Page d'accueil Bourse

Le MASI replonge dans le rouge : "la faute au CIH et à Ciments du Maroc"

medias24

Réalisé à un cours inférieur à celui du marché, le placement privé des actions Ciments du Maroc a pesé lourd sur l'indice phare de la cote. Idem pour le CIH, qui malgré ses bons résultats, semble avoir surpis la place par le niveau de dividende proposé, mais surtout par l'annonce de l'augmentation de capital. 

 

Réalisé à un cours inférieur à celui du marché, le placement privé des actions Ciments du Maroc a pesé lourd sur l'indice phare de la cote. Idem pour le CIH, qui malgré ses bons résultats, semble avoir surpis la place par le niveau de dividende proposé, mais surtout par l'annonce de l'augmentation de capital.

Après plusieurs semaines dans le vert, le MASI replonge en zone négative. En une semaine, sa performance annuelle est passée de  +0,50% (18 février) à -0,95% (YTD de ce lundi matin).

Le marché a été pourtant mouvementé cette semaine dernière, avec des publications de résultats plutôt positives. Mais il semble, selon les analystes consultés par Le Boursier, que deux news en particulier ont pesé lourdement sur la tendance : le placement privé de 7,5% du capital de Ciments du Maroc et l'annonce de l'augmentation de capital du CIH ainsi que la stagnation des dividendes que la banque compte distribuer.   

Source: Bourse de Casablanca

‘’L’évolution du MASI reste très limitée’’, commente d'emblée un analyste de la place.

Le MASI ne dégage pas une tendance particulière. ‘’Le principal indice de la cote est resté dans la limite de sa zone d’équilibre en termes de performance annuelle, c’est-à-dire qu’il n’y a pas eu un décollage ou une chute particulière. Il oscille toujours autours d’une variation annuelle entre -1 et 1%’’, décris notre source.

Globalement, ‘’le marché est en train de digérer les deux années de forte hausse qui se sont étalées sur 2016 et 2017. 2018 était la première année de correction. Pour l’année en cours, on est toujours en train de digérer ces évolutions, le seul petit changement qui a eu ces dernières semaines c’est la performance du marché obligataire qui a légèrement baissé.  Cela rend le marché action relativement attractif, vu que les investisseurs n’ont pas beaucoup de choix d’investissement’’, interprète-t-il.

Pour l’instant, ‘’peu nombreux sont les résultats qui ont été publiés, on ne peut donc pas lier complétement l’évolution récente du MASI à ces publications’’.

En face, ''les résultats publiés, notamment de Maroc Télécom, CIH, et Mutandis, représentent des valeurs dont les performances étaient totalement anticipées, disant même qu’elles étaient intégrées en partie dans le MASI’’.

Le marché est déçu par les annonces de Ciments du Maroc et de CIH 

L’opération de cession de 7,5% du capital de Ciments du Maroc par l’actionnaire de référence Heidelberg, a impacté négativement l’évolution du marché. 

Suite à l’annonce de la cession, le titre a cédé 5,51% en deux séances de cotation, passant de 1.530 DH au 20 février à 1.450 DH à la clôture de la séance de ce vendredi 22 février.

‘’L’opération a été réalisée sur un cours qui était décalé de 12% par rapport au cours en bourse ce qui a tiré le marché vers le bas vu que Ciments du Maroc est une grosse capitalisation qui a un grand poids sur le marché’’, explique notre analyste. 

CIH, dont les résultats affichent pourtant de belles progressions pour l’année 2018, a vu son cours baisser de 3,91% le jour de la publication de ses états financiers, vendredi 22 février, pour un volume de 12.529 actions.

Evolution du cours de CIH 

En cause : le niveau des dividendes annoncé : ‘’le dividende de CIH ne stagne pas. Il baisse. Cela explique un peu la réaction négative du marché’’, commente notre analyste.

En 2017, le CIH a distribué un dividende ordinaire de 14 DH ainsi qu’un dividende exceptionnel de 2 DH. Pour l’année 2018, la banque a décidé de se contenter d’un dividende ordinaire de 14 DH. 

Notre source trouve que ce qui a déçu le plus, c’est la décision d’augmenter le capital de la banque.

‘’Le marché ne s’attendait pas à l’augmentation du capital du CIH’’, explique notre analyste.

‘’La décision concernant le niveau de distribution du dividende est une conséquence de la situation de la solvabilité de la banque et de ses capitaux propres. On ne peut donc pas distribuer un dividende exceptionnel au moment où on lance une augmentation de capital’’, estime-t-il.

Et d’expliquer :’’qui dit augmentation de capital dit la nécessité d’injecter du cash par les actionnaires actuels pour ne pas être dilué. Ce qui implique également une dilution du prix par action’’.

‘’Le CIH avait véhiculé par le passé une image positive qui montrait qu’il était à l’aise côté solvabilité et que l’impact de l’IFRS 9 n’était pas très important sur la banque. Le décalage entre cette image et les décisions du CIH a provoqué la déception du marché’’, commente-t-il.

Par ailleurs, notre analyste trouve que ce besoin de liquidité est tout à fait normal puisqu’il suit le niveau d’activité de la banque qui ‘’évolue de manière assez rapide’’. 

Stokvis renoue avec les bénéfices en 2018
BeAssur et Marsh lancent un produit d’assurance pour l’aquaculture