2021 de la cote industrielle ressortirait en hausse de 11,7% en glissement annuel.

Pour l’année 2022, ces sociétés devrait connaître un bottom line en appréciation de 12,7% à 16,8 milliards de DH, devant être porté notamment par les bonnes performances escomptées de LafargeHolcim Maroc dans le sillage de l’effet plein de la production additionnelle de sa nouvelle usine située à Agadir.

Pour les financières, BKR s’attend à une hausse de 52,7% du RNPG 2021 à 7,2 milliards de DH consécutivement à la baisse du coût du risque amorcée à partir de 2021 (-8,4% à 13 milliards de DH, soit un taux du coût du risque de 1,6% en 2021 contre 1,8% en 2020), suite à la constitution par les Banques en 2020 d’un matelas de provisions confortable, leur offrant la possibilité d’effectuer des reprises à Moyen/Long terme. Toutefois, BKR note que ce niveau demeure largement supérieur au niveau normatif de 0,8% et devrait se réduire progressivement sur les années à venir.

S’ajoute à cela l’effet de la non-récurrence des contributions au Fonds Covid-19.

En 2022, le RNPG des financières augmenterait de 41,2% à 10,2 milliards de DH profitant principalement de la poursuite de l’allègement du coût du risque (un taux du coût du risque de 1% en 2022 contre 1,6% en 2021), accompagnant une reprise attendue de l’activité économique.

S’agissant des Assurances, elles devraient enregistrer une hausse de 16,2% de la capacité bénéficiaire à 1,3 milliard de DH en 2021, en lien avec l’appréciation anticipée du résultat technique ainsi que du résultat non-technique. BKR rappelle que les compagnies cotées avaient pâti en 2020 de l’impact des contributions des assureurs au Fonds Covid-19 (un total de 2,40 milliards de DH en brut pour les assureurs côtés).

En 2022, la société de recherche anticipe une hausse de la capacité bénéficiaire des assurances de 15,5% à 1,4 milliard de DH, prenant en considération aussi bien l’amélioration attendue des indicateurs techniques que d’activité des 3 assureurs cotés.
  

Les éléments de retraitement

Source : BKR.

 

Aller à
Atlanta