Crédit du Maroc: Très forte progression du RNPG à fin septembre

| Le 26/11/2021 à 12:11
Le groupe a connu une bonne tenue de sa collecte et de l'évolution des crédits à fin septembre. Les marges d'intérêt et sur commissions se sont bonifiées. Grâce à la forte baisse de 73% du coût du risque, le RNPG a presque quadruplé sur la période.

A fin septembre, le groupe affiche un encours crédit à 46 268 millions de dirhams en hausse de 4,1% par rapport à fin septembre 2020. « Cette progression est soutenue par la performance des financements aux entreprises et la bonne tenue des crédits aux particuliers » explique CDM. Sur la période, les crédits à l’habitat ont augmenté de 8% à 15 549 MDH. « Les crédits aux particuliers ont maintenu une bonne dynamique, se traduisant par une hausse annuelle des encours de 5,6% à 19 204 millions de dirhams » précise le groupe.

La collecte de la banque a poursuivi une bonne dynamique sur la période. « Crédit du Maroc affiche à fin septembre 2021 une augmentation des ressources bilan de 3,6% à 45 598 millions de dirhams, en raison de la progression de 7,6% des dépôts à vue à 32 586 millions de dirhams et de 1,3% des ressources d’épargne à 9 978 millions de dirhams » explique le groupe.

In fine, le produit net bancaire consolidé (PNB) de CDM s’affiche en progression de 2,4% à fin septembre à 1 816 millions de dirhams. Cette évolution est poussée notamment par l’amélioration de la marge nette d’intérêt, en hausse de 3,9% par rapport à fin septembre 2021 grâce, notamment, à l’accroissement des encours et à l’optimisation continue du coût de la collecte. « La marge sur commissions évolue positivement avec une croissance de 1,9% en raison de la hausse du taux d’équipement produit et de la bonne performance des métiers spécialisés » explique CDM.

Les charges d’exploitation reculent de 2,6% sur la période à 988 MDH. « Retraitées du don au fonds spécial pour la gestion du COVID-19 réalisé en 2021, les charges d’exploitation sont en hausse de 6,3% à fin septembre marquées par le programme d’investissement soutenu entamé dans le cadre de son projet d’entreprise « Tajdid 2022 » qui génère une augmentation de 17,8% des amortissements et ce grâce à la maîtrise des charges courantes« . Le résultat brut d’exploitation ressort en hausse de 9% à 828 MDH sur la période.

En termes d’investissements, la banque a engagé sur les neuf premiers mois de l’année 2021, 174 ,3 millions de dirhams, porté essentiellement par les investissements dans le système d’information.

Le coût du risque baisse de 72,8% sur la période et propulse le RNPG du groupe à 391 MDH contre 104 MDH à la même période l’an dernier.

Le ratio de solvabilité ressort stable à 14,66% à fin septembre 2021. Les fonds propres consolidés du groupe ressortent à 6 765 millions de dirhams.

 

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.