Séance du 14/04/2021

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Les bénéfices des sociétés cotées totalisent 17,4 milliards de DH en 2020, d’après les calculs de BMCE Capital Research. Les émetteurs ont fait un effort sur les dividendes dont la baisse se limite à 8,7% en comparaison avec 2019.

Sociétés cotées : les bénéfices ont chuté de 35,5% en 2020 (BMCE Capital Research)

 | LE 01-04-2021 17:57
Les bénéfices des sociétés cotées totalisent 17,4 milliards de DH en 2020, d’après les calculs de BMCE Capital Research. Les émetteurs ont fait un effort sur les dividendes dont la baisse se limite à 8,7% en comparaison avec 2019.

L’impact de la crise du Covid-19 sur les réalisations 2020 des sociétés cotées est quantifié maintenant avec exactitude.

La masse bénéficiaire pour l’exercice 2020 a reculé de 35,5%, en comparaison avec l’année 2019, pour descendre à 17,4 milliards de DH, d’après un document d’analyse de la société de recherche BMCE Capital Research (BKR).

La baisse du chiffre d’affaires s’est finalement située à 5,2%. Cette baisse n’est pas énorme si on tient compte du contexte de la crise.

De son côté, la baisse du dividende a été limitée à 8,7%. Cela témoigne de l’effort fourni par les sociétés pour maintenir la rémunération des actionnaires malgré la crise et les pressions sur les trésoreries.

La dégradation opérationnelle et les contributions au fonds Covid pèsent sur le RNPG

Comme expliqué par BKR, la capacité bénéficiaire globale de la cote casablancaise a pâti des effets de la crise sanitaire sur le volet opérationnel ainsi que de l’impact des cotisations souscrites volontairement au fonds Covid-19, notamment par les entreprises financières (51,8% du total des contributions).

Hors impact de ces contributions, qui totalisent environ 4,2 milliards de DH en net, le RNPG global ressortirait en baisse moins forte de 20% à 21,6 milliards de DH.

Dans le détail, le RNPG des sociétés industrielles a baissé de 16% à 10,8 milliards d DH. Cette contre-performance s’explique par le mauvais comportement des immobilières, de Ciments du Maroc et de Marsa Maroc.

La dégradation des réalisations des immobilières s’explique par l’effet combiné de la baisse du chiffre d’affaires et du maintien de charges incompressibles ainsi que de la comptabilisation par les opérateurs de provisions pour la mise à jour de la valorisation de certains actifs.

Pour sa part, Ciments du Maroc a perdu 365 millions de DH au niveau de sa Bottom-line compte tenu de ses réalisations commerciales couplées à la comptabilisation d’un don de 100 millions de DH au fonds Covid-19.

Marsa Maroc, elle, a souffert d’un double effet du don de 300 millions de DH versé au profit du fonds Covid et du résultat net déficitaire dégagé par la nouvelle filiale Tanger Alliance.

BKR précise que la cotisation la plus importante au fonds Covid faite par les industrielles a été souscrite par Maroc Telecom (1,5 milliard de DH en brut), mais son impact sur les comptes de cet opérateur est moins marqué car il a été neutralisé par les reprises sur provisions suite à la résolution de litiges en faveur de l’opérateur.

De leur côté, les sociétés financières ont totalisé un RNPG de 5,5 milliards de DH, enregistrant ainsi une baisse de 56,7% à cause notamment de l’alourdissement des charges générales d’exploitation (un coefficient d’exploitation de 56,3% contre 52,4% en 2019, tenant compte des dons au fonds Covid (pour un impact brut de 3,5 milliards de DH). Ceci en plus de l'aggravation du coût du risque.

Les assurances, elles, ont dégagé un RNPG en baisse de 23,3% à 1,2 milliard de DH, résultant du recul des RNPG de Wafa Assurance (-245 MDH) et de Saham Assurance (-205 MDH) en raison principalement de la contreperformance des marchés financiers ainsi que de la suspension ou de la baisse des versements de dividendes en provenance des filiales.

En revanche, AtlantaSanad s’est distinguée en enregistrant une hausse de 26,7% de son résultat net consolidé en 2020, malgré les impacts négatifs de la crise sur tout le secteur. BKR explique cela par lesplus-values issues de la création d’un OPCI (près de 230 millions de DH) ainsi que de l’étalement sur 5 exercices de la cotisation au Fonds spécial Covid-19 pour lequel elle a opté au niveau des comptes consolidés (un don de 100 MDH).

De son côté, la dégradation du chiffre d’affaires des sociétés intègre une mauvaise tenue des réalisations commerciales des industries, partiellement compensée par la bonne orientation du PNB des financières, comme analysé dans un article précédent.

Dividendes maintenus en 2020

Malgré la crise, la distribution des dividendes a été maintenue par une grande part des émetteurs.

La masse des dividendes, pour les sociétés ayant communiqué sur leur politique de distribution (près de 74,5% de la capitalisation), a enregistré une baisse de 8,7% à 14,4 milliards de DH suite principalement au repli des dividendes de Maroc Telecom (-28% à 3,5 milliards de DH).

Ainsi, le D/Y du marché se fixe à 2,8%, en baisse de -0,2 pt seulement par rapport à 2019. A noter que Delta Holding et Lesieur Cristal ont reporté la décision de distribution à une date ultérieure tandis que 4 entreprises ont choisi de ne pas distribuer de dividendes. De plus, 24 sociétés n'ont pas encore communiqué sur la distribution de dividendes.

Les bénéfices baissent de 30% pour le scope 40 de BKR

La croissance bénéficiaire du scope de 40 valeurs de BKR (soit 90% de la capitalisation et retraité des valeurs n’ayant pas publié leur RNPG) ressort en dégradation de 30% contre une baisse anticipée de 17,2% lors des dernières prévisions ajustées de la société de recherche, soit un taux de réalisation de près de 86%.

Ce taux recouvre :

- Un taux de réalisation de 72% pour les financières, dû à la constatation par le secteur bancaire de provisions en 2020 plus importantes que prévues, ayant conduit à une forte hausse du coût du risque (un taux de 1,8% contre nos prévisions de 1,5%) ;

- Un RNPG réalisé par les Assurances dépassant de 27% des prévisions de BKR, en raison principalement d’un rattrapage exceptionnel sur le 2ème semestre 2020 pour le résultat net de Wafa Assurance lié notamment à la distribution inattendue de dividendes par certaines sociétés ;

- Et, un écart de 12% par rapport à aux prévisions initiales pour la cote industrielle, s’expliquant essentiellement par la non anticipation de la perte réalisée par la filiale de Marsa Maroc (Tanger Alliance) et la comptabilisation par le secteur immobilier de provisions pour dépréciations d’actifs présentant de fortes moins-values en 2020.
 

Aller à
Atlanta