Bitcoin : Les raisons derrière le nouveau record atteint à 67.000 $

Brian Brequeville | Le 21/10/2021 à 18:54
Le 20 octobre, le Bitcoin a atteint un nouveau record historique en frôlant les 67 000 dollars. Une hausse fulgurante s’est amorcée depuis près d’un mois poussant la progression en YTD à 120%. Le régulateur des marchés financiers américain a autorisé il y a quelques jours un fonds indiciel lié au cours du Bitcoin. Un rapprochement avec le secteur financier traditionnel qui tend à rassurer les investisseurs de différents horizons.

Mercredi 20 octobre, un nouveau cap historique a été franchi par le Bitcoin avec un record établi à près de 67 000 dollars. En YTD, le cours de la cryptomonnaie a affiché une progression de plus de 120%.

Depuis le début de l’année, l’évolution de sa valeur ressemble à des montagnes russes, atteignant un pic en avril 2021 en dépassant le cap des 60 000 dollars avant de perdre la moitié de sa valeur trois mois plus tard.

Source: CoinMarketCap

Pour Badr Bellaj, spécialiste de la Blockchain et de la question des crypto-monnaies, la monnaie virtuelle demeure toujours assujettie à une forte volatilité.

Une sensibilité élevée aux stimulus externes

Cette forte volatilité du Bitcoin s’est observée à plusieurs reprises lors de divers annonces gouvernementales/institutionnelles ou bien provenant de grandes entreprises. « C’est un marché très dépendant de son environnement. Il y a eu au début d’année les annonces d’Elon Musk (PDG de Tesla, ndlr) avec les investissements massifs dans le Bitcoin qui ont légitimer la cryptomonnaie et entrainer un fort mouvement haussier. Cela a été renforcé par les investissements et intérêts d’autres institutionnels » nous explique Badr Bellaj. Il s’agit en effet de différentes banques d’affaires de la place américaine qui ont commencé à investir ou dédier des équipes en charges des sujets des cryptomonnaies, notamment du Bitcoin.

Suite à cela, une période creuse s’en est suivie avec une dégringolade du cours, toujours influencée par une série d’annonces laissant planer des risques sur l’avenir de la monnaie numérique. « Cela a notamment été concrétisé par le rétropédalage d’Elon Musk qui reprochait à la cryptomonnaie de ne pas être assez verte. Il y a également eu le fait que le Chine qui est confrontée à des problèmes d’alimentations électriques a fait la chasse au mineurs de Bitcoin car cela nécessite une forte consommation électrique. Ces mauvaises nouvelles ont fait chuter le Bitcoin jusqu’à 28 000 dollars au mois de juillet » décrypte Badr Bellaj.

Mais récemment, qu’est-ce qui a permis de remettre le Bitcoin sur une trajectoire ascendante ? Il s’agit encore une fois d’une information du marché qui a rassuré les investisseurs quant à la légitimité de la monnaie numérique.

Le régulateur financier américain a autorisé le premier fonds indiciel lié au Bitcoin

Depuis la fin du mois de juillet, le cours de la crypto-monnaie a connu une forte ascension, particulièrement prononcée depuis la fin du mois de septembre.

« Certains insiders parlaient il y a quelques mois déjà de fonds négocié en bourse (ETF). Il s’agit d’un indice qui se base sur des contrats à terme de Bitcoin. Ces informations disaient que le ‘Securities and Exchange Commission’ (SEC) américain ne bloquerait pas le lancement des ETF en lien avec le bitcoin » explique Badr Bellaj.

Cela a renforcé l’optimisme sur la valeur de la monnaie et ses perspectives. D’ailleurs, le premier fonds indiciel coté investi dans les contrats à terme sur le Bitcoin a démarré à Wall Street mardi 19 octobre 2021. Le premier jour des échanges, l’ETF a grimpé de 4,8% en bourse. « La confusion que beaucoup de gens ont, c’est qu’il ne s’agit pas d’un ETF indexé sur Bitcoin directement et qui dit que si le cours du Bitcoin augmente, l’ETF va augmenter également. C’est plutôt un ETF qui repose sur un produit intermédiaire qui sont les contrats à terme et cela peut aider à prédire si les cours seront impactés. Cette réponse du SEC est lourde de sens et laisse présager que d’autres potentiels ETF ou instruments financiers plus intéressants » souligne Badr Bellaj. Cela ouvre donc le monde de la crypto-monnaie a une base plus importante d’investisseurs, souvent plus proches des marchés financiers traditionnels.

Désormais avec cette autorisation de la plus haute instance américaine de régulation et de contrôle des marchés financiers, quelles projections pour l’évolution du Bitcoin ?

Une cryptomonnaie de plus en plus proche de la finance classique

A cette question, Badr Bellaj pense que « les investisseurs sont désormais ouverts à toutes les possibilités ». Comme nous l’avons expliqué, le Bitcoin réagissant fortement à son environnement, de nouvelles actualités pourraient faire varier son cours à la hausse comme à la baisse. Mais pour lui, il est peu probable qu’une explosion du Bitcoin ait lieu à court-moyen terme. « Il faut souligner qu’il y a des problèmes économiques de fond et je crois que la légitimité qu’acquiert le Bitcoin au fur et à mesure du temps le rapproche de plus en plus du marché classique qui est plus prévisionnel » estime-t-il.

A court terme néanmoins, le Bitcoin pourra bénéficier de l’excès de liquidité présent sur le marché. Ces liquidités sont à la recherche de rendement. Comme nous l’expliquait en avril dernier, Julien Prat, Co-porteur de la Chaire ‘Blockchain & B2B Platforms’, chercheur CNRS au Centre de recherche en économie et statistique de l’École Polytechnique à Paris: « beaucoup de liquidité a été injectée par les banques centrales, particulièrement depuis la crise du Covid-19. Où est le retour aujourd’hui ? Dans la bourse et les cryptomonnaies ».

Mais cette corrélation mise en place entre le monde normé de la finance et le Bitcoin fera que son évolution se calera sur celle de la finance classique. « Si nous n’avions pas ces ETF, le Bitcoin évoluerait à l’inverse de la situation économique mondiale. En cas de crise économique, le Bitcoin s’apprécierait. Avec cette corrélation qui est en train d’être mise en place, même s’il y a une crise dans le futur, le Bitcoin en pâtira également » conclut notre interlocuteur.

lire aussi
  • | Le 28/11/2021 à 14:07

    Bourse : les OPCVM s’accaparent 40% du volume transactionnel au 3ème trimestre 2021

    Les OPCVM s’accaparent 40% du volume drainés au titre du 3ème trimestre 2021 et affichent une position nette acheteuse, au moment où les personnes morales marocaines étaient en position vendeuse, d’après le rapport du profil des investisseurs publié par l’AMMC.
  • | Le 26/11/2021 à 12:11

    Crédit du Maroc: Très forte progression du RNPG à fin septembre

    Le groupe a connu une bonne tenue de sa collecte et de l'évolution des crédits à fin septembre. Les marges d'intérêt et sur commissions se sont bonifiées. Grâce à la forte baisse de 73% du coût du risque, le RNPG a presque quadruplé sur la période.
  • | Le 26/11/2021 à 10:24

    Label'Vie: Le chiffre d'affaires consolidé augmente de 6% à fin septembre

    Le groupe a connu une bonne dynamique au troisième trimestre avec une bonne croissance des ventes sur tous les segments. Sur l'unique troisième trimestre, 7 nouveaux points de vente ont été inaugurés. L'investissement augmente fortement suite à l'accélération du rythme de développement. L'endettement net recule de 5% par rapport à fin 2020.
  • AFP | Le 26/11/2021 à 9:26

    Nouveau variant Covid: les marchés boursiers européens plongent à l'ouverture

    Les marchés boursiers européens plongeaient vendredi matin, rattrapés par l'émergence d'un nouveau variant particulièrement contagieux en Afrique du Sud.