Séance du 21/06/2021

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Dans le dernier Stock Guide de la société de recherche, 13 valeurs sont recommandées à la conservation. Voici les détails.

BMCE Capital Research : Voici les 13 valeurs à conserver dans les portefeuilles

 | LE 01-06-2021 15:02
Dans le dernier Stock Guide de la société de recherche, 13 valeurs sont recommandées à la conservation. Voici les détails.

Dans son Stock Guide de mai 2021, la société de recherche BMCE Capital Research (BKR) a listé 13 valeurs à conserver dans les portefeuilles pesant pour près de 37% de la capitalisation.

Il s’agit des valeurs suivantes :

 

Source: BKR

Voici pourquoi il faut concerver BMCI et CIH Bank

Concernant BMCI, la société de recherche s’attend à une amélioration des résultats en 2021, à l’instar des autres opérateurs du secteur. Le résultat net part du groupe est attendu en forte hausse à 527,6 millions de dirhams contre 155,5 millions de dirhams en 2020.

Cette hausse anticipée s’explique par « par l’allègement attendu de son coût du risque (-11%), la non-récurrence du Don au Fonds COVID-19 ainsi que par la constatation d’un impact positif résultant de la double opération réalisée avec Aradei Capital (165 millions de dirhams selon nos estimations) » explique la société de recherche. Néanmoins, BKR souligne que « l’activité commerciale de BMCI pourrait peiner à progresser en raison de sa stratégie de développement toujours passive ».  Pour cela, elle recommande conserver le titre dans l’attente d’un revirement stratégique et le valorise à 655 dirhams, stable par rapport à son niveau actuel.

En ce qui concerne CIH Bank, la société de recherche table sur une nette amélioration du RNPG du groupe à 304,4 millions de dirhams. Tout comme pour BMCI, cette amélioration serait le fruit du recul du coût du risque (-4,4%) suite à une politique de provisionnement prudente et la non récurrence du don au fonds Covid (150 MDH).

Elle anticipe également une poursuite de la conquête agressive d’une clientèle jeune et de la politique de numérisation du groupe. « Cela devrait dynamiser son Produit Net Bancaire de 9,7% cette année » explique BKR. Elle anticipe une légère hausse de 2,9% du cours à 285 dirhams.

L’essoufflement de l’activité au Maroc pourrait peser sur Maroc Télécom

L’opérateur télécoms national devrait, cette année encore, pâtir de la tendance baissière de l’ARPU (revenu moyen par client) au Maroc, marché historique et représentant 55% du chiffre d’affaires de Maroc Télécom.

BKR rappelle également que l’opérateur fera face à un « cadre réglementaire moins favorable qui laisse présager une année 2021 moins performante que la précédente ». En terme de rendement du dividende, la société de recherche table sur un retour à la normale cette année avec un payout de 95% et un yield à 4,3%. Elle valorise le titre à 142 dirhams quasi table par rapport à son niveau actuel (139,7 dirhams, ndlr).

Managem bénéficie de bonnes perspectives mais le P/E est élevé

La minière devrait bénéficier d’une bonne conjoncture cette année, notamment avec la bonne appréciation des cours de métaux de base, notamment le Cuivre +37,4% en YTD et Cobalt +45,3% en YTD, suite à la reprise de l’industrie mondiale.

Le groupe devrait aussi augmenter ses capacités de production avec le démarrage au second semestre 2021 de la production d’Or en Guinée (Projet TRI-K) avec une production estimée de 3,5 Tonnes par an à horizon 2023. Dans la même dynamique, « le développement de nouveaux projets au Soudan notamment la réalisation d’une extension des capacités de production de la mine de Gabgaba de 60 000 Oz à 200 000 Oz, dans le cadre du partenariat avec Wanbao Mining » rappelle BKR. Le RNPG du groupe est attendu en hausse de 13,7% à 255,8 millions de dirhams en 2021.

Mais la société rappelle que le PE ratio demeure élevé à 60,9x les bénéfices en 2021 et 57,8x en 2022 et recommande ainsi de le conserver dans les portefeuille. Elle anticipe une hausse de près de 8% du cours à 1 641 dirhams.

Ciments du Maroc subit une forte concurrence mais le rendement demeure satisfaisant

Le cimentier a su se montrer très résilient face à la crise avec une baisse de seulement 7,4% de son chiffre d’affaire en 2020.

BKR estime que « sur le plan opérationnel, les marges se sont stabilisées même si elles demeurent inférieures à celles affichées par LafargeHolcim Maroc (LHM), vraisemblablement en raison de l’importance des exportations de clinker ». En 2021, le RNPG du groupe est attendu en hausse de 29,3% à 916,7 millions de dirhams.

Mais le groupe devra faire face à une compétition plus féroce cette année. BKR souligne : « Dans les années à venir, la société devra faire face à une intensification de la concurrence, notamment avec l’entrée de LHM dans la zone Sud, principale région d’influence de CIMAR et ce, dans un marché caractérisé par une surcapacité structurelle ». Néanmoins, la société de recherche recommande de conserver le titre en raison du bon rendement assuré. Ce dernier était de 5,4% en 2020 et est anticipé à 4,6% en 2021 et 2022. Le titre est valorisé à 1 714 dirhams, soit un downside de 7,9% par rapport à son cours actuel (1 861 dirhams, ndlr).

Lesieur Cristal devrait voir ses ventes s’améliorer mais ses marges se dégrader cette année

Cette année, BKR anticipe une légère hausse du chiffre d’affaires consolidé du groupe de 1,1% à 3 942 millions de dirhams. Cette hypothèse est basée sur les éléments suivants :

  • Une appréciation prévue des ventes de l’huile d’olive compte tenu d’une disponibilité plus importante du vrac et des prix plus compétitifs à l’échelle internationale, grâce à une campagne 2020-2021 qui s’annonce prometteuse
  • Et, la bonne tenue escomptée de l’activité huile de table, grâce notamment à la poursuite du bon comportement des ventes B to B et export.

Mais avec la flambée des matières premières, le groupe devrait connaitre une dégradation de ses marges. Le RNPG est attendu stable à 156,7 millions de dirhams. BKR valorise le titre à 191 dirhams, stable par rapport à son niveau actuel.

Les perspectives de croissance sont déjà intégrées pour HPS

Pour la société de recherche, la crise a boosté l’activité monétique. HPS devrait donc continuer sa croissance dans les années à venir notamment en capitalisant sur la démocratisation des paiements dématérialisés. BKR rappelle également que le groupe « signature de plusieurs contrats internationaux et le développement de plusieurs partenariats stratégiques lui permettant de limiter ses risques via une diversification géographique importante ».

Il est également à rappeler que le groupe a finalisé en ce début d’année, l’acquisition d’ICPS à l’Île Maurice pour renforcer son activité Processing. Le groupe bénéficie également d’un carnet de commande fournit sur les prochaines années et dispose de différents modèles d’affaires (SaaS, licences, transactionnel, etc…).

Cependant, en bourse, le potentiel fondamental de HPS est déjà consommé pour BKR et le cours actuel intègre les perspectives précitées. Le titre est valorisé à 5 900 dirhams contre un cours actuel de 5 992 dirhams.

Eqdom devrait bénéficier de la baisse du coût du risque

Cette années devrait être marquée par la poursuite de la politique de transformation de la société de financement. Pour BKR, cette dernière repose autour de 3 axes.

  • Le déploiement des stratégies de reconquête des Business Lines « Crédit Personnel » et « Automobile » ;
  • Lancement de sa nouvelle stratégie digitale ayant notamment pour objectif de rajeunir la marque EQDOM
  • Et, la transformation industrielle de la société à travers le pilotage rapproché des coûts et de la qualité.

Cette année, le PNB est attendu à 500,6 millions de dirhams, globalement stable par rapport à 2020. Le résultat net en revanche devrait fortement augmenter à 93,2 millions de dirhams contre 34,4 millions de dirhams l’an dernier. Une hausse qui est attendue « grâce principalement à la baisse du coût du risque (-14,5%) et à la non-récurrence du Don au Fonds COVID-19 (10 MDH) » explique la société de recherche. Le titre est valorisé à 1 300 dirhams par BKR en hausse de 4,8% par rapport à son cours actuel.

Auto Hall devrait bénéficier d’un bon effet de rattrapage

Cette année, le groupe devrait bénéficier de la reprise de la demande grâce à l’amélioration de l’épargne et la tenue éventuelle du Salon de l’Automobile. BKR souligne également que le groupe devrait bénéficier « des meilleures conditions de financement au niveau de l’offre avec un retour du crédit gratuit ».

Le groupe devrait également maintenir une bonne dynamique commerciale à travers l’expansion de ses succursales et showrooms. Le société de recherche note également que le groupe devrait bénéficier cette année « de la montée en puissance de sa carte Opel représentant aujourd’hui près de 25% de son CA et DFSK qui domine le segment des VUL, et du retour à des tarifs compétitifs sur sa carte historique FORD avec de nouveaux modèles (notamment Fiesta, Focus, Kuga, Fusion et Explorer) ». BKR valorise le titre à 85 dirhams contre 94,15 dirhams à la séance du 1er juin.

Oulmès : Un léger bénéfice attendu cette année avec la reprise des cafés et hôtels

En 2021, le groupe des eaux Minérales Oulmès devrait voir son chiffre d’affaires légèrement progresser de 1,3% à 1 467 millions de dirhams. Le RNPG est attendu à 0,4 million de dirhams contre un déficit de 41,5 millions de dirhams en 2020. « Cette évolution devrait s’appuyer sur une reprise escomptée de l’activité des clients Cafés, Hôtels et Restaurants, compte tenu de la perspective d’un allégement des mesures restrictives à partir du S2 2021 » souligne BKR.

Au volet stratégique, la société de recherche rappelle que « Oulmes prévoit toujours la construction d’usines au Burkina Faso et au Sénégal, devant lui permettre d’accroître sa position dans la région et devenir un acteur majeur de l’embouteillage des eaux en Afrique ». Le titre est valorisé à 1 035 dirhams soit un downside de 10,7% par rapport à son cours actuel.

Afriquia Gaz devrait bénéficier de la relance en 2021

Le groupe va profiter de la reprise cette année, notamment du maintien de la consommation des ménages sur la gaz butane. Mais il devrait surtout bénéficier de la reprise des cafés, hôtels, restaurants et autres clients industriels pour dynamiser son activité Butane qui compte pour 90% de sens ventes.

BKR note qu’Afriquia Gaz devrait notamment bénéficier de « la croissance des revenus provenant du segment Emplissage (30% du CA) avec le nouveau centre de Jorf El Melha qui atteint sa vitesse de croisière ». De plus, la non récurrence du don de 400 millions de dirhams au fonds Covid devrait soulager la bottom-line cette année. Le RNPG est d’ailleurs attendu en nette progression à 663,7 millions de dirhams. Néanmoins, le groupe ne devrait pas retourner à ses niveaux pré-crise tant concernant le chiffre d’affaires (6 347 millions de dihrmas en 2019) que le RNPG (699,2 millions de dirhams en 2019).

Le titre est valorisé à 4 050 dirhams contre un cours de 4 100 aujourd’hui.

Wafa Assurance devrait consolider sa position de leader sur le marché

Le groupe devrait bénéficier d’un redressement important de son RNPG de l’ordre de 42% à 574,5 millions de dirhams. Pour BKR, cette hausse est « redevable principalement à l’amélioration attendue de son résultat financier (+13%) et à la non récurrence du Don au Fonds Covid ».

Sur le volet stratégique, Wafa Assurance devrait consolider son positionnement de leader à travers le lancement de nouveaux produits. Le groupe devrait également poursuivre son processus de digitalisation, notamment sur les branches Automobiles, Santé et Retraite Collective. BKR souligne également « le renforcement de sa présence via une implantation prévue dans 6 pays en Afrique sur les 5 prochaines années ».

Le rendement est attendu à 2,6% cette année, globalement stable par rapport à l’an dernier. BKR valorise le titre à 3 985 dirhams, stable par rapport à son cours actuel (3 980 dirhams, ndlr).

Delta Holding devrait demeurer stable cette année

En 2021, le groupe devrait renforcer ses performances et poursuivre son développement. Pour BKR, cela devrait venir de différents facteurs, notamment « la montée en puissance de l’activité hydraulique (représentant 19% du CA global) via la dynamisation de la stratégie de l’eau par l’aménagement des infrastructures hydrauliques et l’extension des réseaux d’eau potable et d’assainissement ».

Le groupe devrait également bénéficier du renforcement de son volet infrastructures qui représente 41% de ses revenus. BKR précise également que le renforcement des performances du groupe sera tiré par « la consolidation de l’activité parachimie (12% du CA global) dans le sillage de la poursuite de la réalisation d’installations de fluides médicaux pour les hôpitaux et cliniques ainsi que leur approvisionnement en oxygène et appareils de respiration ».

La société de recherche rappelle que le groupe « dispose d’un carnet de commandes de 2 milliards de dirhams représentant 10 mois de chiffre d’affaires ». tant sur le chiffre d'affaires que sur le RNPG, l'année 2021 devrait marquer un léger progrès de respectivement 2,2% et 2,3%. Le titre est valorisé 36 dirhams contre un cours actuel à 33,88 dirhams.

Aller à
Atlanta