Séance du 24/11/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

CFG bank anticipe une baisse de 18,3% de la masse bénéficiaire de l’univers de référence CFG25 en 2020. Selon les analystes, cette baisse est déjà intégrée au niveau des valorisations actuelles du marché.

Sociétés cotées : CFG révise à la baisse ses perspectives d’évolution de la masse bénéficiaire en 2020

 | LE 26-10-2020 16:15
CFG bank anticipe une baisse de 18,3% de la masse bénéficiaire de l’univers de référence CFG25 en 2020. Selon les analystes, cette baisse est déjà intégrée au niveau des valorisations actuelles du marché.

CFG bank vient de réviser à la baisse ses perspectives d’évolution de la masse bénéficiaire des sociétés composant le CFG25 pour l’année 2020, en se basant sur les réalisations financières des sociétés cotées au titre du 1er semestre de l’année en cours.

CFG prévoit que la masse bénéficiaire de l’univers de l’indice de référence CFG25 devrait enregistrer une baisse de 22,7% en 2020, à la place d’une baisse de 12%, anticipée initialement par CFG, le 24 juillet 2020.

Retraitée des éléments exceptionnels enregistrés en 2019, notamment la sanction de l’ANRT sur Maroc Telecom et de la provision pour dépréciation de Managem, et des contributions au fonds spécial Covid-19 en 2020, la masse bénéficiaire ajustée devrait selon les nouvelles prévisions de CFG bank enregistrer une baisse de 18,3% en 2020 en comparaison avec 2019.

A noter que l’indice CFG25, crée en 1993, est constitué des 25 sociétés les plus liquides du marché. Les valeurs composant cet indice représentent environ 90% de la capitalisation boursière de l’ensemble de la Bourse de Casablanca. L’évolution de la masse bénéficiaire de l’indice est quasi identique à celle du marché dans son ensemble.

CFG explique la révision à la baisse de ses prévisions par 3 principaux facteurs

1/ Une progression du coût du risque beaucoup plus importante qu’initialement prévu pour le secteur bancaire dans son ensemble, en lien avec la détérioration significative du risque crédit engendrée par la crise sanitaire actuelle et le provisionnement anticipatif et prudent associé ;

2/ Un taux de provisionnement plus élevé qu’initialement escompté pour les sociétés d’assurances, combiné à la montée en puissance des impayés, la dépréciation de la valeur de certains actifs financiers en lien avec la contre-performance générale des marchés financiers et l’annulation, la suspension ou le report des versements de dividendes de certains émetteurs ;

3/ L’annonce de nouveaux dons au fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du Covid-19, notamment l’annonce récente (au cours du mois de septembre) d’Attijariwafa Bank de contribuer 1,148 milliard de DH au fonds spécial Covid-19.

La baisse est déjà intégrée au niveau des cours actuels

Les analystes de CFG trouvent que cette baisse prévue de la masse bénéficiaire est déjà intégrée par le marché. Avec un indice CFG25 qui traite à 21.400 points, en baisse de 16% depuis le début de l’année en cours « les niveaux de valorisations actuels du marché reflètent fidèlement la baisse escomptée de la masse bénéficiaire en 2020E. In fine, nous pensons que les niveaux de valorisation du marché sont justifiés d’un point de vue fondamental », indiquent-ils.

Selon les prévisions de la banque d’affaires, le PER actuel du baromètre CFG25 se situerait autour de 26x les bénéfices 2020. Retraité des contributions au fonds spéciale dédié à la gestion du Covid19, le PER avoisinerait 21x les bénéfices 2020 ajustés.

 Une poursuite du cycle haussier du CFG25 à partir de 2021

CFG prévoit que la masse bénéficiaire devrait graduellement renouer avec le chemin de la normalisation sur les deux prochaines années (2021E et 2022E) et revenir vers un niveau proche de celui observé en 2019 (retraité de la sanction de l’ANRT sur IAM et de la provision pour dépréciation de Managem). 

Le redressement de la masse bénéficiaire sera tributaire des facteurs suivants :

1. Le ralentissement/éradication de l’épidémie ;

2. La non-récurrence des contributions au fonds dédié à la gestion de la crise liée au Covid-19 ;

3. La reprise des chantiers dans le secteur du BTP et de l’immobilier ;

4. Le redressement du secteur touristique suite à la réouverture des frontières ;

5. La reprise des projets d’investissement et d’infrastructure ;

6. La reprise de la demande nationale grâce aux divers plans de relance et aux mesures de soutien aux secteurs les plus touchés par la crise sanitaire;

7. La reprise de la demande étrangère adressée au Maroc ;

8. Aucun nouveau confinement.

Tenant compte de ces éléments, « un retour à une masse bénéficiaire normative égale à celle enregistrée en 2019 induit une progression de 22,4% par rapport à notre prévision de la masse bénéficiaire 2020E ajustée. Selon nos dernières prévisions, ce rebond mécanique devrait se matérialiser à mi-chemin entre 2022E et 2023E», prévoient les analystes.
 

 

Aller à