Séance du 28/09/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

A fin 2019, l’effectif des banques a enregistré une baisse de 151 agents en glissement annuel, première baisse enregistrée depuis une quinzaine d’années. Ce repli est lié à la digitalisation des process ainsi qu’à la stabilité du réseau bancaire.

Pour la première fois depuis 2004, l'effectif des banques a reculé en 2019

I.B. | LE 28-07-2020 
A fin 2019, l’effectif des banques a enregistré une baisse de 151 agents en glissement annuel, première baisse enregistrée depuis une quinzaine d’années. Ce repli est lié à la digitalisation des process ainsi qu’à la stabilité du réseau bancaire.

Selon le rapport annuel 2019 sur la supervision bancaire, publié par Bank Al-Maghrib, l’effectif des établissements de crédit et organismes assimilés s’est établi à 57.287 agents à fin 2019, en hausse de 1,5% par rapport à 2018 : 75% de ces agents sont employés par les banques, 6% par les sociétés de financement, 14% par les associations de micro-crédit et 5% par les établissements de paiement.

Concernant l’effectif des banques, il a enregistré une baisse de 0,4% à 41.739 agents, soit 151 agents de moins, dans un contexte marqué par la stabilité du réseau et de digitalisation des process. Cette baisse est la première enregistrée depuis la baisse de 1,5% de l'effectif en 2004

En termes d’âge, 43% de l'effectif total a entre 25 et 35 ans, suivi de 33% pour la tranche des 35 à 50 ans et de 17% pour la catégorie d’âge dépassant les 50 ans. D'autre part, la part féminine dans l’effectif total s’est renforcée à 50% à 2019 contre 47% en 2018.

Ralentissement de l’évolution du réseau bancaire en lien avec la digitalisation 

En 2019, le rythme d’évolution du réseau bancaire a enregistré une nouvelle décélération de 0,6% en 2019, après celle de 1,8% en 2018, à la faveur du développement des canaux digitaux.

Le nombre de guichets bancaires s’est établi à 6.539, soit seulement 36 agences additionnelles en glissement annuel, dont 33 sont ouvertes par les banques participatives. Ainsi, le réseau des banques conventionnelles est demeuré quasiment stable.

La densité bancaire, mesurée par le nombre d’habitants par guichet, ressort à 5.400 à fin 2019. Celle appréhendée par le nombre de guichets pour 10.000 habitants s’est établie à près de 2 guichets, contre un guichet il y a une quinzaine d’années. 

La répartition régionale des guichets, dépôts et crédits est restée globalement stable à fin 2019: 

- La région de Casablanca-Settat demeur à la tête du podium, avec une part de 29% des guichets, 38% des dépôts et 64% des crédits, continue d’occuper la première position, 

- En 2e position, la région de Rabat-Salé-Kénitra qui détient 15% du réseau bancaire, 17% des dépôts et 17% des crédits,

- En 3e position se place la région de Fès-Meknès qui concentre 11% des guichets, 8% des dépôts et 4% des crédits.

Par ailleurs et en termes d’ouverture de guichets additionnels en 2019, la région de Casablanca-Settat continue d’enregistrer la part la plus importante, suivie de Fès-Meknès et Souss-Massa. 

Pour sa part, le réseau des établissements de paiement s’est renforcé de 34% pour s’établir à 6.024 points de vente, répartis en 987 agences propres et 5.037 mandataires à fin 2019.

Aller à