Séance du 18/05/2021

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Le Trésor est en situation confortable, la courbe se redresse légèrement et la demande reste présente. Tels sont les principaux caractéristiques du marché des bons du Trésor depuis le début de cette année, d’après le directeur d’une salle des marchés. Mais selon lui, les perspectives d’évolution du marché en 2021 restent floues.

Bons du Trésor : la demande est toujours présente, les taux se redressent légèrement

Par M. Ett. | LE 12-04-2021 16:52
Le Trésor est en situation confortable, la courbe se redresse légèrement et la demande reste présente. Tels sont les principaux caractéristiques du marché des bons du Trésor depuis le début de cette année, d’après le directeur d’une salle des marchés. Mais selon lui, les perspectives d’évolution du marché en 2021 restent floues.

Contacté par Leboursier, le directeur d’une salle des marchés de la place fait le point sur l’évolution du marché des bons du Trésor depuis le début de cette année.

D’après lui, « le marché connait un léger redressement de la courbe des taux, la situation du Trésor reste confortable et la demande est toujours présente ».

Et d’indiquer : « globalement, si on compare le premier trimestre de cette année avec le premier trimestre de l’année précédente, on trouve que le Trésor a levé quasiment les mêmes montants. Il a levé à peu près 50 milliards de DH depuis le début de cette année ».

« Le Trésor avait annoncé un besoin de 10,5 milliards pour le mois de février. Il a finalement levé 7,3 milliards de DH. Pour mars, il avait annoncé un besoin de 13,5 milliards de DH, mais il ne l’a pas levé complétement. C’est normal. Cette tendance s’explique par le fait que le mois de mars coïncide avec le paiement des impôts, ce qui représente des rentrées fiscales. Le Trésor connait généralement une aisance financière durant cette période ».

Pour le mois d’avril, la Direction du Trésor et des Finances Extérieures a annoncé que le recours au marché des adjudications des valeurs du Trésor portera sur un montant se situant entre 10,5 et 11 milliards de DH.

En ce qui concerne l’évolution de la courbe des taux, notre interlocuteur rappelle qu’ « on a observé une forte baisse en janvier qui était expliquée par la sortie du Maroc à l’international pour une levée de 3 milliards de dollars, les tirages bilatéraux réalisés et par les opérations de rachat effectuées par le Trésor vers la fin de l’année ».

« Actuellement, on constate un très léger redressement de la courbe, qui reste totalement normal. Ce redressement est juste un effet de marché, rien d’exceptionnel », estime-t-il.

Et d’expliquer : « concrètement, vu que les taux sont à des niveaux assez bas, les investisseurs cherchent un rendement plus intéressant. Donc, ils vont aller vers des maturités qui leur permettraient une bonne rémunération sans pour autant s’exposer sur le très long terme ».

La demande des investisseurs est toujours présente, malgré la baisse des taux. « La baisse des taux depuis la fin de 2019 reste légère.Dans ces conditions, l’offre d’argent des investisseurs a oscillé autour de 90 milliards au premier trimestre. Les investisseurs cherchent des placements sûrs, surtout dans le contexte économique actuel », d’après lui.

Les perspectives d’évolution du marché restent floues

Le Trésor a connu une situation confortable au premier trimestre 2021. L’évolution de son besoin de financement pour les prochains trimestres n’est toujours pas visible, « son besoin dépendra des dépenses qu’il va concrétiser à partir du deuxième trimestre. C’est ce qui donnera le tempo sur l’évolution de la courbe », explique notre source.

« Il y aura des levés mais en même temps, il y a un emprunt national qui va être lancé cette année par le Trésor », précise-t-il.

Cette opération risque de concurrencer le marché des Bons du Trésor. « Cela viendra en déduction de ce qu’il lèvera sur le marché. Il reste à savoir le montant qui sera levé et sous quelles conditions et pour quelle maturité pour avoir plus de visibilité et mesurer l’impact de cette opération sur le marché et sur la courbe des taux », explique notre interlocuteur.

Mais, ce qui est important ici c'est le fait que cette opération permettra au Trésor de lever de l’argent. Globalement, « Les évolutions futures du marché ne sont pas facilement prédictibles en ce moment. Cela s’explique par le fait qu’on ne sait toujours pas si la reprise est effectivement là. C’est sûr qu’on a une bonne pluviométrie qui annonce une très bonne campagne agricole ce qui pourrait donner des niveaux de croissance relativement satisfaisants. On a des niveaux d’inflation relativement bas. Les réserves de change sont à des niveaux confortables. Mais il faut quand même que l’industrie reprenne. Mais à priori tout est là pour qu’il y ait une reprise économique. Dans cette période, il vaut mieux rester optimiste », continue-t-il.

Tenant compte de l’optimisme actuel, « on table sur une stabilisation de la courbe des taux, en attendant de voir les futures tombées du Trésor et les montants qu’il va lever et les programmes d’investissement qui nécessiteront un décaissement », anticipe notre source.

Aller à
Atlanta