Twitter : Elon Musk annonce la mise en pause de son acquisition

| Le 13/5/2022 à 10:38
Elon Musk a suspendu vendredi son accord de 44 milliards de dollars pour Twitter Inc. La raison ? L'attente des détails du calcul selon lequel le spam et les faux comptes représentent en effet moins de 5% des utilisateurs.

Les actions de la société de médias sociaux ont chuté de 17,7% à 37,10 $ en transactions avant commercialisation, leur plus bas niveau depuis que Musk a divulgué sa participation dans la société début avril et a ensuite fait une « meilleure et dernière » offre pour la privatiser pour 54,20 $ par action.

La probabilité implicite que la transaction soit conclue au prix convenu est tombée en dessous de 50 % pour la première fois mardi, lorsque les actions Twitter sont tombées en dessous de 46,75 $.

Twitter avait estimé plus tôt ce mois-ci que les faux comptes ou les spams représentaient moins de 5% de ses utilisateurs actifs quotidiens monétisables au cours du premier trimestre, lorsqu’il a enregistré 229 millions d’utilisateurs qui ont reçu de la publicité.

« L’accord Twitter est temporairement suspendu dans l’attente de détails soutenant le calcul selon lequel les spams/faux comptes représentent en effet moins de 5% des utilisateurs« , a tweeté Musk vendredi 13 mai.

Musk, l’homme le plus riche du monde et un absolutiste autoproclamé de la liberté d’expression, avait déclaré que l’une de ses priorités serait de supprimer les « spam bots » de la plateforme.

Twitter n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Les représentants de Musk ou sa société Tesla Inc n’étaient pas immédiatement disponibles pour un commentaire.

La société de médias sociaux avait déclaré qu’elle faisait face à plusieurs risques jusqu’à la conclusion de l’accord avec Musk, notamment si les annonceurs continueraient à dépenser sur Twitter dans une « incertitude potentielle concernant les plans et la stratégie futurs ».

Musk a critiqué la politique de modération de Twitter. Il a dit qu’il voulait que l’algorithme de Twitter donne la priorité aux tweets pour qu’ils soient publics et qu’il était contre trop de pouvoir sur le service aux entreprises qui font de la publicité.

Plus tôt cette semaine, il a déclaré qu’il annulerait l’interdiction de Twitter imposée à l’ancien président américain Donald Trump lorsqu’il achèterait la plate-forme de médias sociaux, signalant son intention de couper la modération du site.

(Avec Reuters)

lire aussi
  • | Le 16/5/2022 à 18:17

    Fitch Ratings maintient sa note « BB+ » sur la dette souveraine marocaine

    L’agence de notation américaine Fitch Ratings a maintenu sa note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à ‘BB+’ avec des perspectives stables. Elle anticipe une hausse de la dette et du déficit budgétaire en 2022 à cause du climat économique maussade, de la hausse des matières premières. Néanmoins, le royaume dispose de fondamentaux macroéconomiques stables, notamment au niveau de sa dette dont les trois quarts sont libellés en dirhams.
  • M.Ett | Le 16/5/2022 à 18:17

    Creusement du déficit de liquidité bancaire et hausse des taux obligataires

    Le marché monétaire connait un creusement de la liquidité bancaire. Cette tendance contribue à la poursuite de la hausse des taux sur le marché obligataire. Un expert du marché, joint par LeBoursier, apporte des explications et livre ses prévisions.
  • | Le 16/5/2022 à 9:30

    Managem : le chiffre d'affaires explose au premier trimestre 2022 à 2,8 MMDH

    Le groupe a bénéficié de la bonne dynamique des cours des métaux, surtout du Cobalt et du Cuivre. 33% du chiffre d'affaires trimestriel provient de la contribution de l'Or de la mine de Tri-K en Guinée. La production d'Argent a également augmenté. Le groupe annonce le lancement des travaux de construction du projet cuprifère de Tizert.
  • | Le 15/5/2022 à 16:47

    Les bénéfices de la cote devraient progresser de 8,6% à 29 MMDH cette année (BKGR)

    En 2022, la société de recherche anticipe une hausse de 6,7% des revenus de la cote à 241 MMDH porté par une amélioration de la dynamique commerciale du segment Financier et Industriel. La profitabilité sera tirée vers le haut par les Banques grâce à la baisse constante du coût du risque et par les acteurs pétroliers et gaziers. La masse des dividendes est anticipée en légère hausse de 2,5% à 19,7 MMDH.