Crédit du Maroc : le RNPG chute de 76% à fin septembre

| Le 16/11/2020 à 12:00

La hausse du cout du risque et le don au fonds Covid-19 viennent fortement altérer le RNPG du groupe à fin septembre. Mais CDM a pu attester d’une reprise de la distribution de crédits notamment auprès des entreprises.

Crédit du Maroc (CDM) affiche une progression de 4,9% des encours crédits à 44,46 milliards de dirhams à fin septembre 2020. Une hausse principalement drivée par les entreprises. « Les crédits aux entreprises ont en effet conservé une bonne dynamique sur les neuf premiers mois de l’année 2020, se traduisant par une hausse des encours de 7,7% à 21 105 millions de dirhams » explique le groupe. Ce dynamisme est porté principalement par les crédits de trésorerie en hausse de près de 23%. De leur côté, les encours de crédits à l’équipement et crédit-bail sont en retrait de 1% et 0,6% respectivement. De même pour les encours de crédits aux particuliers qui sont en baisse de 1,1% à près de 18,2 milliards de dirhams. Les encours de crédit à la consommation ont chuté de 6,7% par rapport à l’an dernier. L’encours se situe à près de 3,8 milliards de dirhams.

Sur la période, CDM a vu ses ressources bilan augmenter à 44 milliards de dirhams, en hausse de 5% par rapport à l’an dernier. Une croissance imputée aux « effets de l’augmentation des ressources à vue de 9,9% à 30 276 millions de dirhams et de la hausse des ressources d’épargne de 1,0% à 9 849 millions de dirhams » explique le groupe.

Le produit net bancaire (PNB) est en quasi-stagnation avec un très léger retrait de 0,6% par rapport à l’an dernier. Il s’affiche à 1,77 milliard de dirhams. « La baisse du PNB a été contenue grâce à la bonne tenue de la marge nette d’intérêt qui progresse de 1,7% à 1 392,8 millions de dirhams, profitant de la poursuite de l’optimisation du coût des ressources » précise le groupe.

Les charges d’exploitations quant à elles sont en hausse de 11,6% sur la période et atteignent 1 milliard de dirham. Elles sont principalement alourdies par le don au fonds Covid-19 pour 85 millions de dirhams. Ainsi le résultat brut d’exploitation chute de 13,3% à 759 ,9 millions de dirhams

Le coût du risque explose de 169,7% sur la période et atteint 567 millions de dirhams contre 210 millions à septembre 2019. « Cette progression découle du provisionnement de risques avérés et du provisionnement d’encours sains sur la base de scenarios prenant en compte des impacts de la crise COVID-19 » explique CDM.

In fine, le RNPG ressort fortement affecté avec une chute de 76% par rapport à l’an dernier. Il se chiffre à 104,1 millions de dirhams, principalement rogné par la hausse du coût du risque et le don au fonds Covid-19.

L’endettement du Crédit du Maroc ressort à 2 104,2 millions de dirhams, en progression limitée de 0,8% par rapport à septembre 2019.

lire aussi
  • A. E. Rh. | Le 29/7/2021 à 15:01

    TMSA - Marsa Maroc : Comment sera financée l'acquisition

    EXCLUSIF. L'Etat a annoncé la cession de 35% du capital de Marsa Maroc au groupe Tanger Med (Tanger Med Special Agency, dite TMSA). Une monétisation d'un actif de l'Etat qui ne dit pas son nom.
  • | Le 29/7/2021 à 14:08

    Réclamations bancaires : 826 plaintes reçues par Bank Al-Maghrib en 2020

    En 2020, 826 plaintes ont été déposées auprès de la Direction de la Supervision Bancaire et 7 sanctions disciplinaires ont été prononcées, d’après le rapport annuel de Bank Al-Maghrib.
  • | Le 29/7/2021 à 12:20

    La dette bancaire des ménages a atteint 369 milliards de DH en 2020

    Dans son rapport 2020 sur la supervision bancaire pour l’année 2020, Bank Al Maghrib souligne la hausse de l’endettement global des ménages et des entreprises non financières.
  • | Le 29/7/2021 à 12:10

    Voici comment a évolué le cadre légal et réglementaire des établissements de crédit en 2020

    Avec la crise du Covid-19, les priorités de la banque centrale ont été revues afin d’adopter le cadre légal et réglementaire au contexte de la crise. Voici les principales évolutions et les chantiers en cours.