Séance du 24/11/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

Après avoir profité de la crise en bourse, Managem et SMI ont accusé des baisses de près de 4% sur chacune des deux dernières séances. Une baisse causée par l’espoir d’une reprise apporté par le vaccin de Pfizer qui détourne les investisseurs des valeurs refuges. La tendance va-t-elle durer ?

L'annonce de Pfizer relative au vaccin Covid pénalise les valeurs minières

 | LE 11-11-2020 14:07
Après avoir profité de la crise en bourse, Managem et SMI ont accusé des baisses de près de 4% sur chacune des deux dernières séances. Une baisse causée par l’espoir d’une reprise apporté par le vaccin de Pfizer qui détourne les investisseurs des valeurs refuges. La tendance va-t-elle durer ?

Depuis l’annonce faite le 9 novembre par le laboratoire américain Pfizer concernant l'efficacité de son vaccin, les bourses reprennent des couleurs. La Bourse de Casablanca s’est appréciée de près de 2% en deux séances. Dans les bourses développées, la hausse a été plus conséquente.

Mais certains secteurs ont vu leurs cours dévisser sur la même période. Notamment les minières, et plus particulièrement Managem et la SMI, qui accusent sur ces deux jours des baisses de près de 4% par séance. Ces dernières avaient pourtant bénéficié d’une excellente remontée de leurs cours à partir de mi-avril, profitant de l’augmentation du prix des métaux précieux, valeurs refuge en temps de crise. L’or et l’argent ont en effet vu leurs cours exploser depuis le début de la pandémie de Covid-19 (respectivement +23,53% pour l’or et +36.67% pour l’argent). Désormais, l’annonce d’un éventuel vaccin vient redynamiser le marché, l’appétence des investisseurs au risque et diminuer l’importance des valeurs refuge.

L'intérêt bascule vers les grosses capitalisations

La nouvelle d'un vaccin bénéficie aux entreprises ayant fortement souffert de la crise et qui présentent un bon potentiel de redressement. « Les sociétés qui ont vu leurs cours croitre courant des dernières séances, sont les entreprises qui ont vu leur demande impactée par le coronavirus. Avec l’annonce de Pfizer, les investisseurs anticipent un retour à l’activité normale et automatiquement les banques, le BTP, le transports vont reprendre car la confiance et la visibilité reviennent légèrement » nous explique un analyste de la place.

Cette réaction résulte aussi de l’anticipation des investisseurs d'une baisse potentielle des cours des métaux précieux. Un autre analyste casablancais nous explique : « Quand il y a crise, les valeurs refuge sont les métaux précieux. Quand il y a soupçon de retournement de tendance, les cours suivent une évolution négative par rapport au cours de l’économie. Probablement que les gens ont anticipé un repli des cours de l’or avec l’annonce du vaccin qui pourrait permettre de revenir à une situation sanitaire normale. Un retour à une situation économique plus normative pousse les investisseurs à revenir vers des sociétés qui seront susceptibles de voir leur activité reprendre ».

En effet, le 9 novembre, le cours de l’or chutait de 5% sur la journée à 1 853 dollars l’once. Lors de son pic annuel le 6 août, le cours avait atteint les 2 051 dollars l’once. Parallèlement, le 9 novembre, le cours de l’argent dévissait de 7,52% pour atteindre 24,68 dollars l’once.

Des baisses de cours qui se font naturellement ressentir sur les sociétés minières du pays, largement dépendantes des fluctuations du prix des matières premières à l’international. Mais cet impact sur les minières marocaines va-t-il durer ?

Deux scénarios possibles

Si l’annonce d’un vaccin d’un des plus grands laboratoires au monde a dopé les marchés et relancé l’appétence au risque des investisseurs, il faut cependant se méfier des effets d’annonce sur la bourse. Car en ce qui concerne l’avenir, différents éléments laissent présager que la donne pourrait changer. Une analyste de la place nous confie que « deux tendances différentes se dressent. Premièrement une anticipation de hausse du dollar avec la reprise économique  mais il faut faire attention à l’effet annonce. Nous l’avons déjà expérimenté avec d’autres vaccins et au final des arrêts d’essais cliniques ou des effets secondaires notables ont fait reprendre une allure baissière au marché ». Elle poursuit, « de l'autre côté, nous atteignons des contaminations records ces dernières semaines. La question sanitaire va toujours primer. Les incertitudes sont encore là. On ne peut pas dire que la tendance va s’inverser d’un coup. Cet effet d’annonce est désormais consommé au niveau mondiale et maintenant, les annonces concernant la suite des événements seront décisives ».

Et les décisions économiques à venir auront probablement un impact non négligeable sur le cours des métaux précieux. « Il faut rappeler qu’il y a des plans de financement et d’injection massive de liquidités aux États-Unis de l’ordre de 2 000 milliards de dollars. Cela va être défavorable à la monnaie américaine. Tous ces plans budgétaires pour accompagner les phases de reconfinement sont autant de facteurs qui pourraient être favorables à la hausse de la valeur des métaux précieux » précise notre analyste.

Mais la baisse du cours de Managem est aussi due à la présentation de ses résultats du T3 2020, décevants pour les investisseurs, malgré une progression de 8% du chiffre d’affaires. « Il y a eu une déception des investisseurs concernant les résultats trimestriels pour Managem. Car il est à noter qu’il n’y a pas eu d’informations quant à la production d’or sur le site de Managem au Soudan. Concernant le projet guinéen de Tri-K et son exploitation aurifère, les investisseurs s’attendaient à obtenir des informations sur le démarrage de l’activité, or, il n’y a pas eu de précisions non plus. Mais la dynamique reste positive au niveau du chiffre d’affaires et du résultat » conclut notre source.

Aller à