Risma : forte croissance attendue cette année et bon point d’entrée pour les investisseurs

B.B | Le 11/5/2022 à 17:35
Le groupe connaitra cette année une nette amélioration de ses performances opérationnelles grâce à une effet de rattrapage très favorable. La dynamique de croissance des recettes touristiques est supérieures aux attentes. Le groupe, qui surperforme généralement le secteur touristique, tirera profit de ce fort redémarrage. En bourse, le cours actuel représente un point d’entrée favorable pour les investisseurs. Le retour aux bénéfices attendu au mieux en 2023.

En 2022, une amélioration de la situation du tourisme est attendue. Le contexte a pourtant été tendu avec la vague Omicron en début d’année et la fermeture des frontières. Depuis le 7 février 2022, date de la réouverture, les espoirs d’un réel démarrage de l’industrie touristique sont revenus.

Au niveau de la cote, Risma est l’unique opérateur du secteur touristique et en YTD, la valeur bénéficie d’un bon engouement de la part des investisseurs. Elle affiche une progression de près de 14% sur la période à 125 dirhams à l’ouverture de la séance du 11 mai.

Source : leboursier.ma

Après avoir été frappé de plein fouet tant d’un point de vue boursier qu’opérationnel par la crise sanitaire et les restrictions telles que les fermetures de frontières, le groupe dispose désormais d’un excellent potentiel de croissance en bourse.

Un contexte touristique très favorable qui bénéficiera particulièrement à Risma

Premièrement, le Maroc observe aujourd’hui un contexte touristique très encourageant. D’ailleurs, cela a été confirmé au vu des derniers chiffres publiés par l’Office des Changes à fin mars 2022. Il s’avère que les recettes touristiques nationales ont bondi de 80% par rapport au premier trimestre 2021 à 9,7 MMDH. Selon une source de la place « il s’agit d’une amélioration plus forte que prévu de la situation du tourisme dans le pays. Nous étions sur un modèle plus conservateur en termes de reprise. Sauf incident, cette année 2022 devrait être très bonne ».

Rappelons que le secteur bénéficiera également d’un effet de base très favorable avec une année 2021 qui était fortement marquée par les restrictions et fermetures de frontières. Le cours du groupe avait d’ailleurs légèrement baissé de -3,73% en 2021 et Risma avait amélioré son chiffre d’affaires de 4% par rapport à 2020 à 525 MDH.

Les performances du groupe devraient donc être bien présentes cette année, d’autant plus que « l’opérateur a généralement tendance à surperformer le secteur touristique car il est associé à une bonne image, des marques internationales comme Sofitel ainsi que des hôtels de renom. Cela lui permet d’avoir des performances supérieures à la moyenne du secteur » précise notre source.

Le point d’entrée est actuellement intéressant pour les investisseurs

Dans son dernier Stock Guide publié en octobre dernier, CFG Bank avait recommandé le titre à l’achat et visait un cours cible à 160 dirhams. Désormais, avec les performances en nette hausse du secteur touristique en général, le cours cible a été revu à la hausse à 165 dirhams, soit un upside de 32% par rapport au cours actuel. Il s’agit d’un niveau similaire à celui affiché pré-crise, en début d’année 2020.

Le groupe a également œuvré depuis plusieurs années à l’assainissement de sa situation financière. Notre source de la place nous confie que « le groupe a travaillé sur l’assainissement de son portefeuille. Il renfermait différentes activités qui n’étaient pas rentables donc, l’idée était de cesser certaines activités non génératrices de valeur, vendre certains hôtels ou bien ne pas renouveler les contrats de bail. Désormais, leur portefeuille est de meilleure qualité et le groupe est prêt pour la reprise du secteur. Les principaux investissements à venir seront orientés vers la maintenance ».

Mais il faut rappeler que si l’année 2022 sera marquée (sauf incident majeur, ndlr) par la croissance du titre et des performances opérationnelles du groupe, un retour à une situation pré-covid ne sera pas observé cette année.

Une situation normative retrouvée au mieux en 2023

La forte reprise du tourisme enregistrée au premier trimestre de l’année et les bonnes prévisions pour la saison estivale permettront au groupe de bénéficier d’un bon effet de rattrapage et d’améliorer son chiffre d’affaires ainsi que son taux d’occupation. Toutefois, un retour à des niveaux normatifs sera, selon notre source, au mieux à prévoir en 2023.

« Avant la crise, en 2019, le taux d’occupation du groupe était proche des 64%. En 2021 avec la persistance des restrictions sanitaires, le taux d’occupation est tomé à 34%. Si le groupe revient à des taux d’occupation similaires à 2019 d’ici les prochaines années, ce sera une très bonne chose » explique notre interlocuteur.

Dans son dernier Stock Guide, CFG Bank anticipait un taux d’occupation de 47% en 2022. Mais il faut signaler que ces prévisions ne tiennent pas en compte la reprise exceptionnelle observée depuis le début de l’année. Pour notre interlocuteur, même si cette année s’annonce très bonne, un retour des bénéfices n’est pas encore à prévoir en 2022. « Le résultat net devrait encore être négatif cette année mais en nette amélioration néanmoins. Avec un scénario optimiste, nous pouvons estimer un retour des bénéfices en 2023 et en 2024 avec un scénario conservateur » poursuit-il.

Actuellement, il faut également noter que l’inflation galopante rogne sur le pouvoir d’achat des voyageurs et entame une partie de leur budget. Néanmoins, si cela va limiter partiellement la croissance du groupe, « l’effet de base est tellement favorable que ce facteur va légèrement limiter la dynamique sans cependant empêcher qu’il y ait une croissance considérable » conclut-il.

lire aussi
  • | Le 16/5/2022 à 18:17

    Fitch Ratings maintient sa note « BB+ » sur la dette souveraine marocaine

    L’agence de notation américaine Fitch Ratings a maintenu sa note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à ‘BB+’ avec des perspectives stables. Elle anticipe une hausse de la dette et du déficit budgétaire en 2022 à cause du climat économique maussade, de la hausse des matières premières. Néanmoins, le royaume dispose de fondamentaux macroéconomiques stables, notamment au niveau de sa dette dont les trois quarts sont libellés en dirhams.
  • M.Ett | Le 16/5/2022 à 18:17

    Creusement du déficit de liquidité bancaire et hausse des taux obligataires

    Le marché monétaire connait un creusement de la liquidité bancaire. Cette tendance contribue à la poursuite de la hausse des taux sur le marché obligataire. Un expert du marché, joint par LeBoursier, apporte des explications et livre ses prévisions.
  • | Le 16/5/2022 à 9:30

    Managem : le chiffre d'affaires explose au premier trimestre 2022 à 2,8 MMDH

    Le groupe a bénéficié de la bonne dynamique des cours des métaux, surtout du Cobalt et du Cuivre. 33% du chiffre d'affaires trimestriel provient de la contribution de l'Or de la mine de Tri-K en Guinée. La production d'Argent a également augmenté. Le groupe annonce le lancement des travaux de construction du projet cuprifère de Tizert.
  • | Le 15/5/2022 à 16:47

    Les bénéfices de la cote devraient progresser de 8,6% à 29 MMDH cette année (BKGR)

    En 2022, la société de recherche anticipe une hausse de 6,7% des revenus de la cote à 241 MMDH porté par une amélioration de la dynamique commerciale du segment Financier et Industriel. La profitabilité sera tirée vers le haut par les Banques grâce à la baisse constante du coût du risque et par les acteurs pétroliers et gaziers. La masse des dividendes est anticipée en légère hausse de 2,5% à 19,7 MMDH.