Tableau de bord

le 24/08/2019
MASI
MADEX

MASI Pts

medias24
Sur une échelle de 100, l'indice de confiance des investisseurs envers les marchés financiers de cette zone économique d'Afrique centrale ressort à 46,5 points, en quasi stagnation par rapport au dernier indice. Ce score se situe toujours au niveau de la borne supérieure de la phase d’attentisme.
 
 
Sur une échelle de 100, l'indice de confiance des investisseurs envers les marchés financiers de cette zone économique d'Afrique centrale ressort à 46,5 points, en quasi stagnation par rapport au dernier indice. Ce score se situe toujours au niveau de la borne supérieure de la phase d’attentisme.

Le calcul de l’indice de confiance des investisseurs financiers (AGR ICIF) repose sur les réponses obtenues à partir d’un questionnaire adressé aux intervenants les plus représentatifs des marchés financiers de la zone Cemac. Cette zone économique et monétaire comprend cinq pays du continent : Cameroun, Centrafrique, Gabon, RDC, Tchad et Guinée Equatoriale.

Les questions formulées sont réparties en six principales catégories : Marché financier, Economie, Politique, Géopolitique et International. Et les réponses proposées sont limitées à cinq choix allant de «très pessimiste» à «très optimiste». 

Pour l’échantillon, il comprend 20 investisseurs représentant quatre principales catégories : Institutionnels/Gérants, Acteurs de Référence, Particuliers et Etrangers.
 
En mai 2019, l'indice d'Attijari Global Research ressort quasi stable par rapport à l‘édition précédente, soit à 46,5 points sur une échelle de 100 points. Ce score se situe toujours au niveau de la borne supérieure de la phase d’attentisme.
 
A l’analyse des résultats de cet indice obtenus par catégorie d’investisseurs, l’équipe AGR ressort avec deux principaux constats :

> Amélioration de l’indice relatif aux « Acteurs de Référence » : l’indice de confiance relatif à la catégorie « Acteurs de Référence » affiche une forte progression de 11,4 points pour s’établir à 52,9 points. Dans ces conditions, ce score se situe désormais au niveau de la fourchette basse de la phase d’Assurance.

 > Dégradation des indices relatifs aux Particuliers, Institutionnels et Étrangers : l’indice de confiance des investisseurs « individuels » affiche un repli significatif de 11,3 points passant de 41,3 points lors de l’édition précédente à 30 points actuellement. Dans une moindre mesure, l’indice relatif aux investisseurs « Étrangers » recule de 2,1 points pour s’établir à 35 points contre 37,1 précédemment.

Parallèlement, l’indice relatif aux investisseurs « Institutionnels / Gérants locaux » enregistre une baisse de 3,1 points à 49,8 points. Ainsi, le score de cette catégorie d’investisseurs se situe désormais dans la phase d’Attentisme.

Il est à noter que les « Institutionnels / Gérants locaux » contribuent à l’essentiel des flux sur le marché financier de la sous-région CEMAC, selon AGR.

40% des investisseurs sont prêts à investir une partie de leur cash sur le marché

Dans les détails, 40% des investisseurs sondés expriment un intérêt grandissant pour les marchés financiers de la sous-région durant les 3 prochains mois contre 13% lors de l’édition précédente. Aussi, 40% sont disposés à investir une partie du cash sur le marché, et ce, dans le cadre d’un placement supérieur à 5 ans.

Par ailleurs, 65% des individus sondés expriment un sentiment de méfiance envers l’évolution du climat économique général de la sous-région durant les 3 prochains mois, contre 57% précédemment.

Sur le plan sectoriel, 45% des investisseurs estiment que les secteurs des hydrocarbures et des mines auraient un impact négatif sur l’économie de la sous- région durant les 3 prochains mois. De l’autre côté, 26% des interrogés anticipent un impact positif du secteur Agro-alimentaire sur l’économie durant la même période.

D’autre part, 60% des individus sondés anticipent un impact défavorable du contexte politico-social de la sous-région sur les marchés financiers durant les 3 prochains mois contre 70% auparavant. Et, 35% estiment que le contexte géopolitique aurait un impact défavorable sur les marchés financiers de la zone CEMAC contre 52% précédemment.

55% des investisseurs sondés estiment que le contexte international ne devrait pas avoir un impact significatif sur les marchés financiers de la sous-région durant les 3 prochains mois contre 48% lors de l’édition précédente.

 

Page d'accueil Bourse