Séance du 18/05/2021

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

A fin mars, Crédit du Maroc note une hausse des crédits et des ressources à vue. La baisse des charges d’exploitation sur la période fait croitre le résultat brut d’exploitation de 22%. Malgré une légère hausse du coût du risque, le RNPG ressort en progression par rapport à l’an dernier.

Crédit du Maroc : RNPG en hausse de 25% au premier trimestre 2021

 | LE 03-05-2021 11:42
A fin mars, Crédit du Maroc note une hausse des crédits et des ressources à vue. La baisse des charges d’exploitation sur la période fait croitre le résultat brut d’exploitation de 22%. Malgré une légère hausse du coût du risque, le RNPG ressort en progression par rapport à l’an dernier.

A fin mars 2021, l’encours de crédits s’est accru de 4,6% à 43,6 milliards de dirhams par rapport à la même période l’an dernier. « Ce dynamisme reflète la croissance des crédits court terme qui évoluent de 15,7 % et des crédits à l’équipement de 1,1 % » explique le groupe.

L’encours des crédits habitat a progressé de 2,8% à 15 milliards de dirhams, tandis que l’encours des crédit à la consommation a reculé de 8% sur la même période à 3,7 milliards de dirhams.

Les ressources bilan progressent de 7,1% au premier trimestre 2021, à 45,6 milliards de dirhams. Une augmentation qui intervient « sous les effets de l’évolution des ressources à vue de 12,1 % à 32 291 millions de dirhams et de la hausse des ressources d’épargne de 2,6 % à 10 011 millions de dirhams » explique CDM. Les ressources hors bilan poursuivent une croissance soutenue. Leurs encours se sont accrus de 19,9% grâce, notamment, à l’augmentation de 27,5% des encours OPCVM.

Le Produit Net Bancaire (PNB) diminue de 2,1% à 610 millions de dirhams. Une baisse que le groupe impute  « au repli de 9,2 % de la marge sur les commissions pour atteindre 113,9 millions de dirhams. Cette évolution est liée notamment à la diminution des flux en agence et à celle des commissions de change manuel sous l’effet de la fermeture des frontières ». La marge nette d’intérêt s’élève à 466,7 millions de dirhams, en quasi stagnation.

Le résultat brut d’exploitation s’élève à 283 millions de dirhams, en croissance de 22,2%, principalement grâce à la baisse des charges d’exploitation. En effet, elles sont en retrait de 16,5% à 326 millions de dirhams. « Les charges du premier trimestre 2020 intégraient le don du Crédit du Maroc au fonds spécial pour la gestion du COVID-19 (85 millions de dirhams). Retraitées du don, les charges d’exploitation sont en progression de 6,7 % sous l’effet d’une hausse de 15 % des amortissements traduisant l’effort d’investissement du Crédit du Maroc dans le cadre de son plan stratégique » précise CDM.

Le coût du risque augmente de 9,1% à 101 millions de dirhams sur la période. Le groupe note que le taux de couverture s’établit à fin mars 2021 à un niveau de 92,5%, traduisant une politique prudente de provisionnement.

In fine, le RNPG du groupe ressort en progression de 25,3% à 92 millions de dirhams.

CDM rappelle que son endettement ressort à 1 558,1 millions de dirhams, en recul de 24,8 % par rapport à mars 2020, en raison principalement d’un remboursement de dette subordonnée à hauteur de 500 millions de dirhams.

Aller à
Atlanta