Page d'accueil Bourse

Maroc Telecom : la valorisation de l’Etat chamboule le marché

medias24

Cotation reprise, le titre a perdu 4,5% pour se fixer à 130 DH. La valeur devra baisser encore selon les analystes de la place pour se rapprocher des 127 DH fixés par l’Etat dans le cadre des cessions de blocs aux institutionnels.

 
Cotation reprise, le titre a perdu 4,5% pour se fixer à 130 DH. La valeur devra baisser encore selon les analystes de la place pour se rapprocher des 127 DH fixés par l’Etat dans le cadre des cessions de blocs aux institutionnels.

Comme attendu, le titre Maroc Telecom a entamé sa descente en Bourse. A peine sa cotation reprise, le titre a lâché 4,24% de sa valeur pour s’établir à 130 DH. A l’heure où ces lignes sont écrites, 25 398 actions ont changé de main. 

 
Fixée à 127 DH, la valeur d’échange établi par l’Etat constitue désormais un prix de référence sur la place. Le cours du titre devra s’en approcher dans les prochains jours.
 

Rappelons que le titre s’échangeait le 22 mai à plus de 145 DH. Après le détachement du dividende annuel, sa valeur est tombée tout naturellement à 135,75 DH, dernier cours avant la suspension décidée par le gendarme de la place.

Nous avons contacté plusieurs analystes du marché pour sonder leurs opinions sur le titre et son futur comportement en bourse, ils s’accordent tous à dire que cette décote offerte par l’Etat va impacter le titre à la baisse, et tout le marché avec.

« Si je peux acheter le titre à 127 DH auprès de l’Etat, en supposant que le prix de l’OPV sera pratiquement le même que celui concédé aux institutionnels, pourquoi le garder aujourd’hui. Je le vends à 135 DH et le rachète à 127 DH. Ca me fera une plus value intéressante, sans la moindre prise de risque, et tout en gardant mes positions sur la valeur », signale ainsi un analyste pour expliquer le réflexe que vont avoir certains investisseurs.

>>>Lire aussi : Cession de 8% de Maroc Telecom : l’opération pourra rapporter jusqu’à 9,5 milliards de dirhams à l’Etat

La baisse du cours va perser sur le marché

Engendrant un mouvement vendeur, ces opérations d’aller retour vont pousser le titre à la baisse. Et vu son poids dans la capitalisation, c’est tout le marché qui risque d’être entraîné dans son sillage.

« La baisse du cours de Maroc Telecom va peser sur le marché, vu que cette valeur est la plus grande capitalisation de la place. Elle représente entre 27 et 30% de la taille du marché. Elle représente également 20% du flottant», estime notre expert.

C’est ce scénario qui se dessine en effet à la mi-séance de ce mercredi : le MASI lâchait 0,84% à 10.934,84 points portant sa baisse annuelle à 3,78%.

Nuance à apporter : si cette baisse est logique, elle sera toutefois passagère.

« Cette opération va perturber le marché, mais ce mouvement sera passager et ne va pas compromettre toute l’année boursière. Le cours du titre devrait augmenter après la fin de l’OPV et s’approcher de sa valeur réelle, au vu de ses fondamentaux et du rendement qu’il offre. Il n’y pas donc de risque majeur », estime un analyste.

Autre risque que nos analystes écartent : que les institutionnels attendent la hausse du cours pour vendre une partie des titres achetés dans le cadre de cette privatisation, histoire de réaliser des plus values et d’embellir leur bilan de fin d’année.

Un scénario que nos analystes excluent, pariant sur « la sagesse » de nos instit’ et sur leur « profil long-termiste ».

Si un mouvement vendeur est déclenché, cela n’arrangera les intérêts de personne, à commencer par les institutionnels qui détiennent des positions dans pratiquement toutes les valeurs du marché. Gagner un peu sur Maroc Telecom et perdre sur l’indice ne servira à rien, sauf à déséquilibrer la place.

Une opération surdimensionnée ?

Une de nos sources avance d’ailleurs que tout cela aurait pu éviter si l’Etat avait décidé de scinder l’opération en deux tranches :

« C’est une opération surdimensionnée par rapport à la capacité d’absorption du marché. L’Etat a fait fort probablement une concession sur le prix pour s’assurer du succès de l’opération. J’aurai préféré ainsi que l’Etat réalise cette opération en deux temps : 4% du capital en 2019 et 4% en 2020. On aurait garanti la réussite de l’écoulement des titres, sans être obligé de brader l’action. Mais cela ne veut pas dire que l’opération telle que conçue aujourd’hui ne va pas réussir ».

La valorisation du titre intrigue justement. Les analystes sont actuellement incapables d’en expliquer les tenants et aboutissants.

>>> Lire à ce propos: L'Etat a-t-il correctement valorisé Maroc Telecom?

Le cours moyen pondéré (par les volumes) du titre au cours des 12 derniers mois est de 143,2 DH. Très loin des 127 DH retenus par l’Etat.

Cette valeur reste également loin des valorisations faite par les brokers de la place depuis le début de l’année.

CDG Capital attribue au titre une valeur de 138 DH. Crédit du Maroc Capital l’évalue à 154 DH, Alpha Mena à 155 DH et CFG à 156 DH.

Les évaluations les plus favorables portent sur une valeur de 169 DH l’action. Elles ont été réalisées par Attijari Global Research et Upline Securities, qui ne sont autres que des filiales des banques d’affaires retenues pour évaluer Maroc Telecom dans le cadre de l’actuelle opération de cession.

« Tant que la note d’information liée à cette opération n’a toujours pas été publiée, nous ne pouvons pas examiner les modalités qui ont été suivies pour aboutir à cette valorisation », s’accordent à dire les analystes de la place.

Seule hypothèse avancée pour l'instant : le prix fixé par l’Etat ne reflète pas la valeur du titre, mais la capacité d’absorption du marché. Dont acte.

>>> Lire également : Tous les détails sur la valeur Maroc Telecom à la Bourse de Casablanca
 

Inwi annonce le lancement imminent de son service Mobile Money
Glen Invest reprend les parts de MNF dans la société Ma-Navette.com
Africa Capital Management primée aux Lipper Mena Markets Fund Awards