Séance du 18/05/2021

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Avec son 3e fond « Azur Innovation Fund » lancé cette année, la société de gestion Azur Partners compte développer un portefeuille de 20 startups innovantes d’ici 5 ans. Elle espère investir 250 MDH sur les 350 millions dont le fonds est doté.

Azur Innovation Fund veut investir au moins 250 MDH d'ici 5 ans

 | LE 25-11-2020 16:34
Avec son 3e fond « Azur Innovation Fund » lancé cette année, la société de gestion Azur Partners compte développer un portefeuille de 20 startups innovantes d’ici 5 ans. Elle espère investir 250 MDH sur les 350 millions dont le fonds est doté.

Créée il y a une dizaine d’année, Azur Partners est une société de gestion de fonds d’investissement indépendante. Gérant 3 fonds, la structure est orientée capital innovation et se spécialise dans le domaine de l’innovation greenfield et des startups innovantes. « Nous structurons et gérons des fonds à impacts socio-économiques forts, notamment la création d’emplois et de revenus en milieu rural au Maroc. Nous nous inscrivons généralement dans des plans sectoriels de l’Etat, par exemple le plan Maroc Vert ou encore l’initiative Innov Invest » nous confie Tarik Haddi, directeur général d’Azur Partners.

La société est soutenue par des bailleurs de fonds et partenaires nationaux et internationaux. Il s’agit notamment de Crédit Agricole du Maroc, MAMDA, CCG, CIH Bank, Bank Of Africa, RMA, Saham Assurances ou encore Masen. Pour les partenaires internationaux, Azur Partners peut compter sur la Banque Africaine de Développement, Kreditanstalt für Wiederaufbau (KFW, Allemagne) et la Dutch Good Growth Fund (DGGF, Pays-Bas).

Un nouveau fonds catalysé par la crise

Récemment, dans le cadre du programme Innov Invest, Azur Partners a lancé Azur Innovation Fund, un fonds public-privé d’amorçage visant le financement en capital des startups innovantes au Maroc. « Le fonds est doté de 350 millions de dirhams et a été quasiment closé en mars 2020, en plein confinement. Les Investisseurs sont CCG, DGGF, BAD, KFW, CIH, BOA et Saham. Masen Capital ne va pas tarder à rejoindre le tour de table. Les déblocages se font normalement », détaille Tarik Haddi.

Sur les trois fonds gérés, Azur Innovation Fund est le seul en phase d’investissement. Sur une durée de 5 ans, correspondant à sa période d’investissement, le fonds sera limité à un portefeuille de 20 startups. Il n’est pas uniquement dédié aux startups du numérique. « Nous souhaitons toucher toutes les filières à fort potentiel pour l’économie marocaine. Edtech, Medtech, Fintech, Agritech, industrie 4.0, les plateformes de services, et les énergies renouvelables, etc… », explique la directeur d’Azur Partners.  Il poursuit, « nous visons des sociétés qui ont moins de 5 ans d’activité qui disposent d’un produit ou service innovant en production et avec des ventes récurrentes et en forte croissance ». Les tickets d’investissement qui peuvent aller de 2 à 20 millions de dirhams selon le stade de développement de la startup.

Le fonds n’a pas d’objectif annuel à atteindre en terme d’investissement. « Nous examinons de près toutes les opportunités d’investissement qui se présentent depuis même avant mars et nous espérons investir un minimum de 250 millions de dirhams dans les 5 prochaines années. Un refinancement est également prévu pour accompagner les startups financées à chaque nouvelle série de levée de fonds (B ou C), afin d’assurer un continuum de financement à tous les stades de développement lors de l’amorçage » confie Tarik Haddi.

Si aucun financement n’a encore été effectué, le directeur général d’azur Partners assure que malgré la crise, les opportunités existent bien. « 4 startups dans les secteurs de l’Edtech, de la santé, le e-commerce et le transport/logistique sont actuellement en cours d’investissement par Azur Innovation Fund. Il s’agit de tickets moyens de l’ordre de 5 millions de dirhams et les closing sont imminents. Je ne peux pas en dire plus pour le moment » confie Tarik Haddi. « La crise a permis de confirmer les opportunités d’investissement dans les secteurs visés par le fonds. C’est d’ailleurs le contexte de crise qui a permis aussi de démontrer la résilience de l’activité des entreprises cibles et de leurs équipes » poursuit-il.

Phase de désinvestissement sur les autres fonds

Sur les deux autres fonds que sont « Afoulki » et « Nébétou », l’heure est au désinvestissement. Fondés respectivement en 2009 et 2010, ils répondaient aux ambitions du plan Maroc Vert.

Orienté agriculture, Afoulki était spécialisé dans le seed capital pour les projets de développement des produits du terroir marocain. Doté de 20 millions de dirhams, son objectif était de promouvoir le terroir national. « L’idée consistait à dynamiser par du financement et de l’accompagnement pour valoriser les produits du terroir marocain. 16 millions de dirhams ont été investis dans 4 entreprises » détaille Tarik Haddi.

Mais en phase de désinvestissement, la crise de la Covid-19 est venu perturber les démarches. « Pour Afoulki Invest, la crise a compliqué le désinvestissement dans les sociétés de valorisation des produits du terroir. En effet, les aliments diététiques ou les compléments alimentaires ne sont plus la priorité des consommateurs en période de crise économique. D’où la nécessité du regroupement de ces entreprises dans le cadre de la société Signature Santé qui est actuellement en phase de levée de fonds pour redémarrer post crise. Une fois cette levée concrétisée, nous pourrons envisager une sortie pour Afoulki » explique le directeur général d’Azur Partners.

Mais l’autre fonds géré par Azur Partners a permis de rééquilibrer la donne. Doté de 260 millions de dirhams, « Nébétou » est orienté vers des investissements de long terme. Spécialisé dans la modernisation des grandes filières agricoles, comme la micro-irrigation, la valorisation de la production, le fonds a effectué quelques 200 millions d’investissements notamment dans le lait avec Med Milk et Best Milk. « Ces entreprises vont commencer à remonter des dividendes d’ici 2022 ou 2023 » nous explique Tarik Haddi.

Des investissements orientés vers des produits de grande consommation qui ont permis de développer une forte résilience du portefeuille de la société en temps de crise. « Concernant Nébétou Fund, les produits alimentaires comme l’olive, l’huile d’olive ou le lait restent résilients face à la crise, malgré un tassement des ventes. Aller vers tout ce qui est agricole, agroalimentaire et innovant a permis une résilience globale de nos portefeuilles face à la crise», conclut le directeur général d’Azur Partners.

Aller à
Atlanta