Tableau de bord

le 18/08/2019
MASI
MADEX

MASI Pts

medias24

Sonasid et Involys ont rapidement été sanctionnées par le marché après la publication de leurs profit warnings. Un analyste de la place estime que la réaction du marché est surdimensionnée. Explication. 

Sonasid et Involys ont rapidement été sanctionnées par le marché après la publication de leurs profit warnings. Un analyste de la place estime que la réaction du marché est surdimensionnée. Explication.

En cette période de publication des résultats des sociétés cotées au titre du premier semestre 2019, les profit warnings commencent à tomber.

Fenie Brossette a publié, le vendredi 19 juillet, un communiqué pour alerter sur ses résultats semestriels qui seront impactés par un litige commercial dont elle fait l’objet en Côte d’Ivoire.

Dès sa publication, le cours de la société a fluctué avant de finir en baisse de 2%, jeudi 1er août.

Sonasid et Involys ont marqué la plus forte baisse de cours de cette séance en cédant respectivement 9,98% à 265,55 DH et 9,29% à 122 DH.

Ces baisses, enregistrées le jour de la publication de leur profit warning, ont été accompagnées par l’échange de 10.690 titres pour Sonasid, 993 titres pour Involys.

      >> Lire aussi :

                        Sonasid anticipe une baisse de 30 MDH de ses bénéfices à fin juin 2019

                        Involys alerte sur ses résultats à fin juin 2019

Lydec, qui a alerté sur ses résultats pendant le même jour, a bougé un peu sans pour autant enregistrer une variation de cours, pour continuer à se situer à 452 DH.

A l’issue de cette séance de cotation, le MASI a cédé -0,23% à 11.589,65 tout en préservant sa performance annuelle positive qui est revenue à 1,98%.

Evolution du MASI (1 mois)

Source: LeBoursier

Ces baisses des cours traduisent la réaction du marché face aux profit warnings annonçant la baisse des résultats de ces sociétés au titre du premier semestre 2019.

Un analyste de la place estime que cette réaction est « surdimensionnée » et qu’elle dévoile « un marché qui n’est pas suffisamment mûr et apte pour comprendre le fonctionnement de la bourse ».

« Les profit warnings qui viennent d’être publiés ne sont pas très alarmants. Ils sont purement réglementaires. Les émetteurs cherchent à jouer la carte de transparence », commente-t-il.

Et d’expliquer : « Pour Sonasid, la baisse était prévisible vu la pression exercée sur les prix. Le groupe a, par ailleurs, réussi à en contenir l’impact ».

A rappeler que le sidérurgiste s'attend à un résultat net à fin juin en baisse de 30 millions de dirhams par rapport à une année auparavant.

Pour Lydec, qui affiche une baisse de 8,69% depuis le début de l’année, « il ne faut pas trop s’alarmer face aux variations périodiques de son cours. Il s’agit d’un concessionnaire qui a un monopole sur la ville de Casablanca. Ses bons fondamentaux ne risquent pas d’être facilement impactés.»

Involys anticipe la baisse de son résultat à cause du report de la signature d’une convention d’assistance avec l’Etat gabonais, alors que la société avait pris l’habitude, depuis 2015, de conclure ce genre de conventions au premier trimestre de chaque année.

« Ce changement ne va donc pas impacter toute l’année 2019. Le chiffre d’affaire lié à cette convention va être comptabilisé au cours du second semestre de l’année 2019 », prévoit notre source. 

« Involys veut se consacrer à la réduction de l’encours clients, vu qu’elle détient un chiffre d’affaires important qui n’a toujours pas été entièrement encaissé », continue-t-il.

« La baisse du chiffre d’affaires de Risma n’est pas inquiétante »

Risma vient de publier ce vendredi 2 août un communiqué informant sur la baisse de son chiffre d'affaires consolidé de 7%, à 702 millions de dirhams à fin juin 2019.

En cause : la sortie du Pullman Marrakech de son périmètre au 1er janvier 2019, ce qui a ponctionné 60 millions de dirhams sur ses revenus.

En commentant cette information, notre analyste estime que le groupe « explique très bien les choses au niveau du communiqué diffusé à cette occasion».

Et d’ajouter : « Le désengagement de Risma de cet hôtel impacte bien évidement ses revenus. Mais, cette action pourrait être positive pour le groupe sur le moyen et long terme car j’estime que ses exigences de rentabilité n’étaient pas respectées avec cet hôtel ».

Ainsi, « La baisse du chiffre d’affaires du Risma n’est pas inquiétante », conclut-il.

Hors effet Pullman Marrakech, le chiffre d'affaires de la compagnie aurait progressé de 1%.

Page d'accueil Bourse