Total Maroc: La hausse du cours du baril et la reprise de la consommation de carburants boosteront la valeur en bourse (AGR)

B.B | Le 10/2/2021 à 14:25

Malgré la baisse de ses ventes à cause de la crise et l'émission d'un profit warning au titre des résultats financiers en 2020, Total Maroc a été résilient en bourse l'an dernier. Grâce à la reprise du cours du baril et la hausse de la consommation de carburants en 2021, cette dynamique se renforcera selon Attijari Global Research.

Le secteur de la distribution énergétique devrait bien se comporter en 2021 selon Attijari Global Research (AGR). C'est le second secteur (sur 6 au total) le plus habilité à générer du cash sur la période 2021-2022 avec un ration de cash-conversion de 83%, estime la société de recherche.

Dans ce secteur, Total Maroc recèle un bon potentiel en bourse cette année et fait partie des 8 valeurs du portefeuille conviction d'AGR.

Avec l'effondrement du prix du baril et la forte chute de la consommation de carburant en 2020, la société a vu ses indicateurs d’activité lourdement affectés. Sur le premier semestre, les bénéfices avaient diminué de 75% à 68,4 millions de dirhams. Sur les 9 premiers mois de l’année, les ventes du groupe étaient en baisse de 15% à 1 150 milliers de tonnes, par rapport à la même période l’an dernier. En valeur, les ventes chutaient de 29% par rapport à une année auparavant à 6,6 milliards de dirhams.

Dans un communiqué de presse publié le 10 février, le groupe a émis un profit warning au titre des résultats de 2020. Le groupe annonce qu’il « devrait afficher un résultat net social au titre de l’exercice 2020 en retrait d’environ 33% par rapport à celui de 2019 ». Total Maroc met en avant deux principaux facteurs justidiant l'altération de ses résultats en 2020 : « la crise sanitaire de la Covid-19 ayant entrainé une baisse importante de la demande de produits pétroliers, et la crise des marchés pétroliers ayant conduit à une forte dépréciation de la valeur des stocks ».

Une bonne résilience en bourse en 2020

Cependant, Total Maroc a réussi à rester résilient en bourse sur l’année 2020. La valeur a surperformé le marché : Alors que le MASI a lâché 7,27%, Total Maroc a affiché une progression de 2,83% sur la période. Le groupe a notamment bénéficié d’un fort effet de rattrapage en fin d’année, après l’annonce de l’efficacité des premiers vaccins.

Graph Total Maroc P

La valeur a également surperformé son secteur ‘Pétrole & Gaz’ en bourse. Ce dernier s’est maintenu en quasi-stagnation de +0,72% l’an dernier.

Pour AGR, Total Maroc poursuivra son ascension en 2021. La société de recherche anticipe une hausse du cours de 15% (par rapport au cours du 21 janvier à 1 235 dirhams, ndlr) et recommande la valeur à l’achat. AGR valorise le titre à 1 420 dirhams. Cette prévision est influencée par différents facteurs positifs concernant la valeur sur cette année.

Reprise de la consommation de carburants et amélioration du rendement

AGR anticipe un bon rebond de l’activité en 2021. La société de recherche table sur une progression de 12% du volume de vente avec 1 785 milliers de tonnes. En 2022, la croissance devrait être de 10% pour atteindre 1 946 milliers de tonnes.

AGR explique : « À compter de 2021, nous croyons en une reprise assez rapide des résultats de l’opérateur grâce : au redressement attendu de la consommation de carburant de 12%, à la stabilisation relative de la marge de distribution du secteur après une phase d’instabilité et enfin, à un effet stock positif suite à la reprise des cours du Baril ». Concernant le prix du baril, à l’instar du cours de Total Maroc, la hausse est bien présente depuis début novembre, passant de 37,6 dollars début novembre à plus de 61 dollars le 10 février, soit une hausse de 62,2%.

AGR anticipe également une meilleure génération de cash pour le groupe. Après une baisse de 40,3% de l’EBE en 2020 par rapport à 2019, la société de recherche table sur « un retour à un EBE normatif de 1.166 MDH en 2022 qui se reflèterait positivement sur le ROCE (rentabilité des capitaux) qui dépasserait ses niveaux pré-crise sanitaire, soit à 32,4% ». A titre de comparaison AGR anticipe un ROCE de 13,8% en 2020. Sur la période 2021-2022, le groupe bénéficiera d’une plus forte capacité à générer du cash et à le retourner aux actionnaires.

Avec un ratio de cash conversion dépassant 80%, AGR explique que « l’opérateur n’éprouverait aucune difficulté à relever son DPA de 16% passant de 56 DH à 65 DH durant la période 2019-2022 ». In fine, Total Maroc devrait rester également attractif grâce à ses rendements de dividendes sur la période 2021-2022. AGR les anticipent à 4,9% et 5,3% contre 4,5% en 2020.

lire aussi
  • Mehdi Michbal | Le 21/1/2022 à 9:47

    Un grand virage stratégique se prépare à Bank of Africa (Othman Benjelloun)

    EXCLUSIF. Ce virage est le résultat d’un travail effectué avec McKinsey depuis un an, nous confirme le PDG du groupe. Ses détails seront annoncés en mars, au moment du conseil d’administration de la banque. Il concerne selon lui toutes les activités du groupe en Afrique, sur un horizon de long terme.
  • B.B | Le 20/1/2022 à 18:14

    Immobilier : teintée d’incertitude, une croissance molle est attendue en 2022

    L’immobilier s’est bien redressé en bourse en 2021 après une forte chute en 2020. L’effet rattrapage s’est au global également amorcé sur les indicateurs des immobilières cotés. Mais cette année, une croissance molle est attendue du fait d’une faible visibilité et d’un pouvoir d’achat érodé des ménages. Les acteurs reste pendus aux éventuelles annonces du nouveau gouvernement concernant le secteur.
  • | Le 20/1/2022 à 18:08

    Bourse : la progression du marché devrait se situer entre 5% et 10% en 2022 (M.S.IN)

    La société de bourse M.S.IN anticipe une poursuite de la progression du marché boursier en 2022. Cette croissance devrait être comprise entre 5% et 10%. Analyse.
  • | Le 19/1/2022 à 18:10

    Une hausse de 8% du besoin de financement brut moyen du Trésor attendue en 2022 (AGR)

    AGR analyse les principaux postes de recettes et de dépenses de l’Etat dans le cadre de la Loi de Finances 2022. La hausse des recettes fiscales cette année devrait couvrir l’augmentation des dépenses courantes. Le solde ordinaire repasserait dans le positif pour la première fois depuis 2019. In fine, tablant sur un déficit budgétaire contrôlé en 2022, et sur la capacité du Trésor à se financer sur le marché domestique, le besoin brut de financement du Trésor devrait être de 159 MMDH.