Séance du 24/11/2020

Indices

MASI
MADEX

MASI Pts

Les plus fortes variations

medias24

La faible intervention des grands investisseurs sur le marché actions a fait que systématiquement la part du volume drainé par les personnes physiques augmente, explique une source du marché.

En bourse, le poids des particuliers augmente suite à la baisse d'activité des OPCVM et des institutionnels

Par M. Ett. | LE 09-11-2020 17:09
La faible intervention des grands investisseurs sur le marché actions a fait que systématiquement la part du volume drainé par les personnes physiques augmente, explique une source du marché.

Le volume drainé sur le marché actions par les personnes physiques marocaines représente une part de 19% au 3ème trimestre contre 9% au 1er trimestre, d’après le dernier rapport sur le profil des investisseurs en bourse publié par l’AMMC. Mais cela est loin de traduire un retour des particuliers sur le marché actions.

La hausse de la part des personnes physiques marocaines s’explique, d’après le directeur d'une société de gestion de la place, par l’inaction des investisseurs institutionnels et des OPCVM qui a fait que la part générée par les personnes physiques dans le volume global augmente ». Ce constat est également confirmé par un analyste de la place.

De plus, les personnes physiques marocaines affichent une position vendeuse au 3ème trimestre avec un volume d’achat de 400 millions de DH (vs. 1,19 milliard de DH au 2ème trimestre) contre un volume de vente de 586 millions de DH (vs. 713 millions de DH au 2ème trimestre).

D’après le rapport de l’AMMC, les OPCVM concentrent 35% du volume de ce 3ème trimestre, en baisse de 3 points par rapport au trimestre précédent et de 10 points en glissement annuel. Ils affichent une position acheteuse nette portant sur un volume d’achat de 3,33 milliards de DH, (+20% en comparaison avec le T2) contre un volume de vente de 1,62 milliards de DH (vs. 3,6 milliards de DH au 2ème trimestre).

Les OPCVM sont suivis par les personnes morales étrangères qui représentent 23% du volume global, en progression de 9 points de pourcentage par rapport au deuxième trimestre. Ils sont en position nette vendeuse avec un volume d’achat de 792 millions de DH (vs. 1,08 au 2ème trimestre) contre un volume de vente de 1,14 milliard de DH (vs. 1,42 milliard de DH au 2ème trimestre).

Pour leur part, les personnes morales marocaines ont représenté 19% du total et affichent une position nette vendeuse avec un volume d’achat de 882 millions de DH (3,27 milliards de DH) contre un volume de vente de 1,52 milliards de DH (vs. 2,59 milliards de DH au 2ème trimestre)

Les grands investisseurs adoptent le « Buy & hold »

Notre interlocuteur revient sur les grades tendances de l’évolution de l’intervention des investisseurs sur le marché actions au cours de cette année. « Les institutionnels ont adopté une stratégie très active sur le marché au premier semestre, de même que les OPCVM. Cela s’explique par le fait qu’il y avait de la matière, il y avait plusieurs éléments nouveaux face auxquels il fallait intervenir et faire des ajustements sur les portefeuilles. Et quand on analyse la structure des achats et des ventes, on observe qu’entre le premier et le deuxième trimestre les OPCVM qui étaient à l’achat se sont retournés à la vente, idem pour les institutionnels. Ces réactions et réajustements avaient dynamisé le marché ».

Et d’ajouter : « Par la suite, à partir du mois du mois de juillet, on a constaté une forte baisse de l’activité sur le marché. La majorité des investisseurs avait intégré les informations relatives à la macroéconomie sur leurs portefeuilles et ils ont adopté une attitude de Buy & hold. C’est-à-dire ils préfèrent rester passifs et ne rien faire en cette période. Cette observation a été faite auprès des grands investisseurs de la place ».

Aller à