Programmes d’aide à l’économie : 55,7 MMDH accordés en 2020

| Le 27/7/2021 à 18:53
Lors de la crise sanitaire, deux programmes d’accompagnement et de financement de l’économie, Oxygène et Relance, ont été mis en place. Voici leurs réalisations selon le dernier rapport annuel de la supervision bancaire de la Banque centrale, rendu public ce mardi 27 juillet 2021. Le rapport fait également le point sur le programme Intelaka.

Mis en place durant la période de confinement, le crédit de trésorerie « Oxygène » a pour fonction de répondre aux besoin de financement à court terme des TPME et des entreprises de taille intermédiaire ayant connu des difficultés à cause de la crise sanitaire. Pour rappel, la garantie de la CCG couvre à hauteur de 95% les découverts exceptionnels destinés à faire face aux charges courantes des entreprises ne pouvant pas être reportées ou suspendues.

Ce programme a couvert 49.489 crédits pour un encours de 17,7 MMDH, et au terme de l’année 2020, 44% de ces crédits ont été transformés en crédit à moyen terme, ce taux est passé à 94,4% à fin mai 2021. Le quart du volume de ces crédits a été octroyé à des entreprises opérant dans le secteur de l’industrie, 20% au commerce et 19% au secteur du BTP.

Damane Relance

Les prêts de trésorerie garantis « Damane Relance » ont été mis en place pendant la période suivant le confinement, pour répondre aux besoins de toutes les catégories d’entreprises ayant besoin de relancer leurs activités.

A fin 2020, ce programme a couvert 35.245 crédits pour un encours de 35,3 MMDH. 59% des crédits ont été octroyés aux PME, 17% aux TPE, les entreprises de taille intermédiaire (ETI) ont bénéficié de 10% et les Grandes Entreprises 13%. Les industries ont bénéficié du tiers du volume des prêts, le commerce a bénéficié de 23% et le secteur des BTP de 16%.

Programme Intelaka

Suite au discours royal du 11 octobre 2019, un programme national intégré d’accompagnement et de financement des petites entreprises et porteurs de projets a été mis en place. Dans ce cadre, l’offre de financement « Intelaka », destinée aux porteurs de projets, a vu le jour. Assorti d’une garantie à hauteur de 80% et plafonné à 1,2 millions de dirhams, ce crédit est accordé à un taux fixe de 2% pour les projets en milieu urbain et 1,75% en milieu rural.

Au terme de l’année 2020, le montant des crédits Intelaka accordés s’est établi à 2,7 MMDH, alloués à 15.085 bénéficiaires, dont 16% de femmes. 55% pour d’entre eux ont été octroyés aux TPE et 45% au entrepreneurs individuels

lire aussi
  • | Le 16/9/2021 à 15:53

    Startups Tech : Les fonds d’investissement notent une meilleure qualité du dealflow

    La crise a fait prendre conscience de l’importance du numérique auprès des grands décideurs. Les fonds d’investissements spécialisés dans le financement des entreprises technologiques note une amélioration des compétences et de la qualité des entrepreneurs. Les restrictions sanitaires limitent encore l’accélération des signatures de deals. Sur ce segment, les investissements suivront globalement la même tendance que l’an dernier.
  • | Le 16/9/2021 à 9:47

    CFG Bank : Le résultat net après impôts passe dans le vert au premier semestre

    Le groupe a connu une bonne croissance de ses crédits au premier semestre, ainsi que des dépôts de la clientèle. Le PNB consolidé affiche une hausse de 23% sur la période. La bonne maitrise des charges a également permis au résultat brut d’exploitation de progresser fortement.
  • B.B | Le 15/9/2021 à 19:46

    Cimentiers : Rebond en 2021, marge, production, présence géographique… Round up du secteur

    Cette année, les cimentiers bénéficient d’une forte croissance de la demande (+8,9% attendu en fin d’année) après les effets de la pandémie en 2020. Mais au long terme cette croissance devrait s’affaisser à 2,2% par an. Les marges devrait se dégrader cette année en raison de la hausse des cours du petcoke. La concurrence s’accentue entre les deux plus grands groupes nationaux.
  • M.Ett | Le 15/9/2021 à 19:45

    Voici comment a évolué le marché des OPCVM depuis début 2021

    Un gestionnaire de fonds de la place revient sur l’évolution des OPCVM depuis le début de cette année et souligne les grandes tendances qui se dégagent. Analyse.