Page d'accueil Quoi de neuf

L'économie britannique a une chance sur quatre de sombrer dans la récession (Banque d'Angleterre)

medias24

L'économie britannique a une chance sur quatre de sombrer dans la récession en 2019, a prévenu, jeudi, le gouverneur de la Banque centrale d'Angleterre (BoE), Mark Carney.

Dévoilant les dernières prévisions de l'année lors d'une conférence de presse, Mark Carney a averti que l'économie au Royaume Uni est "sur le point de connaître sa plus mauvaise année depuis la crise financière de 2008", notant que les incertitudes liées au Brexit ont commencé à peser lourdement sur l'économie, alors que la "BoE a réduit ses prévisions de croissance économique pour 2019 à 1,2%".

Selon ces prévisions, "il y a une chance sur quatre que l'économie britannique plonge dans une récession". Ce déclassement signifie que le produit intérieur brut britannique devrait progresser encore moins cette année qu'en 2012, alors que les économistes craignaient une récession à double creux face à la crise de l'euro.

La Banque centrale a également signalé qu'il n'y aurait probablement qu'une augmentation des taux d'intérêt d'ici la fin de l'année prochaine, par rapport à ses prévisions précédentes qui impliquaient deux augmentations du coût de l'emprunt.

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre a également déclaré que le "brouillard du Brexit cause de la volatilité à court terme dans les statistiques économiques et crée une série de tensions pour les entreprises, les ménages et les marchés financiers".

Le rapport sur l'inflation de la Banque qui se base sur une enquête trimestrielle sur l'état de l'économie nationale, sera considéré comme une preuve supplémentaire de l'impact économique du Brexit, selon la presse britannique.

Ainsi, environ la moitié des entreprises interrogées dans le cadre de cette enquête avaient activé leurs plans d'urgence pour faire face à un Brexit sans accord alors que l'incertitude entourant l'économie s'était fortement accrue.

M. Carney a toutefois estimé que la croissance s’accélérerait avec un Brexit souple ou avec davantage de clarté sur un accord de sortie de l'Union européenne.

"Bien que de nombreuses entreprises intensifient leurs préparatifs, l'économie britannique dans son ensemble n'est pas encore prête à une sortie sans accord et sans transition", a insisté le gouverneur de la BoE.

En principe et à moins d'une surprise, le Royaume-Uni devrait quitter l'UE le 29 mars. Les négociations entre Londres et Bruxelles sur les modalités du Brexit étant presque bloquées, la perspective d'une sortie dans accord s'avère très probable.

Dans un rapport précédent, la BoE avait mis en garde contre "les pires scénarios" en cas d'un Brexit sans accord, assurant que cela mènera le pays vers "une crise économique jamais connue depuis 2008". "Ce scénario noir" selon la Banque centrale, conduirait le PIB à une chute de 8% d'ici 2024 et ferait perdre à la livre sterling un quart de sa valeur.

(Avec MAP)