Séance du 21/06/2021

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Les banques cotées de la place casablancaise affichent une activité en progression et un net redressement du résultat net part du groupe au 31 mars 2021, d’après les calculs de M.S.IN. 

Banques cotées : les bénéfices se redressent de 67% au 1er trimestre 2021 (M.S.IN)

Par M. Ett. | LE 31-05-2021 17:05
Les banques cotées de la place casablancaise affichent une activité en progression et un net redressement du résultat net part du groupe au 31 mars 2021, d’après les calculs de M.S.IN.

Les résultats publiés par les banques cotées à la bourse de Casablanca au 31 mars sont globalement positifs.

L’activité est en progression, le coût du risque s’est atténué pour quelques banques et le RNPG s'est nettement redressé. C’est en tous les cas ce qui ressort des calculs réalisé par la société de bourse M.S.IN.

Le PNB des 6 banques cotées (AWB, BCP, BOA, BMCI, CIH, CDM) a augmenté de 6,5% en se situant à 16,5 milliards de DH contre 15,48 MMDH à la même période en 2020 (+1,01 milliard de DH).

Sollicité par LeBoursier, un analyste commente : « la hausse du PNB des banques cotées s’explique par la forte évolution des résultats des activités de marché, profitant d’un contexte des marchés financiers plus favorable que l’année précédente ».

C’est la BCP qui a le plus contribué à cette hausse, avec un chiffre d’affaires en progression de 555 millions de DH (13% en comparaison avec T1 2020) à 4,80 MMDH.

Elle est suivie par Bank of Africa, qui a vu son chiffre d’affaires augmenter de 342 MDH (+10,9% en comparaison avec T1 2020) à 3,46 MMDH.

Le PNB de toutes les banques cotées est dans le vert au 1er trimestre, à l’exception de BMCI et Crédit du Maroc qui ont connu une baisse respective de 51 MDH (-6,6%) et de 13 MDH (-2,1%) de leur chiffre d’affaires.

Source: M.S.IN.

De son côté, le résultat d’exploitation a augmenté de 35,5% (+1,31 MMDH) pour atteindre 5 MMDH grâce à une hausse de 492 MDH du REX d’Attijariwafa bank (+23,6% à 2,57 MMDH) et de 416 MDH de celui de la BCP (+55,4% à 1,16 MMDH). Cette amélioration est due en grande partie à la non-récurrence des dons au Fonds Covid effectués en 2020.

La hausse du coût du risque global s’est limitée à 10% au 1er trimestre pour s’établir à 3,15 MMDH contre 2,87 MMDH un an auparavant. 3 banques ont vu leur coût du risquer reculer. Il s’agit de : CIH (-35,5% à 116 MDH), AWB (-25,6% à 844 MDH) et BMCI (-14,9% à 177 MDH).

« La hausse du coût du risque provient en grande partie de la BCP et BoA. Cela est expliqué par une politique de provisionnement très prudente, comme mentionné dans leurs communiqués », commente notre analyste.

Tenant compte de tout ce qui précède, le RNPG global des banques cotées a grimpé de 67,4% (+1,01 MMDH) pour atteindre 2,52 MMDH contre 1,50 MMDH un an auparavant.

« La forte hausse du RNPG est liée majoritairement à la non récurrence du don au fonds covid-19. Globalement, les réalisations des banques sont bonnes, et c’était prévisible », conclut-il.

C’est BoA qui a contribué significativement à la hausse du RNPG des banques, avec une augmentation de 320 MDH (+260,6% à 443 MDH).

Elle est suivie par la BCP, avec une progression de 255 MDH (+103,6%) à 500 MDH.
 

Aller à
Atlanta